Johann Christian Günther

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Johann Christian Günther
Johann Christian Guenther.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 27 ans)
IénaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Œuvres principales

Johann Christian Günther () est un poète allemand originaire de Striegau, en Basse-Silésie. Après avoir fréquenté le gymnase à Schweidnitz, il est envoyé en 1715 par son père, médecin de campagne, pour étudier la médecine à Wittenberg ; mais il est paresseux et dissipé, n'ayant aucun goût pour cette profession, et rompt complètement avec sa famille. En 1717, il se rend à Leipzig, où il est recueilli par Johann Burkhard Mencke (1674-1732), qui a reconnu son génie ; là, il publie un poème sur la paix de Passarowitz (conclu entre l'empereur d'Allemagne et de la Porte en 1718) qui lui fait acquérir une certaine renommée. Une recommandation de Mencke à Frédéric-Auguste II de Saxe, roi de Pologne, s'avère être une erreur, puisque le poète arrive saoul. À partir de ce moment, il mène une vie incertaine, s'enfonçant toujours plus profondément dans le bourbier de la misère, jusqu'à sa mort à Iéna le 15 mars 1723, à 28 ans. Goethe estime que Günther a été un poète dans le sens le plus complet du terme. L'ensemble de ses poèmes témoigne d'une vive et profonde sensibilité, de beaucoup d'imagination, d'une certaine présence d'esprit et d'une vraie oreille pour la mélodie et le rythme ; néanmoins, un certain cynisme est présent dans la plupart d'entre eux, ainsi que des mots d'esprit insipides ou grossiers.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) « Johann Christian Günther », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]
  • les recueils de poèmes de Günther ont été publiés en quatre volumes (Breslau, 1723-1735).
    • Ils sont également inclus dans le vol. vi. de Jules Tittmann' Deutsche Dichter des 17ten Jahrh. (Leipzig, 1874), et vol. xxxviii. de Kurschner de la Deutsche Nationalliteratur (1883).
  • Une prétendue autobiographie de Günther est apparue à Schweidnitz, en 1732, et biographie par Siebrand à Leipzig en 1738. Voir
    • Hoffmann von Fallersleben, J. Go. Günther (Breslau, 1833)
    • O. Roquette, Leben und Dichten J. Ch. Günthers (Stuttgart, 1860)
    • M. Kalbeck, Neue Beiträge zur Biographie des Dichters C. Günther (Breslau, 1879).