John Graunt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bills of Mortality, 1676.
Frontispice des tables de mortalité de John Graunt (1662).

John Graunt (né le 24 avril 1620, mort le 18 avril 1674) était un riche mercier londonien, surtout connu pour avoir été avec son ami William Petty l'un des premiers démographes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tables de Mortalité (1676).
Frontispice des Observations on the Bills of Mortality de Graunt's (1662).

Né à Londres, John Graunt était l'aîné d'une fratrie de sept enfants. Son père était un tisserand du Hampshire qui s'était établi à Londres. Au mois de février 1641, Graunt épousa Mary Scott, qui lui donna un fils (Henry) et trois filles.

Il travailla dans l’atelier de son père jusqu'à la mort de ce dernier, en 1662, et sa réussite financière en fit une figure en vue de la City : c'est ainsi qu'il put obtenir le poste de maître de musique pour son ami William Petty en 1650. Il occupa différents postes dans la milice londonienne (à Cornhill), et devint conseiller en 1669–71, maître et premier syndic de la Corporation des Drapiers[1] en 1671.

Graunt, avec l'aide de William Petty, mit au point les premières méthodes d'analyse statistique et de recensement, qui forment le socle de la démographie moderne. On lui attribue l'invention de la première table de mortalité.

Afin d'essayer de mettre au point un système pour détecter l'apparition de la peste bubonique à Londres, il avait analysé les bulletins de décès publiés hebdomadairement dans la capitale anglaise sous le règne de Charles II. Après quelques calculs sur une population de 100 individus « conçus et animés », il conclut que « sur ces cent individus conçus, il en survit, au bout de[2]... »

longévité effectif
...6 ans 64
...16 ans 40
...26 ans 25
...36 ans 16
...46 ans 10
...56 ans 6
...66 ans 3
...76 ans 1
...86 ans 0

On voit que cette table de mortalité repose sur une probabilité conditionnelle de survie P (être en vie à T+10 ans|on a survécu jusqu'à l’âge T), qui serait constante, c'est-à-dire indépendante de l'âge T : ici on a p ≈ 5/8. En outre, Graunt a arrondi aux nombres entiers car, écrit-il « ...les Hommes ne meurent pas selon des proportions exactes ni en fractions. » La valeur scientifique des Observations (qui furent cinq fois rééditées jusqu'en 1676) fit élire Graunt sur requête du Roi en 1662 à la Royal Society, où il avait donné lecture de son essai [3]. Il devint membre du bureau de l'académie en novembre 1664 et la représenta en différentes occasions.

Sa maison disparut dans le Grand incendie de Londres et l'accumulation de dettes provoqua sa banqueroute. L'une de ses filles devint béguine aux Pays-Bas, ce qui décida Graunt à se convertir au Catholicisme, à un moment où l'Europe, et particulièrement l'Angleterre, étaient en proie aux déchirements religieux et où ces conversions étaient passibles de la peine de mort[4]. Il mourut à l'âge de 53 ans d'une maladie du foie accompagnée d'ictère. John Aubrey l'a décrit comme « un compagnon affable, très accueillant » et rapporte que « sa mort a été déplorée par toutes les personnes honnêtes qui avaient eu le plaisir de le fréquenter[5]. »

Graunt reste comme l'un des premiers experts en épidémiologie, dans la mesure où son essai était principalement consacré aux statistiques de santé publique.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lewin 2004.
  2. Cité d'après Alain Hillion, Les Théories mathématiques des populations, coll. « Que sais-je », (ISBN 2-13-039-193-1), chap. 2258
  3. D'après « Fellow details », sur The Royal Society (consulté le 27 juillet 2014)
  4. C. G. Lewin, Oxford Dictionary of National Biography, (lire en ligne), « Graunt, John »
  5. John Aubrey, Brief Lives, (lire en ligne), p. 272–4
  • Daniel J. Boorstin (trad. Jacques Bacalu, Jérôme Bodin, Béatrice Vierne), Les Découvreurs [« The Discoverers: A History of Man's Search to Know His World and Himself »], Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1988, 2002), 698 p. (ISBN 2-22105-587-X, notice BnF no FRBNF36628969), p. 673 à 676

Liens externes[modifier | modifier le code]