John Hamilton (1er marquis d'Abercorn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Hamilton.
John Hamilton, 1er marquis d'Abercorn
John James Hamilton, 1st Marquess of Abercorn.jpg
Fonctions
Membre au Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du Conseil privé d'Irlande
Membre de la Chambre des lords
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Hester Santlow (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
James Hamilton
Lady Maria Hamilton (d)
Claud Hamilton (d)
Cecil Frances Hamilton (d)
Lady Catherine Elizabeth Hamilton (d)
Lady Harriet Margaret Hamilton (d)
Katherine Constantia Hamilton (d)
Lady Catherine Elizabeth Hamilton (d)
Arthur FitzJames (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Parti Tory (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
15e Parlement du Royaume-Uni (d)
16e Parlement de Grande-Bretagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

John James Hamilton, 1er marquis d'Abercorn KG, PC (Ire) (juillet 1756 - ) était un pair et un politicien irlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en juillet 1756, fils posthume du capitaine Hon. John Hamilton et son épouse Harriet, et petit-fils de James Hamilton (7e comte d'Abercorn), baptisé à St George's Hanover Square [1]. Il a fait ses études à Harrow de 1770 à 1771 [2]. Il a été admis au Inner Temple le 15 juin 1773 [3], mais n'y est pas resté longtemps. Il fut admis au Pembroke College de Cambridge le 30 juillet 1773. Il s'installa à Michaelmas et obtint sa maîtrise en 1776 [4]. Il devint alors l'ami de William Pitt le Jeune, un lien qui le servirait bien plus tard [2].

Chambre des communes[modifier | modifier le code]

Hamilton se rendit à l'étranger vers 1781 et revint à la fin de l'été de 1783. Sous l'influence de John Buller (homme politique), l'oncle de sa femme, il fut élu député de Tory pour East Looe en décembre, remplaçant William Graves. Son premier discours était en opposition au projet de loi sur les Indes orientales de la Coalition Fox-Nord. Il était naturellement partisan du premier ministère de son ami Pitt. En 1784, son demi-frère Edward Craggs-Eliot (1er baron Eliot) le nomma pour St Germain, un autre arrondissement de Cornouailles. Bien que profondément attaché à Pitt, il possédait une grande indépendance de caractère et quelque chose de la fierté raide de son oncle. Fervent partisan de Warren Hastings, il prit la parole en 1788 contre un projet de loi visant à réglementer (et sanctionnant ainsi) la traite négrière, et en faveur de son abolition [2]. Le 9 octobre 1789, il succéda à son oncle sans enfant comme comte d'Abercorn et entra à la Chambre des lords sous le nom de vicomte Hamilton [1].

Il fut créé marquis d'Abercorn le 15 octobre 1790 [1] sans doute en raison de ses relations politiques. Il fut admis au Conseil privé d'Irlande le 7 février 1794 [1]. La plupart des terres d'Abercorn se trouvaient en Irlande et le marquis déploya de grands efforts pour construire un bloc électoral au Parlement d'Irlande dans les comtés de Donegal et de Tyrone, bien qu'avec relativement peu de succès.

Il fut investi chevalier de la jarretière le 17 janvier 1805 [1].

Famille[modifier | modifier le code]

Il épousa Catherine Copley (décédée le 13 septembre 1791), fille de Sir Joseph Copley, 1er baronnet, le 20 juin 1779 à St Marylebone. [1] Ils ont eu cinq enfants:

Sa première femme est décédée en 1791 et il a épousé sa cousine germaine, Lady Cecil Hamilton, fille de Rev. L'hon. George Hamilton, le 4 mars 1792. Le 27 octobre 1789, elle obtint une ordonnance royale de préséance lui donnant la préséance sur la fille d'un comte du fait de son influence auprès de Pitt. Sir Nathaniel Wraxall laisse entendre qu'elle était la maîtresse de Hamilton avant le décès de sa première femme et que George III hésitait beaucoup à lui accorder ce droit. [5]. Ils ont eu un enfant:

Cecil Frances Hamilton (1795-1860) ( Thomas Lawrence, 1804)

Son mariage avec Lady Cecil n'a pas été un succès. ils se séparèrent en 1798 et divorcèrent aux termes d'une loi en avril 1799. Le mois suivant, elle épousa Joseph Copley, le frère de la première femme d'Abercorn. De son côté, il a épousé Lady Anne Jane Gore (1763-1827), fille d'Arthur Gore (2e comte d'Arran), le 3 avril 1800 [6].

Lord Abercorn décède le 27 janvier 1818 à Bentley Priory, Stanmore, et est enterré le 5 février à Stanmore. Ses titres ont été transmis à son petit-fils, James Hamilton [6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Cokayne 1910, p. 7.
  2. a b et c Drummond 1964.
  3. « John James Hamilton », The Inner Temple Admissions Database,
  4. John Hamilton (1er marquis d'Abercorn) dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  5. Cokayne 1910, p. 17.
  6. a et b Cokayne 1910, p. 8.
  • George E. Cokayne, The complete peerage of England, Scotland, Ireland, Great Britain and the United Kingdom, extant, extinct, or dormant, vol. I, Ab-Adam to Basing, London, St. Catherine Press, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]