Johanna Budwig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Johanna Budwig
Johanna Budwig.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
FreudenstadtVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine

Johanna Budwig, née le et morte en , est une biochimiste allemande. En dépit de malheurs et de conditions défavorables, Johanna Budwig a pu devenir l’une des scientifiques les plus brillantes de son époque. Diplômée en chimie, pharmacologue agréée, titulaire d’un doctorat en physique, guérisseuse, inventrice et auteure, elle a apporté une contribution remarquable à l’étude des graisses et de leurs effets sur le corps. Elle a développé une méthode de chromatographie sur papier, grâce à laquelle elle a pu prouver l'existence d'acides gras polyinsaturés. La Doctoresse Johanna Budwig, qui a suivi les traces du lauréat du prix Nobel Otto Warburg, était convaincue que de nombreuses maladies graves affectant la société moderne, telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, la dépression et le cancer, étaient causées par une altération de la respiration cellulaire, du fait des habitudes alimentaires modernes. et leur dépendance à la nourriture produite industriellement.[1]

Sa vie et ses travaux sont souvent naïvement critiqués car elle était convaincue de pouvoir combattre le cancer, grâce à un régime alimentaire approprié composé de deux ingrédients.

La méthode[modifier | modifier le code]

La méthode Budwig est basée sur la consommation régulière de graines de lin, d'huile de lin, et de fromage blanc, notamment le matin au petit déjeuner. Les graines de lin sont riches en acides gras polyinsaturés, et particulièrement en acide α-linolénique. Cet acide gras essentiel doit faire part intégrante d'un régime alimentaire sain, car le corps ne peut pas synthétiser cet acide gras de lui-même[réf. nécessaire]. Le fromage blanc est une source de protéines nécessaire pour lier l'acide gras liposoluble, et ainsi améliorer son absorption par le corps.

La méthode Budwig déconseille aussi la consommation de nourriture riche en graisses animales et hydrogénées, en conservateurs, de viande ainsi que de sucre. L'huile de lin doit être une huile vierge biologique de première pression à froid.

On ne peut pas aujourd'hui parler de méthode ou crème Budwig sans évoquer la Doctoresse Catherine Kousmine qui a très largement contribué a développer et populariser le nom "Budwig" à travers le monde. Catherine Kousmine a repris le petit déjeuner très connu des Suisses : le « muesli » et l’a adapté. Elle l’appellera « budwig », en hommage à son amie Johanna Budwig.[2] Sa recette reprend évidemment le concept de base en utilisant l'huile de lin et le fromage blanc en y intégrant des céréales fraîchement moulues, des oléagineux et des fruits frais principalement. C'est un petit déjeuner entièrement cru, d’une haute valeur nutritive qui apporte énergie, vitamines, oligo-éléments et sels minéraux. Catherine Kousmine a utilisé ce repas matinal comme traitement de base pour ses patients.

Johanna la guérisseuse[1][modifier | modifier le code]

En toute logique et pour pouvoir enfin accéder aux patients, Johanna Budwig prend un nouveau départ en tant que guérisseuse et achève sa formation en 1966. Elle a été en mesure de mettre en pratique le régime oléagineux protéiné avec des patients du monde entier au cours des 20 années qui suivirent. Les lettres de remerciement qu'elle a reçues témoignent d'un succès considérable.

D'autres scientifiques étaient d'un avis différent. Parce qu'elle avait été séparée des milieux de la recherche et du monde universitaire, Johanna Budwig a documenté ses succès sur divers domaines dans plusieurs livres au cours des années suivantes. Presque comme pour contrarier ses critiques, toutefois, elle ne s’en est pas servie comme plate-forme pour discuter de ses preuves scientifiques concernant les effets positifs de son régime protéino-huileux, mais plutôt de l’aspect le plus important du traitement du cancer.

Le nombre de rapports anecdotiques faisant état d'un succès étonnant en matière de traitement du cancer était en augmentation. Cependant, le manque de preuves scientifiques vérifiées faisait de la Doctoresse Johanna Budwig une cible facile pour ses critiques. Néanmoins, elle a été nominée pour le prix Nobel de médecine à sept reprises en 1979. Inlassablement, la chercheuse - qui progressait au cours de ses années - a parcouru le monde en acceptant des invitations pour tenir des conférences devant un public de ses pairs. Ses livres ont été traduits et vendus à 250 000 exemplaires en Amérique du Nord seulement. Simultanément, elle a poursuivi ses recherches dans divers domaines en utilisant ses propres ressources. En 1982, elle a déposé un brevet pour l'utilisation de lasers à rubis dans les centrales nucléaires afin d'augmenter la capacité d'absorption des radiations de l'eau de refroidissement.

La Dre Johanna Budwig n'a pas vécu assez longtemps pour voir ses théories sur les effets du régime oléagineux et des acides gras oméga-3 vérifiées par la science moderne.

Critiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble des oncologistes et médecins spécialistes du cancer ne croient pas que seul un régime alimentaire aussi simpliste que celui de Budwig puisse être l'unique source de soins pour traiter un cancer, et considèrent les cas de rémissions ou d'améliorations significatives résultants de cette méthode comme anecdotiques et sans lien avec le régime.

Cette méthode sans fondement scientifique ni preuve d'efficacité a été liée à de nombreux cas d'abus de faiblesse envers des patients, et demeure dans le viseur de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES)[3].

Le régime Budwig compte encore quelques adeptes au XXIe siècle, aidé par toutes sortes de déclarations spectaculaires sur des réseaux sociaux spécialisés dans le complotisme médical. Plusieurs sites de propagande affirment même qu'elle aurait été nominée de nombreuses fois pour un Prix Nobel[4], affirmation fantaisiste puisqu'il n'existe aucune publication des « nominés » au prix, seuls les lauréats étant connus[5],[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

En allemand[modifier | modifier le code]

  • Die elementare Funktion der Atmung in ihrer Beziehung zu autoxydablen Nahrungsstoffen, Freiburg im Brisgau, Hyperion-Verlag, 1956
  • Fotoelemente des Lebens, auch zur Überwindung der Erkrankung an Krebs, Innsbruck, Resch 1979
  • Komische Kräfte gegen Krebs, Elektronen-Biologie, Freiburg im Brisgau, Hyperion-Verlag, 1966
  • Krebs, das Problem und die Lösung, Kernen, Sensei-Verlag, 2000
  • Krebs - ein Fettproblem, richtige Wahl und Verwendung der Fette, Freiburg im Brisgau, Hyperion-Verlag, 1956
  • Laserstrahlen gegen Krebs, Resonanz-Phänomene als Anti-Entropie-Faktor des Lebens, Freiburg im Brisgau, Hyperion-Verlag, 1968
  • Öl-Eiweiss-Kost, Freiburg im Brisgau, Hyperion-Verlag, 1965

Traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Les maladies attribuables aux graisses alimentaires, (Das Fettsyndrom, 1959)

Traduits en anglais[modifier | modifier le code]

  • Flax Oil As a True Aid Against Arthritis Heart Infarction Cancer and Other Diseases, 1996
  • The Oil Protein Diet Cookbook, 1996

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Dr. Johanna Budwig: Her Life », sur www.budwig-stiftung.de (consulté le 2 novembre 2018)
  2. « Qui était-elle ? - Association Kousmine Française », Association Kousmine Française, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  3. « Les dérives sectaires dans le domaine de la santé », sur derives-sectes.gouv.fr.
  4. Who Was Dr. Johanna Budwig?
  5. Burton Feldman, The Nobel prize: a history of genius, controversy, and prestige, , p. 16
  6. « Nomination Database », Nobelprize.org (consulté le 3 mars 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) La méthode Budwig en détail
  2. (en) Les graines de lin et la santé
  3. (en) La vie et les études du docteur Johanna Budwig

Sources[modifier | modifier le code]

  • Article du wikipédia anglophone pour la présentation
  • Bibliothèques allemande et autrichienne pour les références bibliographiques