Johann Adam von Bicken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Adam von Bicken
Johann Adam von Bicken.png

Portrait d'électeur Jean-Adam (XVIIe siècle)

Fonctions
Archevêque de Mayence
-
Prince-électeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Burg Hainchan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité

Johann Adam von Bicken ou Jean-Adam de Bicken, né le à château Hainchen, aujourd'hui Netphen, décédé le à Aschaffenbourg, a été Prince-Électeur-archevêque de Mayence de 1601 à 1604.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Adam était fils de Philippe de Bicken, maréchal de la cour de Mayence, et d'Anne de Brendel, sœur de l'archevêque Daniel Brendel von Homburg[1]. Il a reçu l'enseignement initial, à Wurtzbourg et à Mayence, où il aurait également étudié les sept arts libéraux que d'habitude, puis il poursuit ses études à Pont-à-Mousson - suite (1582 1584), Bourges, Toulon et en Italie. Il parle français et italien. Chanoine en 1574 à l'âge de dix ans, puis scolastique de l'église de Mayence, il fut nommé en 1590 par l'électeur Wolfgang de Dalberg dans son bureau électoral, où il a occupé diverses tâches de gestion. Il participer à l'automne de 1597 au Diète d'Empire à Ratisbonne.

Jean-Adam de Bicken fut élu archevêque de Mayence le 15 mai 1601. Dignité épiscopale qui lui fut confirmée par le pape Clément VIII, le 27 août suivant. Pendant son épiscopat, qui ne fut que d'environ deux ans et demi, il se donna beaucoup de peines pour rétablir l'ancien culte dans le comté de Reineck et de comté de Koenigstein. Il assista 1600 en France à la conférence de Fontainebleau ordonnée par le roi, débat entre l’évêque d’Évreux Jacques Du Perron, calviniste converti et le protestant Philippe Duplessis-Mornay[2]. Une maladie l'emporta, le 11 janvier 1604, à l'âge de trente-neuf ans, dans son palais d'Aschaffenbourg, d'où il fut rapporté dans sa cathédrale pour y être inhumé.

Il prenaient position dans le chasse aux sorcières et le Contre-Réforme dans son électorat.

Famille[modifier | modifier le code]

Les Bicken, noble famille de Barons dans le voisinage du Rhin, de laquelle un nommé Philippe a été célèbre dès l'an 1080. Conrad, qui mourut à la fin du XVe siècle, était Seigneur de Hayn, et cette Seigneurie fut portée dans la Maison de Bicken par une Comtesse de Nassau[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Clémencet, avec la collaboration de Maur Dantine et d'Ursin Durand, L'Art de vérifier les dates, 1750
  2. Œuvres complètes de Voltaire
  3. Louis Moréri, Le grand dictionaire historique, ou Le mêlange curieux de l'histoire sacrée, Amsterdam La Haye Compagnie 1702, p. 273

Sources[modifier | modifier le code]