Johann David Michaelis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann David Michaelis, né le 27 février 1717 à Halle (Saxe-Anhalt) et mort le 22 août 1791 à Göttingen), est un hébraïsant, orientaliste, philosophe et érudit allemand. Il exerce une influence importante sur ses contemporains, notamment par ses cours à l'université de Halle.

En philosophie, il subit l'influence de Siegmund Baumgarten (1706–1757).

Dans le domaine des langues orientales, il a pour disciple le père du philosophe Schelling[1]. Quelques années plus tard, la fille de Michaelis, Caroline, épouse Schelling (après avoir épousé Auguste Schlegel).

Son intelligence le porte en de multiples directions : l'histoire, la littérature ancienne mais aussi moderne, et, principalement, la géographie et les sciences naturelles. Il commence son parcours universitaire comme auditeur de médecine ; dans son autobiographie, il regrette ne pas avoir choisi la profession médicale.

Michaelis a traduit en allemand la Clarissa de Richardson.

À droite : la maison de Michaelis à l'université de Göttingen

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Tilliette, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling, CNRS Éditions, 2010, p. 15.

Articles connexes[modifier | modifier le code]