John George Trump

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trump et Famille Trump.

John George Trump () est un ingénieur électricien, inventeur et physicien américain. Il reçut du Président Ronald Reagan la Médaille Nationale de la Science, et fut membre de l'Académie nationale d'ingénierie des États-Unis[1],[2],[3]. Trump est connu pour avoir développé la radiothérapie[1]. En collaboration avec Robert Van de Graaff, il développa l'un des premiers générateurs de rayons X d'un million de volts. Il est l'oncle de Donald Trump45e président des États-Unis.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

John George Trump naît le à New York City dans une famille d'immigrants allemands, Elizabeth et Frederick Trump. Son frère et sa sœur aîné ont le même nom que ses parents, Elizabeth et Fred, père de Donald Trump, élu président des États-Unis en novembre 2016[4]. Frederick Trump a fait fortune dans l'immobilier, les hôtels et restaurants lors de la ruée vers l'or2, dans la région de Seattle, nord-ouest des États-Unis.

La famille de Frederick et Elizabeth Trump en 1918. John est à droite, en symétrie avec Fred Junior, futur père de Donald.

Son père décède en 1918, alors que le petit John n'a que 11 ans. Son frère tente de l'associer à l'empire immobilier en construction dirigée par sa mère, (Elizabeth Trump & Son) mais John préfère se consacrer à la science. Il poursuit ses études d'ingénieur électricien.

Il reçoit son baccalauréat universitaire (bachelor1) à l'Université polytechnique de New York en 1929, sa maîtrise universitaire en physique de Université Columbia, et son doctorat en ingénierie électronique du Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1933. Il y enseigne à partir de 1936 jusqu'en 1973.

Années de guerre[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, John George Trump passe d'un travail en hôpital sur machine à générateur de rayons X à la recherche militaire sur des technologies similaires, notamment le développement de radar. Il rejoint dès 1940 le National Defense Research Committee (NDRC, « Commission nationale de recherche pour la défense »), tout juste formé, qui planche sur la création de la bombe atomique (projet Manhattan). Il assiste le président de la division radar, Karl Compton, par ailleurs président du MIT[5].

En 1942, il est promu Secrétaire de la Division 14 Micro-ondes, un sous-comité de ce qui est devenu l'OSRD. Son président est alors Alfred Lee Loomis, physicien millionnaire, qui décide de faire construire un laboratoire secret, qui deviendra le Laboratoire du rayonnement du MIT, ou Rad Lab.

En 1943 il est chargé par le gouvernement de s' occuper du "problème" Nikola Tesla, ce qu'il fit avec un zèle tout particulier. (cf. The Tesla Files)

De février 1944 jusqu'à la fin du conflit en Europe, John George Trump est directeur du laboratoire[6]. Il est aussi à cette époque membre du Conseil Expert sur le Radar, rendant compte au général d'aviation de USAAF Carl A. Spaatz, sur des sujets tels que radars de navigation, radar pour bombardement de précision, protection contre les radars allemands utilisé par leurs unités FLAK (Flugabwehrkanone) de lutte antiaérienne.

John George Trump collabore avec les plus grands experts britanniques au sein de la Mission Tizard, notamment Robert Watson-Watt, Bernard Lovell et Albert Rowe. Il eut aussi des entretiens avec les grands scientifiques allemands à la fin de la guerre.

Poursuite des recherches[modifier | modifier le code]

Il fonde avec Denis M. Robinson et Robert Van de Graaff la High Voltage Engineering Corporation (HVEC), pour produire les générateurs de Van de Graaff[1]. L'Académie nationale d'ingénierie des États-Unis le décore en 1960 de la médaille Lamme, comme « un pionnier dans la recherche en science, ingénierie et applications médicales des machines à haute tension »[7].

Il s'éteint à Boston dans le Massachusetts, le 21 février 1985.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En récompense de ses recherches pendant la guerre, il reçoit des récompense du gouvernement des États-Unis et du Royaume-Uni.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]