Johannes Nider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johannes Nider
Johannes Nider.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Ordre religieux
Maître
Franz von Retz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Johannes Nider, aussi orthographié Johann Nider, Jean Nider ou encore Nyder (1380 en Souabe - 13 août 1438, Colmar), est un auteur dominicain allemand.

Le bien universel ou les formies mystique Le bien universel ou les formies mystiques, Du celebre Docteur Jean Nider, de l'Ordre des Freres Prescheurs

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il suit une formation de base en théologie et philosophie à Cologne avant 1413[1],[2]. Il participe ensuite au concile de Constance, d'après ce qu'il dévoile lui-même dans son Formicarius, et effectue un voyage en Italie pour visiter des couvents réformés. Il part ensuite à Vienne, où il est l'élève de François de Retz qui appartient au courant de l'Observance dominicaine.

Il obtient son doctorat en théologie le 18 juin 1425. Il demande à être exempté de sa charge d'enseignement le 26 juin 1426.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est nommé vicaire des couvents réformés en 1426 à la suite de François de Retz dans la province de Teutonie.

Jean Nider se signale par la suite pour son engagement en faveur de la réforme des couvents dominicains. Barthélémy Texier le charge d'apporter les principes de la Réforme dans le couvent de Bâle. Il participe par ses écrits à la polémique anti-hussite, et il est délégué dans plusieurs ambassades du concile de Bâle auprès des hérétiques de Bohême, en 1431-1432 puis en 1434. Il participe aux négociations qui donnent lieu à la signature des accords d'Eger en 1432[1].

Il est nommé lecteur des sentences au couvent de Vienne. Il y reprend dès 1435 sa charge d'enseignement, et est doyen à l'Université entre 1436 et 1437[3]. Il prend part à la commission chargée par le duc Albert V de visiter les couvents du diocèse Passau.

Formicarius[modifier | modifier le code]

De 1435 à 1437, il travaille à son Formicarius[4],[5], un traité sur les questions sociales du temps[6]. Pour la rédaction de ce volume, il réunit des témoignages divers[7] comme ceux du châtelain de Blankenburg, de Peter Van Greyerz, juge inquisiteur d’Évian et réformateur du couvent de Lyon, lesquels avaient présidé des tribunaux où l’on jugeait des procès en sorcellerie. Nider y écrit notamment que les sorcières « font cuire puis mangent des enfants, y compris les leurs, invoquent les démons, salissent la vraie Croix et confectionnent des potions avec les enfants trucidés. »

Il meurt à Nuremberg le 13 août 1438[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Sermones de tempore et de sanctis cum quadragesimali. Esslingen, Konrad Fyner, 1476-1478. Spire, Peter Drach, .
  • Praeceptorium divinae legis, sive Expositio Decalogi. Reutlingen, Michael Greyff, 8 juillet 1479. Bâle, Johann Amerbach, 1481. Édition éditée à Bâle d'un recueil de commentaires sur les dix commandements, qui a d'abord paru à Cologne en 1472. Une partie concerne le sixième commandement, sur le plaisir, la volupté, le sexe et la gourmandise qu'il prétend réglementer. Dans le large éventail de la luxure, il fustige tout particulièrement tous les plaisirs de « gueule ». Il y détaille longuement les péchés de gourmandise, gloutonnerie, ivrognerie. Il cite en exemple les Sarrasins qui ne boivent jamais de vin, prétend que Charlemagne ne prenait du vin que trois fois par mois, et relate une anecdote sur un des anciens Louis, roi de France, qui possédait une précieuse coupe à l'intérieur de laquelle il avait fait graver un signe. Son échanson ne devait pas verser de vin qui dépassât cette marque au-dessus de laquelle il complétait avec de l'eau. Le vin est responsable de tous les autres péchés car il induit à la luxure, au blasphème, à la colère. Il fait dire des bêtises, obscurcit les cervelles et éloigne l'homme de Dieu. Quatre chapitres entiers sont consacrés à la gourmandise, au jeûne et à l'abstinence.
  • Aurei sermones totius anni de tempore et de sanctis cum quadragesimali. Spire : Peter Drach, 30 novembre 1479.
  • Formicarius. Augsbourg, Anton Sorg, 1484.
  • Consolatorium timorate conscientie. Perrin, Paris, 31 janvier 1494.
  • Tractatus utilis de septem peccatis mortalibus. Paris : Denis Roce, avant 1510 ?
  • De Lepra Moralis, Joannis Nider. Paris (Jean Petit) s.d. (1514).
  • Opus historicum et morale sui temporis. De principibus, episcopis, praelatis, sacerdotibus, monachis, monialibus, Beguinis & Begardis, rebuspublicis, civibus, conjugatis, viduis, virginibus, maleficis, necromanticis, incubis, succubis, aniacis, visionibus, somniis, miraculis, &c. Auspiciis … Rudolphi Augusti, Brunsv. ac luneb. Ducis ex antiqua editione 1517. Luci redditum ab Hermanno von der Hardt Helmstadi, 1696

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ostorero, Martine., Paravicini Bagliani, Agostino., Tremp, Kathrin Utz. et Chène, Catherine., L'imaginaire du sabbat : édition critique des textes les plus anciens, 1430 c.-1440 c., Université de Lausanne, Section d'histoire, Faculté des lettres, (ISBN 9782940110162, OCLC 48516186, lire en ligne)
  2. (de) Nider, Johannes, « Nider, Johannes », sur www.historicum.net (consulté le 14 avril 2018)
  3. Henry Ignatius Smith, « John Nider », Catholic Encyclopedia (1913), vol. Volume 11, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  4. Jean Céard, « Démons et sorciers, de Formicarius de Johan Nider au Dictionnaire des sciences occultes de Collin de Plancy », Albineana, Cahiers d'Aubigné, vol. 21, no 1,‎ , p. 201–230 (DOI 10.3406/albin.2009.1129, lire en ligne)
  5. Jean Nider, Des sorciers et leurs tromperies, Editions Jérôme Millon, (ISBN 9782841371839, lire en ligne)
  6. Bailey, Michael David, 1971-, Battling demons : witchcraft, heresy, and reform in the late Middle Ages, Pennsylvania State University Press, (ISBN 0271022264, OCLC 50143639, lire en ligne)
  7. Gábor Klaniczay, « Entre visions angéliques et transes chamaniques : le sabbat des sorcières dans le Formicarius de Nider* », Médiévales, no 44,‎ , p. 47–72 (ISSN 0751-2708, DOI 10.4000/medievales.710, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]