John Ballagh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John Ballagh
Naissance
Drapeau des États-Unis Hobart, État de New York
Décès
Drapeau du Japon Kamakura
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession
Enseignant
Conseiller étranger au Japon
Famille
James Ballagh (frère)

John Craigh Ballagh (1842-1920) est un enseignant américain qui fut conseiller étranger au Japon durant l'ère Meiji. Il est le frère cadet du missionnaire James Ballagh.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est enseignant dans un lycée du New Jersey tout en se consacrant au prosélytisme comme son frère. Il se rend au Japon en 1872 et habite à Yokohama. Son frère, déjà présent sur place, a préparé son arrivée, et il est engagé par le ministère de l'Éducation japonais comme professeur d'anglais à l'école Takashima de son frère du au . En 1874, il est nommé diacre à Yokohama et s'installe dans la ville avec sa femme Rebecca en 1875.

Il travaille pour différentes congrégations dont la Mission presbytérienne américaine pour laquelle il est le représentant. Cette mission s'investit particulièrement dans l'éducation à l'université Meiji Gakuin qui est fondée par fusion de 3 institutions séparées qui sont ensuite renommées. L'une d'elles, celle de Tsukiji, est surnommée l'école de Ballagh car John Ballagh la dirige pratiquement seul.

Durant cette période, il signe un autre contrat avec le gouvernement japonais pour enseigner l'anglais et les mathématiques du au puis jusqu'au après prolongation. En janvier 1887, le gouvernement autorise la création de l'institution chrétienne Meiji Gakuin. John Ballagh y enseigne l'anglais, les mathématiques et l'astronomie.

Il meurt d'un manque de globules rouges à Kamakura en 1920. Il est enterré au cimetière de la mission de Meiji Gakuin. Sa femme sera enterrée auprès de lui. Ils eurent une fille qui devint missionnaire au Japon de 1884 à 1894, période durant laquelle elle est employée comme conseiller étranger en tant que professeur d'anglais pendant un an (1885).

Liens externes[modifier | modifier le code]