John Burnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

John Burnet, FBA (/bərnɛt/), né le à Édimbourg et mort le à St Andrews (Écosse) est un classiciste écossais[1].

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à la Royal High School d'Édimbourg, à l'université d'Édimbourg et au Balliol College d'Oxford, où il obtient son Master of Arts en 1887. La même année, il devient l'assistant de Lewis Campbell à l'université de St Andrews. De 1890 à 1915, il est Fellow du Merton College d'Oxford[2] ; il est professeur de latin à Edimbourg ; de 1892 à 1926, il est professeur de grec à l'université de St. Andrews. Il est élu membre de la British Academy (FBA) en 1916. En 1909, Burnet se voit offrir, mais décline, la chaire de grec de l'université Harvard.

En 1894, il épouse Mary Farmer, la fille de John Farmer, auteur de la préface d'un recueil d'essais publiés après sa mort, Essays and Addresses.

Burnet est surtout connu pour ses travaux sur Platon. Son intérêt pour la philosophie et pour Platon en particulier semble avoir commencé alors qu'il était assistant de Lewis Campbell à St. Andrews[3]. Burnet est connu pour avoir défendu de nouvelles interprétations de Platon et de Socrate, en particulier l'idée que la représentation de Socrate dans tous les dialogues de Platon est historiquement exacte, et que les vues philosophiques propres à Platon lui-même ne se trouvent que dans les dialogues dits tardifs. Burnet soutient également que Socrate était étroitement lié à la première tradition philosophique grecque, dite philosophie présocratique ; Selon Burnet Socrate aurait été dans sa jeunesse le disciple d'Archelaus, un représentant de la tradition anaxagorienne (Burnet 1924, vi).

Les travaux philologiques de Burnet sur Platon sont encore largement lus, et ses éditions ont été considérées comme faisant autorité pendant 100 ans, comme l'édition critique en 5 volumes des Textes Classiques d'Oxford des œuvres et spuria de Platon (1900-1907). Ses commentaires sur l'Euthyphro, l'Apologie de Socrate et le Crito ainsi que sur le Phaedon restent également largement utilisés et respectés par les savants. Myles Burnyeat, par exemple, qualifie cet ouvrage (Plato: Euthyphro, Apology of Socrates, Crito) d'« édition qui reste inégalée »[4]. SR Slings, rédacteur en chef de la nouvelle édition 2003 d' Oxford Classical Texts de la République, a décrit Burnet comme un directeur de publication hors pair, ayant un sens du grec platonicien qui ne sera probablement jamais dépassé[5].

La première philosophie grecque[modifier | modifier le code]

Early Greek Philosophy est un ouvrage majeur de John Burnet. Quatre éditions en ont été publiées par A. & C. Black, Ltd. en Grande-Bretagne. La première édition a été publiée en avril 1892, la deuxième en juin 1908, la troisième en septembre 1920 et la quatrième, à titre posthume, en 1930.

On peut lire dans la préface à la troisième édition (inchangé dans la quatrième édition) :

... la thèse principale de mon livre, et le point essentiel de l'argumentation est mon insistance sur le fait que l'atomisme (que l'on admet d'essence matérialiste) dérive de l'éléatisme, conformément aux déclarations expresses d'Aristote et de Théophraste....[6]

Il existe de nombreuses différences entre les première et quatrième éditions. Par exemple, la citation ci-dessous provient de la section 33: Philosophy as a life (La philosophie : une vie), dans la première édition (1892). Dans les troisième (1920) et quatrième (1930) éditions, la section a été déplacée vers la section 35, rebaptisée Philosophy as a way of life (La philosophie comme Art de vivre) et ne mentionne plus les néoplatoniciens[7],[8].

John Burnet a noté dans sa publication de 1892 Early Greek Philosophy [9]

Les néoplatoniciens avaient tout à fait raison de se considérer comme les héritiers spirituels de Pythagore; et, entre leurs mains, la philosophie cessa d'exister comme telle et devint théologie. Et cette tendance a toujours été à l'œuvre; à peine un seul philosophe grec n'en fut totalement influencé. Peut-être qu'Aristote pourrait sembler être une exception; mais il est probable que, si nous possédions encore quelques œuvres «exotériques» comme le Protreptikos dans leur intégralité, nous devrions trouver que les mots enthousiastes dans lesquels il parle de la « vie bénie » dans la Métaphysique et dans l' Éthique (Ethique à Nicomaque) étaient des accès de sentiments moins isolés qu'ils n'apparaissent maintenant. Plus tard, Apollonios of Tyana a montré dans la pratique à quoi ce genre de chose doit finalement conduire. La théurgie et la thaumaturgie des écoles grecques tardives n'étaient que le fruit de la graine semée par la génération qui a immédiatement précédé la guerre perse.

Postérité[modifier | modifier le code]

La salle de l'Université de St Andrews a été nommée en son honneur John Burnet Hall . [10]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Éditions dirigées et annotées par Burnet[modifier | modifier le code]

Sources complémentaires[modifier | modifier le code]

  • The Dictionary of British Classicists, éd. Robert Todd, Bristol: Thoemmes Continuum, 2004.

Références[modifier | modifier le code]

  1. John Burnet - Oxford Index - Oxford University Press
  2. Merton College Register 1900–1964, Oxford, Basil Blackwell, , p. 100
  3. Myles Burnyeat, "On the source of Burnet's construal of Apology 30b2–4: a correction", The Journal of Hellenic Studies, vol. 125 (2005), pp. 139-142.
  4. p. 2 n. 5: Burnyeat. M. "The Impiety of Socrates", Ancient Philosophy 17 (1997): 1–12.
  5. p. 93, S.R. Slings (1998), "Platonis Opera. Tomus I tetralogias I-II continens", Mnemosyne 51 (1):93-102.
  6. John Burnet, Early Greek Philosophy, Great Britain, A. & C. Black, Ltd., , vi
  7. John Burnet, Early Greek Philosophy, Great Britain, A. & C. Black, Ltd., , 82-83 p.
  8. John Burnet, Early Greek Philosophy, Great Britain, A. & C. Black, Ltd., , 83-84 p.
  9. John Burnet, Early Greek Philosophy, Great Britain, A. & C. Black, Ltd., (lire en ligne), 88
  10. « Memorial to Professor », The Glasgow Herald,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]