Johann Liss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liss.
image illustrant un peintre image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un peintre allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Johann Liss
Johann Liss 006.jpg

Johann Liss (Oldenbourg, vers 1595-15971631) ,La chute de Phaéton, début du XVIIe. Collection Denis Mahon, Londres

Naissance
Décès
Activité

Johann Liss (ou Jan Lys) (né à Oldenbourg vers 1595 - 1597, mort à Vérone le 5 décembre 1631) est un important peintre baroque allemand, surtout actif à Venise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Liss est né à Oldenbourg dans le Schleswig-Holstein, en Allemagne. Après des études dans son land natal, il a poursuivi ses études, peut-être avec Hendrick Goltzius en Hollande, visitant Amsterdam, Haarlem et Anvers, où il pourrait avoir rencontré Jacob Jordaens. Son ami et biographe Sandart, qui vécut avec lui avec lui à Venise en 1628-1629 est la principale source pour reconstituer son activité de peintre.

Exécutant un court séjour à Paris, il y fréquente l'atelier de Georges Lallemant.

Il se rend à Venise vers 1621 où il signa un dessin, Le Carnaval des musiciens bossus, aujourd'hui à Hambourg, lié à la tradition flamande et hollandaise.

Vers 1625 il se rendit à Rome, fréquenta les milieux caravagesques et rencontra Manfredi, Ter Brugghen et Valentin. Il y peignit des toiles aux clairs-obscurs appuyés et aux couleurs enflammées d'inspiration nordiques.

Vers 1623-1624, il retourna à Venise, où Il se fixa définitivement. Il observa les grands coloristes vénitiens de la Renaissance, mais aussi Fetti, comme en témoigne Le Retour du fils prodigue, aujourd'hui à l'Académie de Vienne. Sa peinture mûrit ensuite grâce à l'étude des oeuvres italiennes de Rubens. Elle se caractérise par plus de spontanéité, comme on peut le voir dans la La Toilette de Venus entourée de nymphes au château de Pommersfelden, dont une copie est aux Offices[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tiziana Zennaro Fabbri, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 652
  2. a, b et c Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 448-449

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]