Johann-Anton Engelhard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Johann-Anton Engelhard
Fonction
Conseiller national suisse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
MoratVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Johann Anton EngelhardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Johann-Anton Engelhard , né le à Morat et mort dans la même ville le , est une personnalité politique et militaire suisse.

Famille[modifier | modifier le code]

Protestant, issu d’une famille originaire de Morat et Greng, Johann-Anton est le fils de Johann-Friedrich Engelhard (1783–1862), médecin d’origine allemande exerçant son art à Bienne, Morat et Berne, et de Maria Vissaula, d’une famille de notables moratois. Johann-Friedrich est préfet du district de Morat dès 1830, député au Grand Conseil du canton de Fribourg (1840–1847) et conseiller national (1854–1860). Il se retire du Conseil national en 1860, laissant la voie ouverte à son fils.

Johann-Anton épouse en premières noces Pauline Heilmann, fille de Georg-Friedrich Heilmann et, en secondes noces, il s’unit à Louise-Eugénie Müller, fille d’Amédée Müller, pharmacien, de Payerne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johann-Anton étudie le droit à Heidelberg et Berlin. Il effectue un stage au bureau de l’avocat Musslin à Morat (1845). Il est breveté avocat en 1848 et patenté notaire à Morat en 1849. Il est cantonné comme notaire du district du Lac (1858–1870). Il est aussi brièvement président du Tribunal du district du Lac. Il mène une carrière militaire qui aboutit au grade de colonel. Il dirige le sixième arrondissement militaire du canton.

Engelhard entre en politique au niveau local et devient conseiller communal de Morat en 1849. Il siège au Grand Conseil de 1857 à 1864. Il est élu le au Conseil d'État, où il ne reste que jusqu’au , soit cinq mois et demi. Il est directeur de la Justice. Il succède à son père au Conseil national et il y siège pendant une législature (1860–1863). Il représente la partie alémanique et protestante du Lac au Conseil d’État et il fait partie des conservateurs protestants du Moratois.

Il se retire de la vie politique en 1864 et exerce l’avocatie et le notariat à Morat, où il s’éteint le , à l’âge de 48 ans.

Source[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]