John Bull (personnage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
« Politeness » (« Politesse »), caricature de James Gillray, c. 1779. John Bull et un Français stéréotypé échangeant des insultes : You be D_m'd (« Vous pouvez être damné ») et « Vous etes une Bete ». Accroché au mur derrière l'Anglais, du bœuf ; derrière le Français, des grenouilles. Avec John Bull, un bulldog robust ; avec le Français, un lévrier lâche. Sur la chope de porter de John Bull est écrit John Bull's Buttock of Beef (« Le rumsteck de John Bull »)[1].

« With Porter Roaſt Beef and Plumb Pudding well cramm'd
Jack English declares Monsr. may be D_____d
The Soup Meagre Frenchman such Language dont suit
So he Grins Indignation & calls him a Brute
 »

« Avec du porter, du rosbif et du plum-pudding bien rassasié,
Jack English déclare que Monsieur doit être damné
De tels mots ne conviennent pas à le soupe-maigre Français ;
indigné, il a montré les dents, et une brute l'appellé. »

John Bull est le nom d'un personnage symbolisant le Royaume-Uni, et plus précisément l'Angleterre, ou encore l'Anglais typique. Son nom signifie « Jean le Taureau ». Le nom fait référence à l'association traditionnelle de la nation anglaise avec le taureau, ou avec le bœuf[2].

Créé par John Arbuthnot en 1712 et repris par le dessin de presse (James Gillray, Thomas Rowlandson, George Cruikshank) et les bandes dessinées, y compris aux États-Unis (Thomas Nast), John Bull est un bourgeois grassouillet portant un chapeau haut-de-forme et dont le gilet est taillé dans un Union Jack. Il est fréquemment accompagné d'un bulldog. Gentleman farmer conservateur, il sera explicitement utilisé comme antithèse du sans-culotte pendant la Révolution française[3],[4]. Il est souvent mis à contribution pour les mobilisations militaires nationales, John Bull est l'homologue de l'Oncle Sam.

La femme de John Bull, Mrs Bull (« Mme Bull »), est apparue en même temps que son mari, dans l'ouvrage de 1712 de John Arbuthnott, The History of John Bull[5]. Une homologue féminine, Joan Bull, a été créée à la fin des années 1920 par David Low, en réponse à l'émancipation des femmes[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Première apparition[modifier | modifier le code]

John Bull est apparu pour la première fois en tant que personnage dans la satire The History of John Bull. Ce texte, autrefois attribué à Jonathan Swift, a été écrit par John Arbuthnot, médecin de la reine Anne (r. -). John Bull était la personnification de l'Angleterre dans une allégorie politique sur la guerre de Succession d'Espagne impliquant Nicholas Frog (« Nicolas Grenouille », les Provinces-Unies), Lewis Baboon (« Louis Babouin », Louis XIV), "Philip Baboon" (Philippe V), Esquire South (« Écuyer Sud », Charles VI), et la sœur de John Bull, Sister Peg (Écosse). The History of John Bull fut publiée en cinq parties entre mars et juillet 1712[2].

Le travail d'Arbuthnot critiquait la faction Whig qui avait dominé le gouvernement depuis la révolution de 1688. Arbuthnot a adopté la position Tory selon laquelle la politique étrangère et l'intervention des Whigs dans les guerres européennes profitaient aux financiers au détriment de la nation. En conséquence, The History of John Bull décrit le personnage éponyme, un marchand de tissus, comme une partie réticente et trompée dans un procès prolongé et coûteux avec ses voisins, les autres nations européennes[2]. The History of John Bull fut réimprimée en 1727 et en 1751[2]. En 1761, une parodie séquelle parut : un Écossais a écrit Sister Peg, probablement James Ferguson, ou moins probablement David Hume[7],[2]. Avant d'apparaître sous forme visuelle, le personnage de John Bull a été employé presque exclusivement par des écrivains écossais[8]:101.

En caricature[modifier | modifier le code]

Le taureau John Bull de la fin du XVIIIe siècle par James Gillray
« John Bull Triumphant » John Bull battant l'Espagnol : une référence à la victoire britannique à la bataille de San Fernando de Omoa (en); les Britanniques a pris navires avec leur cargaison : 3 millions de dollars espagnols en argent (1780)
« John-Bull, Baited by the Dogs of Excise » Le premier ministre britannique William Pitt le Jeune « baiting (en) » et enchaînant John Bull avec des bulldogs du gouvernement et de nouvelles droits d'accise. Le taureau : « Liberté ! Liberté ! et pas d'accise ! » (1790)
« The Royal Bull-Fight » John Bull, provoqué par Pitt, attaque à la fois le premier ministre et la monarchie, représentée par le cheval blanc de la maison de Hanovre. Le texte prévient que le cheval et le cavalier seront détruits (1795)

Dans les années 1760, au début du règne de George III et pendant le gouvernement de Jean Stuart, 3e comte de Bute, John Bull apparaît comme une caricature pour la première fois. Initialement, il était représenté avec une tête de taureau. Cependant, dans les années 1780, il était conventionnellement décrit comme un fermier ou un commerçant[2].

Pendant la révolution des sans-culottes à Paris, certains caricaturistes en 1789 ont dépeint une image négative de John Bull comme une parodie grotesque de la démocratie plébéienne ; James Gillray et Charles Williams (en) ont tous deux réalisé des dessins de ce genre[2]. À l'inverse, et surtout pendant la menace d'invasion de la Grande-Bretagne par Napoléon Ier, la déférence et le loyalisme traditionnels de John Bull ont été soulignés[2]. Ces qualités avaient été promues par William Jones qui a écrit des lettres au personnage de John Bull dans une perspective anti-Jacobin[2].

« Alecto and her Train, at the Gate of Pandaemonium:—or—The Recruiting Sarjeant enlisting John-Bull, into the Revolution Service » John Bull en costume (smock-frock (en)) de paysan. Caricature de James Gillray, 4 juillet 1791.
Napoléon Ier et John Bull discuter du projet français d'invasion du Royaume-Uni (1803-1805). Un autre symbole national, le Royal Oak, est visible à droite.

En juillet 1791, des radicaux de Londres ont organisé une célébration de l'anniversaire de la prise de la Bastille au pub Crown and Anchor, Strand (en). La Revolution Society a organisé l'événement, et Charles Stanhope, 3e comte Stanhope, Richard Brinsley Sheridan, et le chef de l'opposition, Charles James Fox, étaient attendus. Une vague de critiques de l'événement comprenait une caricature de Fox, Sheridan et Stanhope par Gillray, représentant John Bull – comme un paysan loyaliste du roi George III – tenté par Fox comme un sergent recruteur pour les républicains révolutionnaires français et l'infernal « Alecto » de la révolution. Alecto propose de payer John Bull en assignats. Cette caricature (« Alecto and her Train, at the Gate of Pandaemonium:—or—The Recruiting Sarjeant enlisting John-Bull, into the Revolution Service »), parmi d'autres, a probablement dissuadé la participation des politiciens Whigs à l'événement. Un événement de suivi, célébrant l'anniversaire de la nuit du 4 août 1789, a été annulé par le propriétaire du pub[9].

John Bull, en tenue typique, et « Madame la France » en robe tricolore, se moquant ensemble de l'attitude de politique étrangère allemande du discours du kaiser Guillaume II au Reichstag en novembre 1905. Caricature de Bernard Partridge (en) pour Punch, 6 décembre 1905.
« Peace & Plenty or Good News for John Bull!!! » . Célébrant l'exil de Napoléon à l'île d'Elbe et la baisse du prix des aliments qui en résulte, John Bull dîne avec Louis XVIII de rosbif et de plum-pudding, et – à cette occasion – du French wine (« vin français »). Le prince-régent, à l'intérieur du pub, fait descendre plus de mouton, de porter et de pain – le tout à des prix inférieurs. Caricature de George Cruikshank, 25 mai 1814[10],[11].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Dans les caricatures, John Bull est généralement un homme assez gros. Au XVIIIe siècle, la corpulence était considérée comme une qualité positive, typique des portraits d'hommes et de femmes de l'époque. L'apparence de John Bull était un signe de bonne santé et de vigueur, plutôt qu'un symbole de mauvaise santé. La lourdeur saine de John Bull était surtout soutenue par le rosbif, ainsi que d'autres viandes rouges. À l'inverse, les personnages représentant des Français dans des caricatures patriotiques étaient représentés soit comme des paysans mal nourris mangeant des oignons, soit comme des aristocrates maigres et efféminés vêtus d'habits à la mode versaillais[12].

John Bull : « Qui manque à l'appel ? Est-ce vous ? » Poster de recrutement (1915).

À partir du XIXe siècle, la tenue vestimentaire de John Bull se standardise ; ses vêtements étaient typiques de la fin de l'ère Régence. Dans la célèbre affiche de recrutement de 1915, John Bull porte les vêtements de jour recommandés pour les messieurs du début du XIXe siècle par le dandy Beau Brummell, avec un haut-de-forme ajouté et le gilet au Union Jack. Les fantassins qui l'accompagnent, cependant, portent les uniformes kaki de l'époque[13],[14].

John Bull assailli par des charlatans
« Doctor Sangrado curing John Bull of repletion » Le premier ministre britannique Henry Addington « guérit » John Bull de la « réplétion », assisté de Charles James Fox, Robert Jenkinson, 2e comte de Liverpool, Richard Brinsley Sheridan, le Clerk of the Pells (en), et Napoléon. Caricature de James Gillray, 1803[15],[16].
« Dr. Arther & his man Bob giving John Bull a bolus » Le premier ministre britannique Arthur Wellesley de Wellington et son allié Robert Peel gavage John Bull le « Roman Catholic Relief Act 1829 ». Caricature de William Heath, 1829[17].
« Forcible Feeding » John Bull a assisté de nombreuses personnalités de l'époque, fournissant diverses idées comme médecines. Caricature de Stanger Pritchard, 25 décembre 1913[18].

Mrs Bull[modifier | modifier le code]

Dans The History of John Bull, Mrs Bull (« Mme Bull »), la femme du personnage éponyme, était à l'origine dépeinte négativement, comme une femme avide et de mauvaise humeur; plus tard cependant, Arbuthnott l'a remplacée par une seconde épouse, dont le personnage a été décrit de manière plus positive comme fiable et intelligente[5]. James Gillray a dépeint Mme Bull et les enfants du couple appauvris par l'implication de son mari dans les guerres révolutionnaires[5].

« No.11, Blessings of Britain – or – Swarm of Tax-Gatherers » Mme Bull aide à défendre la maison familiale (une ruche) contre un essaim de collecteurs d'impôts, que John Bull repousse avec un pieu marqué "Réforme". Caricature de Charles Williams (en), 1817[19].

Jones a élargi le rôle de Mme Bull et son personnage a exprimé sa préoccupation quant au caractère sacré du mariage traditionnel dans la France nouvellement laïque[5]. En 1817, Charles Williams (en) a représenté Mme Bull et son mari défendant leur maison contre des essaims de receveurs dans sa caricature « Blessings of Britain – or – Swarm of Tax-Gatherers »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « satirical print | Museum No. 1868,0808.5809 », sur The British Museum (consulté le )
  2. a b c d e f g h et i (en-GB) Miles Taylor, « Bull, John (supp. fl. 1712–) », dans The Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (DOI 10.1093/ref:odnb/68195, lire en ligne), ref:odnb/68195
  3. (en) « Defining John Bull: Political Caricature and National Identity in Late Georgian England », critique du livre par David Johnson, Reviews in History, .
  4. (en-GB) Tamara L. Hunt, Defining John Bull: Political Caricature and National Identity in Late Georgian England, London, Routledge, , Livre numérique éd. (1re éd. 2001) (ISBN 978-1-315-25830-0, DOI 10.4324/9781315258300, lire en ligne)
  5. a b c d et e (en-GB) Miles Taylor, « Bull, Mrs John (supp. fl. 1712–c. 1930) », dans The Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (DOI 10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-68195#odnb-9780198614128-e-68195-headword-2, lire en ligne), ref:odnb/68195
  6. (en-GB) Brian Harrison, « Bull, Joan (supp. fl. 1928–1946) », dans The Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (DOI 10.1093/ref:odnb/75335, lire en ligne), ref:odnb/68195
  7. (en) Roger Emerson, « Sister Peg: A Pamphlet Hitherto Unknown by David Hume (review) », Hume Studies, vol. 9, no 1,‎ , p. 74–81 (ISSN 1947-9921, DOI 10.1353/hms.2011.0539, lire en ligne, consulté le )
  8. (en-GB) Miles Taylor, « John Bull and the Iconography of Public Opinion in England c. 1712-1929 », Past & Present, no 134,‎ , p. 93–128 (ISSN 0031-2746, lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « satirical print | Museum No. 1851,0901.535 », sur The British Museum (consulté le )
  10. (en-US) « Peace and Plenty or Good News for John Bull!!! », sur Metropolitan Museum of Art (consulté le )
  11. « Bodleian Library Curzon b.31(138) », sur Bodleian Library (consulté le )
  12. (en) Roy Porter, Flesh in the Age of Reason, Londres, Penguin UK, (ISBN 978-0-14-191225-7, lire en ligne), p. 234-325 :

    « Cartoon caricatures took comic pride in the ever corpulent John Bull, in sharp contrast to the onion-nibbling, starveling French peasant, a bag of bones, or the effete, effeminized Versailles courtier, dolled up in the latest foppish fashions but, insect-like, without an ounce of flesh, signifying a lack of virility.

    Traditional wisdom maintained the this healthy constitutional stoutness and strength by a healthy appetite, especially for red meat. The Englishman's proverbial love of roast beef was thus not mere patriotism, gluttony or fantasy, but positively therapeutic.
     »

  13. (en) « Who's Absent? », sur Imperial War Museums (consulté le )
  14. (en) « Who's absent? Is it you? », sur Australian War Memorial (consulté le )
  15. (en) « Henry Addington as a medical practitioner bleeding the exhausted John Bull, assisted by other politicians; representing Britain's strength being sapped by nepotism in politics and by war with Napoleon. Coloured etching by J. Gillray, 1803. », sur Wellcome Collection (consulté le )
  16. (en) « satirical print | Museum No. 1851,0901.1113 », sur The British Museum (consulté le )
  17. (en) « John Bull being force-fed via a stomach pump, by a queue of people; representing Britain's numerous political problems. Colour photomechanical reproduction after S. Pritchard, 1913. », sur Wellcome Collection (consulté le )
  18. (en-GB) Stanger Pritchard, « John Bull being force-fed via a stomach pump, by a queue of people; representing Britain's numerous political problems. Colour photomechanical reproduction after S. Pritchard, 1913 », sur Wellcome Library, (OCLC 927449868, consulté le )
  19. (en) « satirical print | Museum No. 1872,1012.5064 », sur The British Museum (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :