Johann David Heinichen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heinichen.
Johann David Heinichen
Naissance
Krauschwitz, Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Décès (à 46 ans)
Dresde, Drapeau de l'Électorat de Saxe Électorat de Saxe
Activité principale Compositeur
Maîtres Johann Kuhnau
Élèves Johann Georg Pisendel, Johann Joachim Quantz

Johann David Heinichen (né à Krauschwitz le et décédé à Dresde le ), est un compositeur et théoricien allemand de musique baroque.

Il est l'auteur du cercle des quintes utilisé actuellement, la première version connue de cet outil logique ayant été développé par le compositeur et théoricien musical ukrainien Nikolay Diletsky dans son traité musical « Idea grammatikii musikiyskoy », publié à Moscou en 1679.

Biographie[modifier | modifier le code]

schéma du cycle des quintes
Cycle des quintes de Johann David Heinichen

Heinichen est un élève de Johann Kuhnau, Thomaskantor à Leipzig, où il fait des études de droit. Après cette formation il se rend en Italie où il remporte de nombreux succès avec ses opéras.

En 1710, il publie son œuvre théorique sur la basse continue, Der General Bass in der Composition, dans laquelle il expose aussi le Cycle des quintes. À Rome en 1712, il donne des cours de musique au prince Léopold d'Anhalt-Köthen qui le prend comme compositeur. Ce prince nommera en 1717 Johann Sebastian Bach maître de chapelle à sa cour.

En 1716, il rencontre à Venise le prince Électeur de Saxe qui l'engage le comme maître de la chapelle du roi de Saxe Auguste II de Pologne où il a pour collègues les compositeurs Johann Adolf Hasse et Jan Dismas Zelenka, les violonistes Francesco Maria Veracini, Johann Georg Pisendel, et le flûtiste Johann Joachim Quantz. Aux deux derniers, il a donné également des leçons de composition.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sa musique était très populaire, de nombreux concertos, ouvertures, sonates et d'innombrables œuvres de musique sacrée nous sont restées. Plusieurs de ses messes, ainsi que sa dernière œuvre, le Magnificat, suscitent de nos jours l’intérêt du public.

Liens externes[modifier | modifier le code]