Johann Jakob Schweppe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Johann Jacob Schweppe)
Johann Jakob Schweppe
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Johann Jacob SchweppeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

Johann Jakob Schweppe, né le à Witzenhausen en Hesse-Cassel et mort le au Petit-Saconnex, est un horloger et orfèvre hessois qui s'installa en 1766 à Genève comme joaillier[1],[2]. S'appuyant sur les travaux du pasteur et chimiste britannique Joseph Priestley, il invente à la fin du XVIIIe siècle un procédé permettant de dissoudre du dioxyde de carbone dans l'eau afin d'en faire une boisson gazeuse[2]. Il dépose un brevet en 1783, qui concerne alors un breuvage aux vertus médicinales.

Après 1783, il transforme le domaine rural des Petits-Crêts, au Grand-Saconnex en résidence bourgeoise, dont il fait sa demeure. En 1790, il fonde à Genève avec Nicolas Paul, Henri-Albert Gosse et William Belcombe une fabrique d'eaux minérales artificielles[1]. Deux ans plus tard, il part pour Londres, où il installe une succursale à Drury Lane, mais qui est gérée de manière indépendante et fait rapidement fortune[3]. Le slogan de l'entreprise Schweppes est depuis lors « Soft Drink Manufactures Schweppes Ltd. London. Famous since 1783 ». En 1799, Schweppe vend ses parts de la société à ses associés et prend sa retraite.

Il rentre à Genève, au Grand-Saconnex, où il où il a fait transformer en maison bourgeoise le domaine rural des Petits Crêts[4]. En 1792, l'enlèvement de sa fille de douze ans cause un émoi considérable dans la Cité de Calvin[5]. Il meurt à Genève en 1821.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b .hls-dhs-dss.ch/textes/f/F31275.php Schweppe, Johann Jakob, dans le Dictionnaire historique de la Suisse.
  2. a et b Howald, p. 137.
  3. (en) « Schweppes' history », Telegraph.co.uk,‎ (lire en ligne, consulté le 14 avril 2018)
  4. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 520-521.
  5. Geoffroy Kursner, « Un professeur de musique enlève sa jeune élève », Passé simple. Mensuel romand d'histoire et d'archéologie, no 18, octobre 2016, p. 18-19.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]