John Dowland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dowland.
John Dowland
Naissance 1563
Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
ou
Drapeau du Royaume d'Irlande Royaume d'Irlande
Décès enterré le
Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Activité principale Compositeur
Style Ayre, chanson (song), madrigal, musique pour luth, musique pour consort de violes, musique sacrée
Activités annexes Luthiste, gambiste
Lieux d'activité Londres, Cassel, Danemark

John Dowland est un compositeur et luthiste né en Angleterre ou en Irlande en 1563 et mort au début de l'année 1626 (il est enterré le ).

Biographie[modifier | modifier le code]

La première partie de la vie de John Dowland est mal connue ; il serait né, selon l'historien Thomas Fuller[1], à Westminster, ou, selon le musicologue W. H. Grattan Flood (en)[2], à Dalkey, près de Dublin, au Royaume d'Irlande, mais aucune de ces hypothèses n'apportent des preuves concluantes.

De 1579 à 1584, il est au service de Sir Henry Cobham, ambassadeur d'Angleterre à la cour de France, à Paris, puis de son successeur, Sir Edward Stafford. Il se convertit au catholicisme[3] . En 1584, il rentre en Angleterre, où il se marie. Il obtient une licence de musique du collège de Christ Church à l'université d'Oxford en 1588.

Il postule en vain pour succéder à John Johnson[4],[5], luthiste de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre ; d'après lui, sa candidature aurait été rejetée en raison de sa conversion au catholicisme. Néanmoins, sa conversion n'avait pas été rendue publique et, à l'époque, être catholique n'empêchait pas d'être musicien de cour en Angleterre[6] (c'est notamment le cas de William Byrd). Il séjourne par la suite à Cassel (il bénéficie du mécénat de Maurice de Hesse-Cassel), Venise, Florence et Nuremberg. À la fin de 1596 ou au début de 1597, il rentre à Londres, où il espère cette fois encore être engagé comme luthiste de la cour. Malheureusement, son ami et bienfaiteur Henry Noel meurt peu après lui avoir écrit pour lui demander de rentrer à Londres. Il publie en 1597 son First Booke of Songes and Ayres (chansons avec accompagnement au luth).

De novembre 1598 à 1606, il est luthiste à la cour du roi Christian IV de Danemark ; c'est pendant cette période qu'il publie son œuvre la plus célèbre, les Lachrimæ, or Seven Teares (1604), sept pavanes pour cinq violes et un luth, basées sur l'air Flow My Tears (en). Puis il rentre en Angleterre, où il est durant quelques années employé par un courtisan du nom de Theophilus Howard, Lord Walden ; Dowland lui dédie son recueil de chansons A Pilgrimes Solace (1612). Finalement, en 1612, il obtient le poste convoité depuis si longtemps de « musicien pour le luth » (musician for the lute) à la cour royale d'Angleterre. Après cela, il ne compose presque plus. Il reçoit son dernier traitement de musicien de cour le , et est enterré dans l'église St Ann Blackfriars de Londres le 20 février suivant.

Le style[modifier | modifier le code]

L'œuvre musicale de Dowland comprend des pièces chantées accompagnées au luth, des psaumes, des œuvres pour luth seul et pour ensemble de violes (« consort of viols ») avec accompagnement de luth.

Son œuvre instrumentale la plus connue, Lachrimæ or Seaven Teares Figured in Seaven Passionate Pavans ... (Pleurs, ou Sept larmes représentées par sept pavanes passionnées ...) est un groupe de sept pavanes pour cinq violes (donc à 5 parties instrumentales) avec un luth soutenant cette polyphonie, chacune d'entre elles étant basée sur Flow My Tears (« Coulez, mes larmes »). Cette pièce devint l'une des plus connues de la musique pour ensemble instrumental de cette époque. Sa pavane Lachrymæ antiquæ fut aussi l'un des grands succès du XVIIe siècle.

Les pièces chantées de Dowland traitent de différents thèmes. Musicalement, il s'agit principalement de chants strophiques, plus rarement de pièces à composition continue (durchkomponiert en allemand[7]), c'est-à-dire composées de bout en bout puisqu'on n'y trouve pas les formules simplement reproduites de strophe en strophe. L'accompagnement est en grande partie homophone, enrichi cependant par de nombreux ornements. Quelques airs, comme Flow My Tears ou Oh, sweet woods (« Ô, doux bois ») contiennent aussi des passages polyphoniques à composition continue (durchkomponiert), mais la polyphonie reste dans les limites de ce qui peut être joué au luth. La manière de déclamer le texte le laisse distinct et compréhensible en permanence et les ornements sont utilisés comme éléments expressifs.

Les œuvres instrumentales de Dowland ont une importance particulière. Ses compositions pour ensemble de violes de gambe avec accompagnement de luth marquent dans l'histoire de la musique européenne un premier point culminant dans le développement d'une musique instrumentale indépendante de la voix.

Fichier audio
Flow, my tears
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

La musique de Dowland exprime souvent la mélancolie, un sentiment très présent dans la musique de cette époque. Il écrivit d'ailleurs une pièce pour consort dont le titre pourrait selon certains résumer son œuvre. Elle est intitulée, en latin : Semper Dowland, semper dolens (Toujours Dowland, toujours souffrant). Cette humeur mélancolique est mise en relief par une harmonisation riche en couleurs et en dissonances.

Ce serait cependant oublier d'autres pièces plus humoristiques, comme My Lord Chamberlain, His Galliard[8] une invention pour deux luthistes jouant sur un seul luth. Elle utilise le rythme de la danse appelée gaillarde.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive qui se limite aux compositions publiées par Dowland. La liste est suivi de tout l'œuvre pour luth seul, dont les pièces se trouvent dans divers recueils parfois collectifs :

Whole Book of Psalms (1592)[modifier | modifier le code]

Publié par Thomas Est en 1592, The Whole Booke of Psalmes contient des œuvres de 10 compositeurs, dont 6 pièces de Dowland.

  1. Put me not to rebuke, O Lord (Psaume 38)
  2. All people that on earth do dwell (Psaume 100)
  3. My soul praise the Lord (Psaume 104)
  4. Lord to thee I make my moan (Psaume 130)
  5. Behold and have regard (Psaume 134)
  6. A Prayer for the Queens most excellent Maiestie

New Book of Tablature (1596)[modifier | modifier le code]

Le New Booke of Tabliture publié par William Barley en 1596 contient sept pièces pour luth seul de Dowland.

Lamentatio Henrici Noel (1596)[modifier | modifier le code]

Œuvres écrites pour le chœur de l'abbaye de Westminster.

  1. The Lamentation of a sinner
  2. Domine ne in furore (Psaume 6)
  3. Miserere mei Deus (Psaume 51)
  4. The humble sute of a sinner
  5. The humble complaint of a sinner
  6. De profundis (Psaume 130)
  7. Domine exaudi (Psaume 143)

Trois œuvres sont d'attribution douteuse :

  1. Ye righteous in the Lord
  2. An heart that's broken
  3. I shame at my unworthiness

First Book of Songs (1597)[modifier | modifier le code]

Dowland publié The First Booke of Songes or Ayres à Londres en 1597. Il s'agit d'une des plus importants et des plus influents recueils de l'histoire de la musique pour luth.

Le recueil contient 21 ayres et songs (chansons) :

  1. Unquiet thoughts
  2. Who euer thinks or hopes of loue for loue
  3. My thoughts are wingd with hopes
  4. If my complaints could passions moue
  5. Can she excuse my wrongs with vertues cloake
  6. Now, O now I needs must part
  7. Deare if you change ile neuer chuse againe
  8. Burst forth my teares
  9. Go Cristall teares
  10. Thinkst thou then by thy faining
  11. Come away, come sweet loue
  12. Rest awhile you cruell cares
  13. Sleepe wayward thoughts
  14. All ye whom loue of fortune hath betraide
  15. Wilt though vnkind thus reaue me of my hart
  16. Would my conceit that first enforst my woe
  17. Come again: sweet loue doth now enuite
  18. His goulden locks time hath to siluer turnd
  19. Awake sweet loue thou art returned
  20. Come heauy sleepe
  21. Awaie with these selfe louing lads

Second Book of Songs (1600)[modifier | modifier le code]

Dowland publie The Second Booke of Songs or Ayres en 1600

Le recueil contient 21 ayres et songs (chansons), certains ayant plus d'une partie  :

  1. I saw my Lady weepe
  2. Flow my teares fall from your springs
  3. Sorow sorow stay, lend true repentant teares
  4. Dye not before thy day
  5. Mourne, mourne, day is with darknesse fled
  6. Tymes eldest sonne, old age the heire of ease, First part
  7. Then sit thee downe, and say thy Nunc demittis, Second Part
  8. When others sings Venite exultemus, Third part
  9. Praise blindnesse eies, for seeing is deceipt
  10. O sweet woods, the delight of solitarienesse
  11. If fluds of teares could clense my follies past
  12. Fine knacks for Ladies, cheap, choise, braue and new
  13. Now cease my wandring eyes
  14. Come ye heavie states of night
  15. White as Lillies was hir face
  16. Wofull heart with griefe oppressed
  17. A Sheperd in a shade his plaining made
  18. Faction that euer dwells in court
  19. Shall I sue, shall I seeke for grace
  20. Finding in fields my Siluia all alone (Toss not my soul)
  21. Cleare or Cloudie sweet as Aprill showring
  22. Humor say what makst thou heere
  23. Dowland's Adieu for Master Oliver Cromwell

Third Book of Songs (1603)[modifier | modifier le code]

The Third and Last Booke of Songs or Aires est publié en 1603

Le recueil contient 21 ayres et songs (chansons) :

  1. Farewell too faire
  2. Time stands still
  3. Behold the wonder heere
  4. Daphne wast not so chaste as she was changing
  5. Me me and none but me
  6. When Phoebus first did Daphne loue
  7. Say loue if euer thou didst finde
  8. Flow not so fast ye fountaines
  9. What if I neuer speede
  10. Loue stood amaz'd at sweet beauties paine
  11. Lend your eares to my sorrow good people
  12. By a fountaine where I lay
  13. Oh what hath ouerwrought my all amazed thought
  14. Farewell vnkind farewell
  15. Weepe you no more sad fountaines
  16. Fie on this faining, is loue without desire
  17. I must complaine, yet doe enioy
  18. It was a time when silly Bees could speake
  19. The lowest trees haue tops
  20. What poore Astronomers are they
  21. Come when I call, or tarrie till I come

Lachrimæ (1604)[modifier | modifier le code]

Lachrimæ, or Seven Teares, publié en 1604, contient les sept pavanes pour consort de violes et luth du Lachrimæ et 14 compositions supplémentaires pour la même formation, dont le célèbre Semper Dowland semper Dolens.

  1. Lachrimae Antiquae
  2. Lachrimae Antiquae Nouae
  3. Lachrimae Gementes
  4. Lachrimae Tristes
  5. Lachrimae Coactae
  6. Lachrimae Amantis
  7. Lachrimae Verae
  8. Semper Dowland semper Dolens (P. 9)
  9. Sir Henry Vmptons Funeral
  10. M. Iohn Langtons Pauan
  11. The King of Denmarks Galiard (P. 40)
  12. The Earle of Essex Galiard
  13. Sir Iohn Souch his Galiard
  14. M. Henry Noell his Galiard
  15. M. Giles Hoby his Galiard
  16. M. Nicho. Gryffith his Galiard
  17. M. Thomas Collier his Galiard with two trebles
  18. Captaine Piper his Galiard (P. 19)
  19. M. Bucton his Galiard
  20. Mrs Nichols Almand
  21. M. George Whitehead his Almand

Micrologus (1609)[modifier | modifier le code]

Dowland publie une traduction de Micrologus de Andreas Ornithoparcus, publié initialement à Leipzig en 1517

Varietie of Lute-Lessons (1610)[modifier | modifier le code]

Varietie of Lute-Lessons publié par Robert Dowland, le fils de John, en 1610, contient une pièce pour luth seul de John Dowland.

Musicall Banquet (1611)[modifier | modifier le code]

A Musicall Banquet publié par Robert Dowland, le fils de John, en 1610, contient trois chansons (songs) de John Dowland.

  1. Farre from triumphing Court
  2. Lady if you so spight me
  3. In darknesse let me dwell

A Pilgrimes Solace (1612)[modifier | modifier le code]

Dernière publication de John Dowland, A Pilgrimes Solace paraît en 1612 et contient des madrigaux plus que de simples ayres. Le contrepoint est nettement plus présent ici que dans les recueils antérieurs.

  1. Disdaine me still, that I may euer loue
  2. Sweete stay a while, why will you?
  3. To aske for all thy loue
  4. Loue those beames that breede
  5. Shall I striue with wordes to moue
  6. Were euery thought an eye
  7. Stay time a while thy flying
  8. Tell me true Loue
  9. Goe nightly, cares the enemy to rest
  10. From silent night, true register of moanes
  11. Lasso vita mia, mi fa morire
  12. In this trembling shadow
  13. If that a Sinners sighes be Angels food
  14. Thou mighty God
  15. When Dauids life by Saul
  16. When the poore Criple
  17. Where Sinne sore wounding
  18. My heart and tongue were twinnes
  19. Up merry Mates, to Neptunes praise
  20. Welcome black night
  21. Cease these false sports
  22. A Galliard to Lachrimae

Musique pour luth[modifier | modifier le code]

Œuvres pour luth

Fantasies

  • Fantasia, P. 1 & P. 1a
  • Forlorn Hope Fancy, P. 2
  • Farwell, P. 3
  • Farwell (an "In Nomine"), P. 4
  • A Fancy, P. 5
  • A Fancy, P. 6
  • A Fancy, P. 7
  • A Fantasia, P. 71
  • A Fancy, P. 72
  • A Fancy, P. 73

Pavanes

  • Mayster Pypers Pavyn, P. 8
  • Semper Dowland Semper Dolens, P. 9
  • Solus Cum Sola, P. 10
  • Mrs. Brigide Fleetwood's Pavan (Solus sine sola), P. 11
  • Dr. Case's Pavan, P. 12
  • Resolution ou Dowland's Adew for Master Oliver Cromwell, P. 13
  • Sir John Langton's Pavan, P. 14 & P. 14a
  • Lachrimæ, P. 15
  • A Pavan, P. 16
  • The Lady Russell's Pavan, P. 17
  • A Pavan, P. 18
  • A Dream (Lady Leighton Paven), P. 75
  • Pavana, P. 94

Gaillardes

  • Captain Digorie Piper, his Galliard, P. 19
  • Dowland' Galliard, P. 20
  • Capitain Candishe his Galyard, P. 21
  • Dowland's First Galliard, P. 22
  • The Frog Galliard, P. 23 & P. 23a
  • A Gailliard, P. 24
  • Melancholy Galliard, P. 25
  • Sir John Souch's Galliard, P. 26
  • A Galliard, P. 27
  • A Gaillard (sur une gaillarde de Daniel Bacheler), P. 28
  • Giles Hobie's Galliard, P. 29
  • A Gaillard, P. 30
  • A Gaillard (sur "Walsingham"), P. 31
  • Mrs. Vaux Galliard, P. 32
  • Mr. John Langton's Galliard, P. 33
  • Mignarda, P. 34
  • A Galliard, P. 35
  • Mr. Knight's Galliard, P. 36
  • My Lord Chamberlain, his Galliard, P. 37 (pour deux luths)
  • The Right Honourable The Lord Viscount Lisle His Galliard, P. 38
  • Round Battle Galliard, P. 39
  • The Most High and Mighty Christianus The Fourth King of Denmark, His Galliard, P. 40
  • The Most Sacred Queen Elizabeth, Her Galliard, P. 41
  • Can she excuse, P. 42
  • The Right Honourable Robert Earl of Essex, His Galliard, P. 42a
  • The Right Honourable The Lady Rich, Her Galliard, P. 43 & P. 43a
  • The Right Honourable Ferdinando Earl of Derby, His Galliard, P. 44 & P. 44a
  • The Right Honourable The Lady Clifton's Spirit, P. 45
  • Galliard to Lachrimæ, P. 46
  • Galliard, P. 76
  • Hasellwoods Galliard, P. 84 (peut-être écrite par Anthony Holborne)
  • Captayne Pipers Galliard, P. 88
  • The Earl of Essex Galliard, P. 89
  • Suzanna Galliard, P. 91
  • Galliard (sur "Awake Sweet Love"), P. 92
  • The Queenes Galliard, P. 97
  • Gagliarda, P. 103
  • A Galliard, P. 104

Allemandes

  • Sir John Smythes, his Almain, P. 47
  • The Lady Laiton's Almain, P. 48
  • An Almain, P. 49
  • Mrs. White's Thing, P. 50
  • A Piece Without Title, P. 51
  • Mrs. Nichols' Almain, P. 52
  • Mrs. Clifton's Almain, P. 53
  • Lady Hunsdon's Puffe, P. 54
  • An Almand, P. 96

Jigs et autres pièces en 6/8

  • Mrs. Winter's Jump, P. 55
  • Mrs. White's Nothing, P. 56
  • Mrs. Vaux's Jig, P. 57
  • The Shoemaker's Wife, a Toy, P. 58
  • Tarleton's Resurrection, P. 59
  • Tarleton's Willy ou Tarleton's Jig, P. 81

Arrangement d'une chanson (song)

  • Come Again, P. 60

Arrangements et ballades

  • Orlando Sieepeth, P. 61
  • Fortune my foe, P. 62
  • Complainte, P. 63
  • Go from My Window, P. 64
  • Lord Strang's March, P. 65
  • My Lord Willoughby's Welcome Home, P. 66 (pour deux luths) & P. 66a
  • Walsingham, P. 67
  • Aloe, P. 68
  • Loth to Departe, P. 69
  • Sweet Robyne ou Robin is to the Greenwood Gone, P. 70
  • Une jeune fillette, P. 93

Pièces attribuées à Dowland :

  • Mrs. Norrish's Delight, P. 77
  • A Piece Without Title, P. 78
  • What If a Day, P. 79
  • A Coy Toy, P. 80
  • La Mia Barbara, P. 95
  • Preludium, P. 98
  • Mr. Dowland's Midnight, P. 99
  • Coranto, P. 100
  • As I went to Walsingham
  • Pavana (1622)
  • Pavana Dowlandi Angli
  • Mounsieur's Almaine
  • Sir Henry Guilforde, his Almaine
  • Sir Henry Umptons Funerall
  • Squires Galliard

Utilisation contemporaine de ses œuvres[modifier | modifier le code]

La musique de Dowland est un thème récurrent des livres de science-fiction de Philip K. Dick. Elle est aussi mentionnée à de nombreuses reprises dans Le Temps où nous chantions de l'auteur américain Richard Powers. L'écrivain japonais Haruki Murakami dans 1Q84 fait également allusion à ce compositeur.

Le chanteur Sting a repris les compositions de Dowland dans son album Songs from the Labyrinth (2006).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Holman (avec Paul O'Dette), "John Dowland", Grove Music Online.
  2. W. H. Grattan Flood, The Gentleman's MagazineMM, Volume 301 (1906), pages 287 à 291. Voir également Diana Poulton, John Dowland, University of California Press (1982)
  3. Ouvrage collectif, sous la direction de Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse, , 882 p. (ISBN 9782035113061), Page 241
  4. (en) Hannu Annala, Heiki Mätlik, Handbook of Guitar and Lute Composers, Mel Bay Publications, 2010, p. 26.
  5. Paul O'Dette, 2002, notice du CD The Royal Lewters de Paul O'Dette
  6. (en) Douglas Alton Smith, A History of the Lute from Antiquity to the Renaissance, The Lute Society of America, 2002, p. 275.
  7. Vocable néanmoins anachronique dans son usage.
  8. (en) My Lord Chamberlain, His Galliard (en), (an invention for two to play upon one lute)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A History of the Lute from Antiquity to the Renaissance par Douglas Alton Smith, publié par la Lute Society of America (2002) (ISBN 0-9714071-0-X)
  • (en) The Lute in Britain: A History of the Instrument and its Music par Matthew Spring, publié par Oxford University Press (2001).
  • (de) Text und Musik bei John Dowland. Eine Untersuchung zu den Vokalkompositionen des bedeutendsten Lautenvirtuosen der englischen Renaissance par Christian Kelnberger, 2e édition, Stutz, Passau 2004, (ISBN 3-88849-207-6), (également: München, Univ., Diss, 1999).

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • John Dowland, The Collected Works. The Consort of Musicke, Anthony Rooley, L'Oiseau-Lyre (12 CD)
  • John Dowland, Lacrimae, or seaven teares, Dowland Consort, dir. Jacob Lindberg, 1 CD, Bis (1986)
  • John Dowland, The Complete Solo Lute Music, Jacob Lindberg, BIS (4CD) (1995)
  • John Dowland, Second Book of Songs, (Anthony Rooley, The Consort of Musicke, L'Oiseau-Lyre, 2 CD
  • John Dowland, Lachrimae, Fretwork, Christopher Wilson, Classics Digital, 1 CD
  • John Dowland, Complete Lute Works, (Paul O'Dette), Harmonia Mundi, 5 CD (1997)
  • Lachrimae or Seaven Teares - 1604 par Hespèrion XX dir. Jordi Savall

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :