Johannes Carsten Hauch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant danois
Cet article est une ébauche concernant un écrivain danois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Johannes Carsten Hauch
Description de cette image, également commentée ci-après

Johannes Carsten Hauch

Naissance
Copenhague
Décès (à 81 ans)
Copenhague
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture danois
Mouvement Romantisme

Johannes Carsten Hauch, né le et mort le , est un romancier, poète et dramaturge danois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents habitaient en Norvège à Frederikshald. Orphelin de mère en 1802, il retourne au Danemark avec son père en 1807 et s'engage dans l'armée pour combattre les anglais en 1807. En 1808, il entre à l'université de Copenhague.

Après ses études, il se lie avec le philosophe allemand Henrik Steffens et le poète Oehlenschläger. Ce qui le pousse à se lancer dans la poésie. Le résultat est médiocre et sans grand succès, notamment pour des poèmes dramatiques comme Le Pouvoir de l'imaginaire, (1816) , aussi, il abandonne la littérature pour des études scientifiques en zoologie.

Amputé d'un pied à la suite d'un accident survenu à Nice, il se remet à l'écriture, rédigeant surtout des tragédies comme La Mort de Charles V (1831), et une sorte de conte de fée dramatique : Hamadryad (1829), encore une fois sans grand succès.

Pourtant il continue d'écrire inlassablement : cinq romans de 1834 à 1853, des recueils de poèmes en 1846, et encore des tragédies qui, à partir des années 1850, connaîtront un certain succès : L'honneur perdu et retrouvé (1851), L'Enfance de Tycho Brahe (1852).

En 1851, il succède à Oehlenschläger au titre de professeur honoraire d'esthétique à l'université de Copenhague.

Il meurt en 1872, pendant un voyage en Italie. Il est enterré à Rome au cimetière protestant (Cimitero acattolico di Roma).

Quoique très prolifique, Hauch a laissé peu de traces dans l'histoire littéraire danoise. Georg Brandes a publié en 1873 sa biographie Carsten Hauch. On le trouve aussi dans des ouvrages de littérature générale comme : Poètes Danois (Danske Digtere). L'ensemble de ses romans et de ses œuvres dramatiques a été publié en 3 volumes entre 1852 et 1859.