Johann Faulhaber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faulhaber.
Johann Faulhaber
Ioannes-Faulhaberus-Mathematicus-Imperialis-Ulmae-Natus.png
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Johann Faulhaber est un mathématicien allemand, né le 5 mai 1580 à Ulm et mort le 10 septembre 1635 à Ulm.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initialement tisserand, Faulhaber devint un conseiller de la ville d'Ulm et travailla aux problèmes de fortifications (Ulm, Bâle, Francfort). Il collabora avec Kepler, en particulier pour définir les bonnes quantités explosives nécessaires aux travaux des sapeurs. Il construisit aussi des instruments géométriques pour les militaires, et des roues à aubes pour moulins. Il « enseigna les mathématiques à Ulm. Il se plaisait à proposer aux savants des problèmes qu'il croyait insolubles : René Descartes, alors simple officier au service de l'Allemagne, en résolut plusieurs en se jouant, au grand étonnement du professeur. On a de lui, entre autres écrits, un Recueil de Récréations mathématiques, en allemand, Ulm, 1613[1]. » En retour, il impressionna et influença Descartes par ses convictions tant scientifiques que rosicruciennes[2].

Faulhaber était un des premiers algébristes traitant de la Cossa (l'inconnue). Avec Stifel, Bürgi et Napier, il expliqua les logarithmes. Il fut le premier à publier en Allemagne les tables de logarithmes de Briggs. Il correspondit avec Ludolph van Ceulen, qui, comme lui, est un calculateur hors du commun.

Article détaillé : Formule de Faulhaber.

Faulhaber reste connu pour sa contribution majeure au calcul la somme des puissance des entiers (soit un siècle avant Bernoulli) par une méthode des intégrales multiples (des sommes à l'époque), que Knuth a réhabilité récemment (rappel : à l'époque, il n'est pas d'usage de donner le « secret » des démonstrations). Jacobi en 1834 fut le premier à démontrer ces formules, et donna à l'université de Cambridge son exemplaire de l'Academia Algebræ (1831), principal ouvrage de Faulhaber, écrit en allemand malgré son titre[3]. En 1622, Faulhaber publia parmi un recueil de miracles arithmétiques une formule généralisant le théorème de Pythagore aux aires du tétraèdre[4],[5] (théorème connue des français comme le Théorème de Gua). En 1630, il reprend cet exposé dans son "Ingenieurs Schul"[6], en se situant dans un cadre plus général.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Johann Faulhaber » (voir la liste des auteurs).

  1. Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, (lire en ligne), p. 649
  2. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Johann Faulhaber », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  3. (en) « Johann Faulhaber's Academia Algebrae », sur MAA Digital Library.
  4. (de) Hartmann Mutfried, « Analogisieren am Beispiel des Pythagoras », http://www.didmath.ewf.uni-erlangen.de/Vortrag/GDM,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  5. (en) Teun Koetsier et Luc Bergmans, Mathematics and the Divine: A Historical Study, Elsevier, (ISBN 9780080457352, lire en ligne)
  6. (de) Ivo Schneider, Johannes Faulhaber 1580–1635, Springer-Verlag, (ISBN 9783034872744, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :