Johann von Dalberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann von Dalberg
Image illustrative de l'article Johann von Dalberg
L’évêque Johann von Dalberg
Biographie
Naissance
Oppenheim
Ordination sacerdotale avant 1480
Décès (à 47 ans)
Heidelberg
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque de Worms
Autres fonctions
Fonction laïque
chancelier de l’Université de Heidelberg

Ornements extérieurs Evêques.svg
Coat of Arms of the Bishopric of Worms.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
Vitrail représentant Johann von Dalberg et ses armoiries, mêlant celles de la famille von Dalberg à celles de Worms (vers 1480 ; situé à l'origine dans le caveau funéraire des Dalberg, en l'église Saint-Pierre à Herrnsheim, auj. exposé au Musée régional de Bade à Karlsruhe).
L’évêque Johann von Dalberg béni par Saint Pierre. Détail d'une sculpture contemporaine, l’« arbre de Jessé », dans la cathédrale de Worms.

Johann von Dalberg, né le 14 août 1455 à Oppenheim, mort le 27 juillet 1503 à Heidelberg est évêque de Worms et chancelier de l’Université de Heidelberg de 1480 à 1482[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du sénéchal de l’électeur palatin, Wolf von Dalberg (1426 † 1476), il étudia la Philosophie à Erfurt et le droit à Pavie. En 1480 il reçut la charge d’avoué du chapitre de Worms et de chancelier de l’Université de Heidelberg, dont il assura la prospérité.

L’électeur palatin Philippe (au pouvoir de 1476 à 1508) en fit son chancelier en 1482 et fit en sorte qu’il soit élu évêque de Worms (consécration le 2 août 1482). Dalberg favorisa le courant humaniste et fit de Heidelberg et de Worms des centres actifs des nouvelles idées. En 1484 il invita à Heidelberg Rudolph Agricola, avec qui il s'était lié d’amitié à Pavie. Ce représentant du premier humanisme nordique était libre de prononcer discours et conférences à l’université, et il accompagna Dalberg en 1485 à Rome. Dalberg entretenait une correspondance suivie avec les plus grands érudits de son temps. En 1496 invita Jakob Stoll d’Alsheim pour une visitation diocésaine, que le Synodal de Worms lui attribue.

Statue[modifier | modifier le code]

Le roi Louis Ier de Bavière voyait en Johann von Dalberg un des grands hommes de l'histoire allemande : il lui fit dresser une statue de marbre par Arnold Hermann Lossow dans son panthéon de Ratisbonne, le Walhalla.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Enzyklopädischer Artikel über Johann von Dalberg », sur Marburger Repertorium zur Übersetzungsliteratur im deutschen Frühhumanismus, Université de Marburg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]