John Illingworth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Illingworth
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

John Holden Illingworth, né en 1903 et mort en 1980, est un architecte naval britannique, auparavant capitaine dans la Royal Navy[Note 1].

Régatier, promoteur de la course au large, il a participé à la démocratisation de la course-croisière grâce notamment à la création du "Junior Offshore Group" (JOG).

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Avant de dessiner des voiliers il a participé à de nombreuses courses de canot à moteur (avant la guerre) et a remporté de nombreuses coupes. Attiré par la compétition, il s'est mis à régater puis à concevoir des voiliers, principalement destinés aux courses au large.

John Illingworth est officier de la Royal Navy à Hong Kong puis à Malte pendant la Seconde Guerre mondiale. Une fois la paix revenue, il se trouve à Sydney, où il propose de créer une course océanique, ce qui se fait déjà aux États-Unis et en Europe : c'est la Sydney-Hobart qui part le 26 décembre 1945 ; Illingworth est alors skipper de Rami. La course a fêté en 2004 sa 60e édition et part traditionnellement le lendemain de Noël.

Une fois revenu en Angleterre, Illingworth est élu commodore du RORC, le Royal Ocean Racing Club, où il fera la promotion de la course au large. Il s'intéresse à tout ce qui concerne la conception des voiliers de course (plans de coque, construction, aménagements) et en particulier aux plans de voilure et aux gréements, domaine dans lequel il se révèle très novateur et attentif à utiliser au mieux les règles de jauge. Il recommande par exemple les gréements en tête à grand allongement[1].

En 1947, il modifie le gréement de son voilier Maid of Malham, dessiné en 1937 par le fameux architecte britannique Laurent Giles. Pour augmenter la surface des voiles d'avant et diminuer celle de la grand-voile, il conçoit un gréement dit "en tête" (c'est-à-dire que l'étai de la voile d'avant monte jusqu'en haut du mât), avec un grand triangle avant, ce qui est devenu la norme pour la plupart des monocoques actuels. Ce bateau gagne sa première course et nombre de suivantes. Les idées et le style de Laurent Giles, à qui Illingworth était très lié, auront une influence importante sur toute la création ultérieure de John Illingworth comme architecte naval.

Le voilier Myth of Malham[2], dessiné également par Laurent Giles selon ses indications, illustre les idées novatrices de John Illingworth en matière d'exploitation de la jauge du RORC[3] et déclenche les critiques lors de sa mise à l'eau : déplacement moyen (qualifié de léger à l'époque)[Note 2] très lesté, gréement en tête élancé avec foc à 150 % de recouvrement, étrave peu inclinée, arrière tronqué, franc-bord important, tonture inversée, tout est à l'opposé de la tendance classique. Olin Stephens le critique sévèrement. Pourtant, ce bateau remporte le Fastnet en temps compensé en 1947 et 1949, et l'Admiral's Cup nouvellement créée en 1957.

En 1948, la Royal Naval Sailing Association lance le monotype à restrictions 24 pieds RNSA[Note 3] (7,32 m à la flottaison, le minimum de la classe III du RORC) dessiné par Laurent Giles. Avec son bateau, leMinx of Malham, Illingworth remporte le championnat de la classe RNSA 24" en 1949[4].

Création du JOG[modifier | modifier le code]

Le Junior Offshore Group[5] a été fondé en 1950 par John Illingworth pour encourager la navigation en haute mer et la course de port à port avec des voiliers d'environ 5 à 8 m de long[6]. Illingworth remporte avec Wista le championnat du JOG 1954.

Aeromarine of Emsworth[modifier | modifier le code]

John Illingworth est directeur de ce chantier naval établi à Emsworth dans le Hampshire, non loin de l'Île de Wight, jusqu'en 1959. Il y construit ses premiers plans, dont le Tiger V Wista dessiné en 1953.

Illingworth & Primrose[modifier | modifier le code]

En 1958 John Illingworth ouvre un cabinet d'architecture navale, en association avec le jeune architecte[Note 4] Angus Primrose[7], et les commandes affluent, en particulier de France. Systématisant la démarche initiée avec Laurent Giles pour Myth of Malham, John Illingworth se spécialise alors dans la conception générale et le dessin du gréement des voiliers de course, exploitant dès les premiers stades de conception tous les avantages que l'on peut retirer des règles de jauge en optimisant les mesures principales du bateau (dimensions et points de mesure définis par les formules de jauge pour calculer la jauge, ou 'rating' d'un voilier de course), tandis qu'Angus Primrose dessine les carènes. L'exploitation systématique des règles de la jauge du RORC conduira à la conception de voiliers dessinés "pour la jauge"; cette tendance sera reprise et amplifiée par une nouvelle génération d'architectes pour la jauge IOR à la fin des années 1960.

La collaboration entre Illingworth & Primrose durera 8 ans[8].

En 1966, après le départ de Primrose, il poursuit son activité à titre personnel puis se retire en France en 1970 dans l'arrière-pays niçois.

Le style Illingworth[modifier | modifier le code]

Il a produit une série de voiliers renommés, construits le plus souvent à l'unité, parfois aussi en petite série, et dont la caractéristique commune est d'allier esthétique classique[9], aptitude à remonter au vent, plans de pont et emménagements adaptés à la vie en course au large.

Au près dans la brise[modifier | modifier le code]

Les créations d'Illingworth & Primrose se révèlent généralement bons marcheurs au près dans la brise, grâce à leur déplacement moyen-lourd, leur raideur à la toile (aptitude à porter de la surface de voilure) venant d'un tirant d'eau important et d'un rapport de lest élevé, leur forte surface anti-dérive et leurs gréements allongés.

Instabilité au portant[modifier | modifier le code]

Par contre, dans le cas des configurations avec le safran attaché à la quille, plusieurs de ses modèles se sont montrés instables aux allures portantes par mer formée : Blue Charm[10], Glénan[11], Monk of Malham[12], Gipsy Moth IV[13]-[14] le voilier de Francis Chichester.

Quille et safran[modifier | modifier le code]

Alors qu'il avait dessiné des voiliers légers à safran reculé du temps d'Aeromarine, Illingworth a évolué ensuite en sens inverse du mouvement général; il est revenu à la formule classique du safran attaché à la quille. Dans les années 1960 la plupart des architectes ont abandonné cette formule; le célèbre cabinet Sparkman & Stephens est lui aussi passé au safran reculé en 1966[15]. Mais Illingworth persiste à garder cette configuration[16], et décrit le choix difficile dans lequel il se trouve :"Sous la pression (de la performance), les architectes ont réduit de plus en plus la surface de quille, dans beaucoup de cas de façon excessive... rendant ces yachts impossibles à tenir au portant dans la brise. On a essayé de résister à cette tentation de trop réduire la surface de quille... on doit accepter de sacrifier de la vitesse par petit temps[Note 5] pour avoir une tenue à la mer et une stabilité de route correcte"[17]. Comparé au célèbre one tonner Tina[18]-[19] de Dick Carter (1966), son one tonner Maryka semble "d'une conception maintenant dépassée"[20]. Il en sera de même pour un de ses derniers dessins, le quarter Tonner Merle of Malham, à quille longue, très lourd et peu voilé.

De "Course-croisière" (1961) à "Further Offshore" (1969)[modifier | modifier le code]

Ces deux ouvrages présentent de nombreux plans de voiliers de course-croisière. On peut noter dans l'édition 1969 la suppression de 6 voiliers légers dont 4 à safran reculé (EA, Gypsela, Fandango, Artica II, Black Soo[21], Blue Charm), et l'ajout de 7 voiliers lourds à safran attaché à la quille (Maïca, Monk of Malham, Quiver IV, Outlaw, Oryx, Maryca, Merle of Malham). Le Tina, révélation de la one Ton Cup 1966, et marqueur de l'évolution définitive vers des voiliers plus larges, à quille courte et safran reculé, n'est pas cité dans ce livre.

Le contreplaqué[modifier | modifier le code]

Dès les années 1950, le contreplaqué commence à être de plus en plus utilisé pour les voiliers, notamment en Hollande avec E.G. van de Stadt et en France avec Jean-Jacques Herbulot, puis Philippe Harlé. Illingworth en a compris l'intérêt pour le pont, le roof, les cloisons, etc, mais il n'utilisera pas de contreplaqué pour les coques[Note 6] : "je ne suis pas du tout certain que le contreplaqué ait longtemps du succès pour le bordé de coque où les chocs peuvent avoir des conséquences déplorables"[22]; il continue à faire des coques en formes à retour de galbord[Note 7] avec une technique classique sophistiquée (membrures serrées, double ou triple bordé)[23] dépassée et coûteuse. Il écrit, parlant de déplacements légers : "Bien qu'on puisse partager la crainte des jaugeurs de voir surgir d'invraisemblables engins en contreplaqué".

Production[modifier | modifier le code]

Plans de voilure[modifier | modifier le code]

Ce sont des plans établis pour des voiliers d'autres architectes navals :

  • Maid of Malham, (plan Laurent Giles 1937), modifié en 1947 et 1958[24]
  • Myth of Malham (plan Laurent Giles), 1947[25]
  • Minx of Malham, type RNSA 24 ft, 9.40 m, plan Laurent Giles construit par Camper et Nicholson, 1949[26]
  • Stormvogel, 22,80 m sur plan Van de Stadt et Laurent Giles, 1960[27]
  • Bloodhound, 19,30 m acquis par la famille royale britannique en 1962[28]
  • Gipsy Moth III, plan Robert Clark, voilier de Francis Chichester modifié pour la deuxième transat anglaise en solitaire (1964)[29]

Plans Illingworth (Aeromarine)[modifier | modifier le code]

Voiliers dessinés et construits par le chantier Aeromarine of Emsworth :

  • Billy Budd, série Tiger Moth, 1952[30]
  • Wista, série "Tiger V", 7,31 m JOG, 1954[31],[32]
  • Mouse of Malham, 9,76 m, 2,4 t, 1955[33]
  • Artica II, yawl de 12,80 m, déplacement léger (5,5 t), 1956[34]

Plans Illingworth et Primrose[modifier | modifier le code]

Parmi ses voiliers les plus connus on peut citer, dans le type léger à safran séparé, :

  • la série Toby Jug, construit en contreplaqué chez Sibma-Navale, 1964[35]
  • Tiger JOG, 6,93 m, construite en stratifié chez Massilia, choisi par Jean Lacombe[36]

et dans le type lourd à quille longue :

  • Belmore, 11,12 m, construit en 1958 par Aeromarine[37],[38]
  • Maïca, 10,05 m, 5,3 t, prototype, safran au tableau arrière, 1959[39]
  • Mélusine II, 14,80 m ketch, construit en 1959 chez Hervé à la Rochelle[40] et[41]
  • Maïca à voute, construit en série notamment aux CMN[Note 8], à Cherbourg, 1960[42]
  • Blue Charm, construit chez Souter en 1960[43],[44] et[45]
  • Brigantine, 6,5 t, (Maïca modifié) classe II du RORC construit chez Craff, 1962
  • Gerfaut, classe II du RORC construit chez Pichavant[46]
  • Glénan (construit par le chantier Stéphan de Concarneau pour le Centre Nautique du même nom), 1961[47]
  • Esquirol, 11,85 m, 1961[48]
  • la série Ten-Ten, 10,10 m, 1963[49]
  • la série Top-Hat, 7,65 m en bois puis en stratifié, 1963[50]
  • Alpa 7, construit en série chez Alpa Yachts en Italie à partir de 1963
  • Outlaw, classe I du RORC, 14,78 m, 1963[51]
  • La série Super Maïca ou aussi appelée 40 pieds Illingworth & Primrose[52] (5 exemplaires): Primevère, Alvena, Mirella II, Corina[53], et Lotus 12,19 m[54]
  • Green Highlander, 9,66 m construit en bois par Souter à Cowes en 1965
  • Monk of Malham, 12,38 m, 1965[55]
  • Alpa 9 (1965)[56]
  • Adax 13,36 m, dériveur lesté[57]
  • Sari, de la série Fabius 10,68 m, construit en aluminium chez ACNAM (France)[58]
  • Oryx, classe I, 1966[59],[60]
  • MORCA, 7,67 m, bois moulé, quille longue + dérive, transportable[61]
  • Maryka, 10,14 m, one tonner, 1966 (renommé Arabel III)[62]
  • Gipsy Moth IV (construit pour le tour du monde en solitaire de Sir Francis Chichester), 1966[63]
  • Toquade, 8,73 m, 1966, construit en stratifié chez Massilia
  • Merle of Malham, 8,07 m, quarter tonner "lourd", 1967[64]
  • La fille du vent, 9,52 m, 1968, construit en bois aux CN Malouines[65]
  • Alpa 11 (1968), Alpa 8 (1974), Alpa 1150 (1975) chez Alpa Yachts en Italie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Offshore, Illingworth, J. H., Robert Ross & Co. Ltd., Southampton, 1949 (première édition) - 1963 (cinquième édition)
  • Course-croisière (traduction en français de Offshore en 1961), Éditions du Compas, Paris, 1963; ouvrage sur l'architecture navale et la course au large.
  • Further offshore - Ocean Racing, Fast Cruising, Modern Yacht Handling and Equipment, Illingworth, Captain J. H., Adlard Coles, London. 1969 (sixième édition de Offshore, réimprimée en 1972 et 1976).
  • The Malham Story, Nautical Publishing Company, Lymington, 1972; livre plus autobiographique.
  • La Coupe de l'America - (Twenty Challenges for the America's Cup) Traduction Florence Herbulot - Édition Robert Laffont - 1969
  • Where seconds count - Adlard Coles Ltd, 1958. Yacht racing lessons from the Défender Trials and the America's Cup Races - 1958.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Officier Mécanicien, il a navigué plusieurs années sur des sous-marins
  2. environ 8 tonnes, au lieu de 10 à 12 tonnes pour un déplacement lourd "normal" et 6 tonnes pour un déplacement léger de la même longueur
  3. Royal Naval Sailing Association (en)
  4. né en 1938, il a 35 ans de moins qu'Illingworth
  5. À cause de la surface mouillée supplémentaire
  6. À l'exception du Toby-Jug, coque en contreplaqué à bouchain arrondi en bois moulé (brevet J.J. Herbulot)
  7. Le bordé de coque descend vers la quille
  8. Constructions Mécaniques de Normandie

Références

  1. Course-croisière, Allongement du plan de voilure et règlement du R.O.R.C., page 69
  2. Course-croisière, pages 87 et 201
  3. Jean Sans, Histoire des jauges depuis 1835, UNCL, Arradon, 2006, (ISBN 2-916688-00-5) pp. 82-84
  4. Grégoire et Doliveux 1957, p. 251
  5. « JOG History », sur le site du Junior Offshore Group
  6. Grégoire et Doliveux 1957, p. 232
  7. http://www.foreshoreboats.com/history/angus-primrose/
  8. http://maica.fr/index.php?mod=articles&ac=commentaires&id=29
  9. Maïca au près, Photo de couverture de la revue Bateaux no 53, octobre 1962
  10. "Blue Charm est très sensible à la barre; il peut être équipé d'une dérive disposée en arrière du safran. Elle stabilise ce bateau sur sa route par grosse mer" (Course-croisière, page 323)
  11. "... des embardées peuvent être de 30° si on a oublié de mettre la dérive de stabilisation" Bateaux no 55 décembre 1962. "Un essai avec le petit spi est vite abandonné; le bateau étant presque impossible à tenir avec cette mer de 3/4 arrière", J.J. Herbulot, Bateaux no 53, octobre 1962
  12. Nous avions une dérive de stabilisation, qui était utilisée quand le bateau était trop difficile à barrer au portant", J.H.I, The Malham story, Monk of malham, p 184
  13. « la stabilité de route s'avère à l'usage très douteuse...Il fait rapporter un aileron à l'arrière qui améliore un peu les choses. » « En saluant Chichester », Bateaux, no 110,‎
  14. Dans The Circumnavigators Don Holm describes Gipsy Moth IV as "perhaps one of the worst racing yachts ever built". Chichester : "Elle (le bateau) est revêche et difficile et nécessite... (la force d') un éléphant pour tenir la barre."
  15. One tonners Clarionet et Roundabout, Bateaux no 99, août 66
  16. I am absolutely sure that this is sound design policy... A big rudder is a sort of logical conclusion of the main fin of the boat..."J.H.I. The Malham Story, p. 185
  17. Further Offshore, Hull design, p. 167
  18. Coup d'œil sur Tina, bateaux no 105 février 67
  19. http://www.bateautheque.com/bateau/?tina
  20. One Ton Cup 1966, Bateaux no 100, sept 66, p. 104
  21. plan Van de Stadt http://sailboatdata.com/viewrecord.asp?class_id=490
  22. Course-croisière, La construction, Ponts en contreplaqué
  23. Course-croisière, appendice XVI, "Blue Charm", espacement des membrures 14 cm, bordé en 4 plis de 2 mm
  24. Course-croisière, page 89
  25. Daniel Charles, Bateaux du siècle, Paris, Arthaud, (ISBN 2-7003-1286-4), p. 68
  26. Course-croisière, page 203
  27. Course-croisière, page 97
  28. http://www.yachtclubclassique.com/ex_perso/revue_CCA_num01_2007.pdf
  29. La fièvre océane, Francis Chichester, Éditions du Rocher, 1965
  30. Course-croisière, page 273
  31. Grégoire et Doliveux 1957, p. 252
  32. Course-croisière, pages 273 et 279
  33. Course-croisière, page 72 et 315 à 319
  34. Grégoire et Doliveux 1957, p. 243
  35. Toby Jug, 6,64 m, déplacement léger, « Toby Jug au banc d'essai », Nautisme, no 19,‎
  36. qui a déjà couru deux fois la transat anglaise sur des petits voiliers, en 1960 avec un Cap-Horn (plan Herbulot), et en 1964 avec un Golif de chez Jouët
  37. Course-croisière, page 193 et 320
  38. Historique du bateau http://www.webmentvotre.com/saba/?p=6128
  39. Plans dans Further Offshore
  40. http://www.museemaritimelarochelle.fr/contenu/,les_yachts_agrees_sur_nos_quais,101?idbateau=61
  41. http://www.classicyachtbrokerage.co.uk/index.php?page=melusine-2
  42. A la barre du Maica à voute, Bateaux no 56 jan 63
  43. Blue Charm, article et plans dans Les Cahiers du Yachting no 108, novembre 1960
  44. Blue Charm 9,21 m, classe III "léger" (3,5 tonnes), plan, coupe, photo dans « Blue Charm », Bateaux, no 34,‎ , p. 90
  45. Course-croisière, pages 322-323
  46. Régates de haute mer, Nautisme no 11 novembre 1963
  47. « Le Glénan », Bateaux, no 55,‎
  48. http://patrimoine-maritime-fluvial.org/spip.php?page=article-labels-detail&id_donnee=80
  49. « Salon nautique de Barcelone », Bateaux, no 63,‎
  50. Nautisme no 2, Salon de londres
  51. « Outlaw », Bateaux, no 60,‎
  52. « 2000 Miles sur le 40 PIEDS Illingworth & Primrose (JM Barrault) », sur www.supermaica.com
  53. « Histoire de Corina - 40 Pieds Illingworth », sur www.supermaica.com
  54. « Primevère », Bateaux, no 63,‎
  55. J.H.I. The Malham story, chapitre 18
  56. « Au banc d'essai », les Cahiers du Yachting, no 60,‎ , p. 68
  57. « Adax », Bateaux, no 85,‎ , p. 107
  58. « Sillages », Bateaux, no 86,‎
  59. « L'Admiral's Cup », Bateaux, no 11,‎ , p. 89
  60. « Coup d'œil », Bateaux, no 11,‎ , p. 94
  61. « Morca », Bateaux, no 99,‎ , p. 64
  62. « Marika », Bateaux, no 99,‎ , p. 104
  63. « Gipsy moth IV », Bateaux, no 99,‎ , p. 161
  64. « Le Salon ; Nouveautés », Neptune-Nautisme, no 61,‎ , p. 40
  65. « Spécial Salon », Bateaux, no 116,‎ , p. 202

Sources[modifier | modifier le code]

  • Deux hommes, vingt bateaux, cent victoires, Nautisme no 6, juin 1963
  • Daniel Allisy et Alain Glicksman, 30 ans de voiliers [détail des éditions]
  • Alain Auclair, Un mois en mer avec Illingworth, Bateaux no 68, janvier 1964.
  • Herman Grégoire (dir.) et Louis Doliveux (dir.), Le grand livre du yachting, t. 2 : Plaisance, Genève, Éditions René Kister,