Johan Clarey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Johan Clarey
Image illustrative de l’article Johan Clarey
Johan Clarey en mars 2019 au Super Slalom de La Plagne.
Contexte général
Sport ski alpin
Période active de 2003 à aujourd'hui
Site officiel www.johanclarey.com
Biographie
Nom dans la langue maternelle Johan Clarey
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Nationalité France
Naissance (41 ans)
Lieu de naissance Annecy
Taille 1,91 m (6 3)
Poids de forme 98 kg (216 lb)
Club Douanes - C.S. Tignes
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 1 0
Championnats du monde 0 1 0
Coupe du monde (globes) 0 0 0
Coupe du monde (épreuves) 0 5 4

Johan Clarey, né le à Annecy, est un skieur alpin français spécialisé dans la descente et le super-G.

Skieur se révélant sur le tard, il obtient son premier podium en coupe du monde en terminant troisième de la descente de Val Gardena le à l'âge de 28 ans. Le , il bat le record de vitesse dans une épreuve de Coupe du monde, chronométré à 161,9 km/h lors de la descente de Wengen. Il compte neuf podiums en Coupe du monde de ski alpin en descente et Super G.

Médaillé d'argent en Super-G lors des championnats championnats du monde 2019, il est le plus vieux skieur à monter sur le podium des Mondiaux de ski alpin à 38 ans. Il devient ensuite le plus âgé à finir parmi les trois premiers en Coupe du monde, à 41 ans. Ce record étant sa propriété depuis le lorsqu'il se classe 2e de la descente de Kitzbühel. Il améliore ce record le en se classant à nouveau deuxième sur la même Streif. Enfin, le 7 février 2022 lors des Jeux de Pékin, il devient vice-champion olympique de descente, à 10/100e du vainqueur Beat Feuz, établissant à 41 ans et 29 jours le nouveau record du plus vieux skieur alpin médaillé aux Jeux d'hiver.

Carrière[modifier | modifier le code]

Johan Clarey sur la Piste du Stelvio de Bormio en 2019.

Le , après son passage, Clarey pointe en tête de la descente de Val Gardena devant son compatriote Adrien Théaux. En raison de fortes rafales de vent, la course est cependant annulée[1].

Le , Clarey établit le record de vitesse dans une épreuve de coupe du monde durant la descente de Wengen qu'il termine en cinquième position. Avec un passage à 161,9 km/h, Clarey bat le record de Carlo Janka réalisé la veille lors de la descente du super-combiné[2]. Au début du mois de février, alors qu'il est sélectionné pour la descente et le super G des Championnats du monde[3], Clarey est victime d'une chute en dehors d'une compétition. Il souffre d'une Lombosciatique aiguë qui nécessite une opération, ce qui met un terme à sa saison[4]. De retour à la compétition la saison suivante, Clarey obtient le une troisième place dans la descente de Val Gardena, son deuxième podium en coupe du monde, quatre ans après une autre troisième place dans la même station de ski[5]. Clarey rate ensuite les Jeux olympiques de Sotchi où il ne termine pas la descente et est dix-neuvième du super G. Il annonce alors son intention d'arrêter sa carrière en fin de saison. De retour en coupe du monde, il obtient la deuxième place de la descente de Kvitfjell le [6].

Après un nouveau podium en Coupe du monde (3e de la descente de Kitzbühel le ), puis comme toute l'équipe de France et particulièrement celle de vitesse hommes, très secoué par le décès de son ami David Poisson en novembre de la même année[7],[8], Johan Clarey dispute sa meilleure saison à 38 ans, lors de l'hiver 2018-2019, se classant très régulièrement dans le top 10 en descente et Super G ce qui lui permet de remonter peu à peu vers les meilleurs dossards en Coupe du monde[8]. Il se classe notamment 5e de la descente de Lake Louise, encore 5e de celle de Beaver Creek, 4e du super G de Val Gardena, et 2e du super G de Kitzbühel, son premier podium dans la discipline[9]. Deux semaines après ce résultat sur la Streif, il remporte la première médaille française des Championnats du monde 2019 à Åre. Le , il prend le départ du Super G avec le dossard no 14, et rivalise à tous les chronos intermédiaires avec le leader de la course Dominik Paris. Il semble en mesure de le battre quand il percute une porte sur le bas de parcours, ce qui déchire sa combinaison au niveau de l'épaule et fait ressortir la protection plastique qui se trouve en dessous et qui du coup lui aurait fait perdre en aérodynamisme, selon lui[7]. Il termine à 9/100e de Paris, à égalité avec Vincent Kriechmayr, pour une médaille d'argent partagée[10]. Johan Clarey est le plus vieux médaillé de l'histoire des championnats du monde[7].

Il poursuit sa carrière, et à plus de 40 ans, lors de la saison 2020-2021, le , il parvient à se classer 2e sur la Streif lors de la deuxième descente de Kitzbühel[11]. Le jeudi, lors du deuxième entraînement, il avait lourdement chuté. Le vendredi, lors de la première descente, il avait pris la 4e place de la course remportée par Beat Feuz. Le samedi, il s'élance avec le dossard no 5, maîtrise tout le parcours et réalise le meilleur temps. Il n'est battu que par Feuz (dossard no 9) qui réalise le doublé à « Kitz », en le devançant de 17/100e[11]. Johan Clarey devient le premier quadragénaire, et donc le plus vieux skieur de l'histoire, à montrer sur un podium de Coupe du monde[11]. Il annonce dans la foulée son intention de poursuite sa carrière une saison supplémentaire, afin notamment de viser la victoire sur la Streif en 2022[12]. Il obtient sept « top 10 » en descente et Super-G lors de cet hiver ponctué par les championnats du monde à Cortina d'Ampezzo (abandon lors du Super-G, 16e de la descente)[13], et termine 19e du classement général, 4e du classement descente (sa meilleure position dans la discipline depuis ses débuts en 2004), et 26e de celui du Super-G.

Vice-champion olympique à 41 ans[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2021-2022, alors qu'en descente, l'équipe de France ne compte pas le moindre "Top 5", Johan Clarey signe un nouvel exploit peu après avoir fêté ses 41 ans : comme l'année précédente, il parvient à prendre la deuxième place de la descente de Kitzbühel, domptant à nouveau la Streif pour passer la ligne d'arrivée à 42/100e de seconde d'Aleksander Aamodt Kilde, comptant même 2/100e d'avance au niveau de la Hausbergkante au sixième intermédiaire, avant de perdre du temps dans le dévers final[14].

Le , il devient vice-champion olympique de descente aux Jeux de Pékin. Il est ainsi à 41 ans et 29 jours le plus vieux médaillé olympique de ski alpin, surclassant le record détenu par l'Américain Bode Miller, médaillé à l'âge de 36 ans en 2014. Lors de sa descente, partant avec le dossard no 19, Johan Clarey « allume du vert » (signifiant une avance sur le meilleur temps provisoire) aux quatre premiers temps intermédiaires[15]. Au cinquième, il est en retard de 13/100e[15]. Clarey échoue finalement sur la ligne d'arrivée à seulement 10/100e de Beat Feuz. Il déloge de la deuxième place Matthias Mayer, qui lui a fini à 16/100e du vainqueur suisse[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné
JO 2010
Vancouver
27e Abandon
JO 2014
Sotchi
Abandon 19e
JO 2018
Pyeongchang
18e
JO 2022
Pékin
Médaille d'argent, Jeux olympiques Argent -

Légende :

  • Médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • — : Johan Clarey n'a pas participé à cette épreuve

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné
Mondiaux 2011
Garmisch-Partenkirchen
8e
Mondiaux 2015
Vail - Beaver Creek
16e 30e
Mondiaux 2017
Saint-Moritz
Abandon
Mondiaux 2019
Åre
17e Médaille d'argent, monde Argent
Mondiaux 2021
Saint-Moritz
16e Abandon

Légende :

  • — : n'a pas participé à cette épreuve

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 19e place en 2019, 2020 et 2021[17].
  • 9 podiums (8 en descente et 1 super G).

Classements par épreuve en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Général Descente Slalom Slalom géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2004 140e 2 54e 2 - - - - - - - -
2007 86e 69 33e 57 - - - - - - 38e 12
2008 78e 79 30e 63 - - - - - - 41e 16
2009 92e 46 31e 46 - - - - - - - -
2010 61e 118 19e 104 - - - - - - 37e 14
2011 56e 150 19e 142 - - - - 48e 8 - -
2012 29e 334 10e 283 - - - - 31e 51 - -
2013 23e 282 12e 174 - - - - 12e 108 - -
2014 25e 341 7e 286 - - - - 25e 68 - -
2015 32e 250 16e 182 - - - - 23e 68 - -
2016 37e 253 15e 235 - - - - 41e 18 - -
2017 52e 137 17e 132 - - - - 50e 5 - -
2018 54e 121 18e 121 - - - - - - - -
2019 19e 434 8e 234 - - - - 8e 200 - -
2020 19e 405 7e 316 - - - - 15e 89 - -
2021 19e 335 4e 272 - - - - 26e 63 - -

Performances générales[modifier | modifier le code]

Johan Clarey a pris 192 départs en Coupe du monde. Il n'a jamais remporté de victoires mais compte sept podiums, six en descente et un en Super G[18].

Résultat Descente Super G Slalom géant Combiné Slalom Total
1re place - - - - - -
2e place 4 1 - - - 5
3e place 3 - - - 3
Top 10 31 8 - - - 39
Top 30 85 27 - 5 - 107
Autres 28 27 - 8 - 63
Départs 113 54 0 13 0 180

Mis à jour le 19 mars 2015.

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Johan Clarey a participé à deux éditions des Championnats du monde junior, au Québec en 2000 puis à Verbier en 2001. Son meilleur résultat est une 4e place dans la descente de Verbier[19].

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné
Mondiaux 2000
Stoneham
28e - 28e 21e -
Mondiaux 2001
Verbier
4e - 44e 18e -

Coupe d'Europe[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 9e en 2004.
  • Vainqueur des classements de descente et de combiné en 2007.
  • 8 podiums, dont 5 victoires (4 en descente et 1 en super combiné).

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Podium du Championnat de France de descente en 2014 à Méribel : Johan Clarey vainqueur au centre, entouré de David Poisson et Maxence Muzaton

Johan Clarey a remporté deux titres de champion de France de descente, en 2011 et en 2014[20].

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Super combiné
Championnats 1997
L'Alpe d'Huez
Abandon
Championnats 1998
Serre Chevalier
78e 59e Abandon Abandon
Championnats 1999
La Clusaz
36e 28e 18e
Championnats 2000
Valloire
22e Abandon 19e
Championnats 2001
Courchevel/L'Alpe d'Huez
29e Abandon
Championnats 2002
Val-d'Isère/Megève
20e 19e 35e Abandon
Championnats 2003
Les Menuires
8e Médaille d'argent Abandon 12e
Championnats 2004
Les Carroz/Flaine
9e 13e Abandon Abandon
Championnats 2006
Courchevel/Val-d'Isère
14e Abandon
Championnats 2007
Val Cenis/Val-d'Isère
12e Abandon 31e 20e Abandon
Championnats 2008
Auron/Isola 2000
Médaille d'argent Médaille de bronze 39e Abandon 4e
Championnats 2010
Les Menuires
Médaille de bronze Abandon Abandon
Championnats 2011
Tignes/Le Mont-Dore
Médaille d'or 4e Abandon
Championnats 2012
L'Alpe d'Huez
4e Médaille de bronze
Championnats 2014
Méribel
Médaille d'or 21e Abandon
Championnats 2015
Serre Chevalier
Médaille de bronze
Championnats 2016
Les Menuires
11e Abandon Abandon
Championnats 2017
Tignes
6e -
Championnats 2018
Châtel
Médaille d'argent -
Championnats 2019
Auron
Médaille d'argent Médaille d'or

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François-Xavier Rallet, « Le vent frustre les Bleus », sur eurosport.fr, ..
  2. François-Xavier Rallet, « Wengen : Johan Clarey, 5e de la descente dominée par Christof Innerhofer », sur eurosport.fr, .
  3. « Alerte pour Clarey ? », sur lequipe.fr, .
  4. « Clarey forfait », sur lequipe.fr, .
  5. « Ski alpin : une belle troisième place pour Johan Clarey à Val Gardena », sur lemonde.fr, .
  6. Xavier Colombani, « Clarey deuxième de la descente derrière Guay », sur lequipe.fr, L'Équipe, .
  7. a b et c Valentine Perazio, « Johan Clarey après sa médaille d'argent : "C’est incroyable et surprenant !" », sur Ski Chrono/le Dauphiné, (consulté le ).
  8. a et b Clément Guillou, « « L’ancêtre » Johan Clarey médaillé d’argent aux Mondiaux de ski », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  9. FIS, « CLAREY Johan - TOP 10 », sur fis-ski.com (consulté le ).
  10. Simin Farvacque, « Johan Clarey vice-champion du monde du super-G, Dominik Paris en or », sur Eurosport, (consulté le ).
  11. a b et c Stéphane Kohler, « Johan Clarey, 2e à Kitzbühel, l'emblématique quadragénaire qui marque les esprits », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  12. « Kiztbühel - Le quadra Clarey l'annonce sur Eurosport : '"Je vais continuer encore un an », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  13. Fédération internationale de ski, « Johan Clarey - results - season 2021 », sur fis-ski.com (consulté le ).
  14. Julien Chesnais, « Descente Kitzbühel - Streif - Aleksander Aamodt Kilde vainqueur devant Johan Clarey », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  15. a et b « JO de Pékin 2022 - Quelle descente de Clarey, à un cheveux de Feuz, son passage en vidéo », sur eurosport.fr, (consulté le )
  16. « JO PÉKIN 2022- Clarey inusable, Ledeux a pris ses marques, Valieva historique : ce qu'il ne fallait pas rater cette nuit », sur Eurosport, (consulté le ).
  17. « Johan Clarey : FIS World Cup Standings », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski.
  18. « Johan Clarey : FIS World Cup Results », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  19. « Johan Clarey results : FIS Juniors World Ski Championships », sur date.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  20. « Johan Clarey results : National Championships », sur date.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le ).
  21. « Quentin Fillon Maillet, Arthur Bauchet, Justine Braisaz-Bouchet, Gabriella Papadakis, Guillaume Cizeron… Les champions olympiques et paralympiques de Pékin promus à la Légion d'honneur », sur Le Dauphiné (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :