Johann Kasimir Kolbe von Wartenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Kasimir Kolbe von Wartenberg
Johann Kasimir Kolbe Reichsgraf von Wartenberg
Johann Kasimir Kolbe Reichsgraf von Wartenberg
Fonctions
Premier ministre du Royaume de Prusse
1697 – 1710
Prédécesseur Eberhard von Danckelman
Successeur Heinrich Rüdiger von Ilgen
Biographie
Nom de naissance Johann Kasimir Kolbe
Date de naissance
Lieu de naissance Metz
Date de décès
Lieu de décès Francfort-sur-le-Main

Johann Kasimir Kolbe von Wartenberg (1643-1712) fut premier ministre du Royaume de Prusse de 1697 à 1710. Le grand-chambellan de Frédéric Ier de Prusse, fut également maréchal du royaume, chancelier de l'Ordre de l'Aigle noir[1] et Statthalter héréditaire de toutes les principautés, comtés et seigneuries de la succession d'Orange[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un noble palatin exilé[3], le comte Johann Kasimir Kolbe von Wartenberg naît le 6 février 1643[4] à Metz[1], ville alors ouverte à la Réforme, où ses parents avaient trouvé refuge pendant la Guerre de Trente Ans[2]. Si Kolbe de Wartenberg quitte Metz, il reste un moment en relation avec le pasteur messin Paul Ferry, qui le tient en haute estime[5]. Très tôt ambassadeur, Kolbe von Wartenberg sert d'abord le comte palatin Louis Henri de Palatinat-Simmern, comme conseiller et grand écuyer[2]. Après la mort de la comtesse palatine Marie d'Orange-Nassau en 1688, Kolbe von Wartenberg se met au service de Frédéric III, margrave-électeur de Brandebourg, (futur roi de Prusse)[2].

D'abord commandant d'Oranienburg en 1690, il est nommé Schlosshauptmann à Berlin, grand officier de l'État, en 1691[1]. En 1695, il épouse la fille d'un riche marchand d'Emmerich am Rhein, avec laquelle il aura 4 enfants: Frédéric en 1697, casimir en 1699, Frédéric-Charles en 1704 et Antoine-Guillaume en 1707[2]. En 1696, il est nommé Oberstallmeister, grand écuyer, et Oberkammerherr, grand chambellan du roi. Enfin, en 1697, il est nommé premier ministre d’État par Frédéric[1].

Surnommé le « Grand vizir » par l'épouse du magrave, Sophie-Charlotte de Hanovre[3], le comte Kolbe fait partie, avec August Wittgenstein et Alexander von Wartensleben, du Drei-Grafen-Kabinett, le « Cabinet des trois comtes », sorte de Triumvirat officieux à la tête du royaume de Prusse. Il est par conséquent en grande partie responsable de la politique financière désastreuse de l’État prussien, ce qui lui vaut l'exil en 1710[1].

Après la mort de la reine, il poussa le roi quinquagénaire à se remarier avec la très belle Sophie-Louise de Mecklembourg-Schwerin de vingt ans sa cadette afin de consolider sa dynastie. Cependant le mariage fut stérile et, bien que mariée à un roi calviniste, la jeune souveraine resta une luthérienne militante au point de s'attirer les foudres de son mari ainsi que la haine de son ministre et de l'épouse de celui-ci qui était la maîtresse du roi.

Disgracié nen 1710, le comte Johann Kasimir Kolbe von Wartenberg se retire avec son épouse à Francfort-sur-le-Main, où il décéda le 4 juillet 1712[1]. Il fut inhumé à Berlin[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Kasimir Kolbe Graf von Wartenberg sur preussen-chronik.de.
  2. a, b, c, d, e et f Louis Moréri: Le grand dictionaire historique, ou Le mêlange curieux de l'histoire sacrée et profane (...), Utrecht, 1740.
  3. a et b Linda Frey, Marsha Frey: The Treaties of the War of the Spanish Succession: An Historical and critical dictionary, Greenwood publishing group, 1995 (p.487)
  4. Né à Metz le 26 février 1643 selon ses mémoires. ( A.lang: Séance du 10 janvier 1861, in Bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Metz, 1861 )
  5. A.Lang : Séance du 10 janvier 1861, in Bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Metz, 1861 (pp.3-4).

Sources[modifier | modifier le code]