Joaquim Machado de Castro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joaquim Machado de Castro
Machado de Castro (Gabinete do Presidente da Câmara Municipal de Lisboa).png

Portait de Joaquim Machado de Castro, à Lisbonne

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
LisbonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Œuvres principales
signature de Joaquim Machado de Castro

signature

Joaquim Machado de Castro, né à Coimbra le et mort à Lisbonne le , est l'un des plus importants sculpteurs portugais de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.

En dehors de ses sculptures, Joaquim Machado de Castro laisse également des registres où il décrit son travail : c'est le cas, par exemple de l'analyse de la statue du roi Joseph Ier intitulée Descrição analytica da execução da estátua equestre erigida em Lisboa á gloria do Senhor Rei Fidelissimo D. José I, datant de 1810[1].

Son œuvre la plus connue est la statue équestre du roi Joseph Ier de Portugal située sur la place du Commerce à Lisbonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 19 juin 1731 dans le quartier de de la ville de Coimbra, Joaquim Machado de Castro est le fils de Teresa Angélica de Castro Taborda et de Manuel Machado Teixeira, organiste et sculpteur[2]. Il étudie chez les jésuites.

À ses quinze ans, sa mère décède, son père se remarie avec Josefa de Cerveira, avec qui il a un autre enfant, António Xavier Machado e Cerveira, qui sera organiste comme leur père. La même année, Joaquim quitte la maison familiale (1746)[3], et rejoint Lisbonne pour travailler avec Nicolau Pinto jusqu'en 1756[2]. Joaquim déménage ensuite à Mafra, où il collabore avec l'italien Alessandro Giusti sur la modélisation ; cette pratique lui permet d'approfondir ses connaissances de l'art classique et de rencontrer d'autres artistes en Italie et au Portugal, lui permettant de s'ouvrir à la gravure et à la littérature[2],[4].

Il se rend à Lisbonne en afin de réaliser la statue équestre pour la nouvelle place du Commerce, reconstruite après le séisme du 1er novembre 1755 à Lisbonne[2]. La statue équestre du roi est amenée de la fonderie jusqu'à la place du Commerce le . L'inauguration a lieu le jour du 61e anniversaire du roi, le . La statue se dresse sur un piédestal réalisé par Reinaldo Manuel dos Santos. Le piédestal et la statue se trouvent à 14 mètres de hauteur.

En 1778, il reçoit la somme de 30 000 réaux pour la réalisation de la statue équestre à Lisbonne. C'est en 1782 qu'il est honoré en tant que sculpteur de la Maison Royale, puis en 1814, il devient membre de l'Académie Royale des Sciences (devenue aujourd'hui l'Académie des Sciences de Lisbonne) pour son travail artistique, sa théorique et sa pédagogique[2],[3].

Décoré par l'Ordre du Christ au rang de chevalier, il est marié à Maria Barbosa de Sousa[4],[3]. Il décède à Lisbonne le à l'âge de 91 ans, il repose dans la basilique de Notre-Dame des Martyres dans le quartier de Santa Maria Maior, basilique où son demi-frère, António Xavier Machado e Cerveira, réalisa l'orgue et les meubles.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il est lié à toutes les œuvres royales jusqu'à la fin de sa vie. Joaquim Machado de Castro réalise les tombes de la reine Marie-Anne d'Autriche (aujourd'hui disparu) et de la reine Marie Anne Victoire d'Espagne. De plus, il fait également des sculptures représentant plusieurs portraits comme celui du roi Joseph Ier (statue équestre), le roi Jean VI (une à Lisbonne et l'autre au Brésil[5]) ou encore la reine Marie Ire (actuellement dans la Bibliothèque nationale du Portugal)[2].

Il réalise plusieurs crèches et statues dévotionnelles pour des églises et cathédrales[2].

Statue équestre de Joseph Ier[modifier | modifier le code]

La statue du roi et l'Arc de triomphe.

La statue équestre de Joseph Ier de Portugal, située sur la Place du Commerce de Lisbonne, au Portugal, est l'œuvre du sculpteur Joaquim Machado de Castro. Il s'agit de la première statue équestre au Portugal et c'est aussi la première fois qu'est construit au Portugal un monument sculptural sur la voie publique dédiée à une personne vivante. C'était aussi, au Portugal, la première statue de cette dimension à être fondue d'un seul jet.

La statue fait partie du projet de reconstruction d'une partie de Lisbonne après le tremblement de terre de 1755. La conception de la nouvelle place du Commerce, où se trouvait autrefois la cour royale portugaise, fut confiée à l'architecte Eugénio dos Santos, qui planifia un monument au roi D. Joseph au centre de la nouvelle place. La fondation du piédestal de la statue a été construite immédiatement, cependant, au moment de la mort d'Eugénio dos Santos en 1760, l'exécution de la statue royale est commandée à Joaquim Machado de Castro, qui conçoit la statue basée sur les études initiales d'Eugenio dos Santos[6].

L'une des difficultés pour Joaquim Machado de Castro est que le roi Joseph Ier de Portugal refuse de poser pour la statue. Il doit donc recourir à d'autres représentations du roi, comme le profil en effigie sur les pièces Réal. Pour les mêmes raisons, il décide d'accentuer le casque à plumes afin de détourner l'attention du visage[7]. Le roi est représenté regardant à sa droite, aligné sur la direction du cheval. Celui-ci soulève la patte droite avant vers la droite et écrase de la gauche des serpents. Cette position a donné lieu à une devinette que l'on pose aux enfants portugais, sur le modèle de celle concernant la couleur du cheval blanc d'Henri IV :

« Qual é a pata direita do cavalo de D. José?-é a esquerda. » (traduction : « Quelle est la patte droite du cheval de D. Joseph ? C'est la gauche. »).

La statue fait face au Tage et est encadrée par l'arc de la rue Augusta derrière elle, ce qui intensifie la représentation du pouvoir royal.

Retable de la basilique d'Estrela[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la construction de la basilique d'Estrela, la reine Marie Anne Victoire d'Espagne commande en 1781, à Joaquim Machado de Castro, un retable destiné aux Carmélites déchaussées. Située dans le couvent, le retable était prévue pour embellir la basilique durant les fêtes. Il est actuellement entreposé dans une salle, située derrière le tombeau de la reine Marie Ire via un passage discret. Au fond de la pièce, est située une vitrine qui abrite le retable et permet ainsi aux visiteurs de l'approcher.

Composée de 480 santons de Provence, il aura fallu cinq ans pour construite le retable, il s'agit d'un des plus grands retables au monde[8].

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Statue de Neptune, à Lisbonne.

Musée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée national Machado de Castro.

Un prestigieux musée d'art a été nommé en l'honneur de Joaquim Machado de Castro. Il se trouve dans la ville de Coimbra, au Portugal. Le musée a ouvert ses portes en 1913. Des travaux de rénovation ont été entrepris entre 2004 et 2012, un nouveau bâtiment a été construit pour complété la structure. L'ensemble a reçu le prix Piranesi-Prix de Rome 2014 et a été élu meilleur musée du Portugal en 2013[11].

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (pt) Biblioteca Nacional de Portugal, « Descripção analytica da execução da estatua equestre erigida em Lisboa á gloria do Senhor Rei Fidelissimo D. José I »,
  2. a, b, c, d, e, f et g (pt) matriznet.dgpc.pt, « Machado de Castro, Joaquim »,
  3. a, b et c (pt) arqnet.pt, « Machado de Castro (Joaquim) »,
  4. a et b (pt) museumachadocastro.gov.pt, « Joaquim Machado de Castro »,
  5. (pt) « Busto de D. João VI » (consulté le 21 mars 2018)
  6. (pt) « Praça do Comercio da Cidade de Lisboa » (consulté le 6 mars 2018)
  7. (pt) « Descripção analytica da execução da estatua equestre erigida em Lisboa á gloria do Senhor Rei Fidelissimo D. José I » (consulté le 7 mars 2018)
  8. « Le retable de la Basilique da Estrela de Lisbonne » (consulté le 8 mars 2018)
  9. (pt) « Presépio da Basílica dos Mártires » (consulté le 23 mars 2018)
  10. (pt) « Fonte do Neptuno » (consulté le 20 mars 2018)
  11. (pt) « Piranesi Prix de Rome para o Museu Machado de Castro » (consulté le 6 mars 2018)