Joana Vasconcelos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vasconcelos.
Joana Vasconcelos
Joana Vasconcelos.png
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Joana Vasconcelos est une artiste portugaise, née à Paris en 1971. Elle vit et travaille à Oeiras.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2005, Joana Vasconcelos est exposée à la Biennale de Venise où sa sculpture La Fiancée fait sensation.

En 2012, elle est l'invitée du château de Versailles pour l'exposition d'art contemporain[1],[2].

Son œuvre a pour problématique la femme et sa place dans le monde : tantôt femme au foyer, tendre aimante, tantôt femme guerrière, à l'image de ses Valkiries... La plupart de ses œuvres balancent entre ces différentes facettes. On peut citer pour exemple l'œuvre Marilyn, exposée à Versailles et qui représente une immense paire d'escarpins rutilants. Lorsque l'on s'approche on découvre qu'ils sont constitués de casseroles et de couvercles. On a à la fois la femme glamour, attentive à son image et séduisante, et le symbole de la cuisinière.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • A Noiva (La Fiancée) (2001-2005), acier inoxydable, vingt-cinq mille tampons hygiéniques OB, fil de coton et câbles en acier (600 × 350 × 350 cm). Elle est exposée pour la première fois à la Biennale de Venise en 2005. La sculpture, en forme de lustre XVIIIe siècle, est entièrement composée de tampons hygiéniques. Elle est refusée à Versailles en 2012[3] mais sera exposée au Centquatre à Paris.
  • Madame du Barry (2007), sculpture ciment, peinture acrylique et habillement en coton fait main au crochet (hauteur : 180 cm).
  • Cœur de Viana ou Cœur Indépendant Rouge 2 (2008), installation féerique et scintillante, de 4 mètres de haut, faite de 5 000 fourchettes en plastique de couleur que l'artiste a tordues sous la chaleur pour en faire un filigrane de couleur[4]. Une version existe en jaune (restaurant Eleven à Lisbonne), en rouge (musée d'art moderne grand-duc Jean) et une autre en noir (musée d'art contemporain de Castille et du Leon).
  • Fatimashop, vidéo hilarante peuplées de statue de Fatima.
  • Coussin crocheté en étoile de mer accrochable au mur (musée de Serralves à Porto).
  • Gardes, 2012, Château de Versailles
  • Lilicoptère, 2012, Château de Versailles

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2018 : I want to break free, Musée d'art moderne et contemporain, Strasbourg[5]
  • 2018 : I’m your mirror , Musée Guggenheim Bilbao,
  • 2017 Cathédrale de Luxembourg, Grand Duché de Luxembourg : "Coraçao Independente Vermelho"
  • 2012 : Château de Versailles
  • 2011 : Brandts Kunsthallen, Brandts, Odense, Danemark (été 2011)
  • 2010 :
  • 2009 : « À la mode de Chez Nous : Julio Pomar et Joana Vasconcelos », centre culturel Gulbenkian, Paris
  • 2008 :
    • « A Joia do Tejo, 7 Maravilhas EDP », Tour de Belem, Lisbonne
    • « Contaminaçao, Projecto Octogono de Arte Contemporanea », Pinacoteca do Estado, Sao Paulo
    • « Où le noir est couleur », galerie Nathalie Obadia,Barcelone.
  • 2007 :
    • Rena Bransten Gallery, San Francisco
    • New Art Gallery, Walsall
    • Biennale de Venise, Palazzo Nani Bernardo Lucheschi
    • « Al(mas…) », Palacio da Galeria, Tavira
    • « A Ilha dos Amores », Mario Mauroner Contemporary Art, Vienne
  • 2006 :
    • « A Ilha dos Amores », museu da Electricidade, Lisbonne
    • Espais Oberts, Caixaforum, Fundaçion la Caixa, Barcelone
    • « Toison d’Or », Galeria Nova Ogiva, Óbidos
  • 2005 : Œuvres récentes, galerie Elba Benitez, Madrid
  • 2004 :
    • Galeria Casa Triangulo, Sao Paulo
    • « Marquise », Galeria 111, Porto
  • 2003 : « Todas las direcciones », Centro Andaluz de Arte Contemporaneo, Seville
  • 2002 :
    • « Project Room », Galeria Mario Sequeira, AR.CO, Madrid
    • F.A..T., Galeria 111, Lisboa (cat.)
  • 2001 :
    • Happy Lady, Galeria Mario Sequeira, Braga
    • Galeria Elba Benitez, Madrid
    • « Medley », Galeria Central Tejo, Museu da Electricidade, Lisbonne
  • 2000 :
    • « Ponto de Encontro », Museu de Serralves, Porto
    • « Inside Out », Galeria PresenÁa, Porto (cat.)
    • Silo Espaço Cultural, Norteshopping, Porto

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le Figaro du 1er février 2008
  • « Joana Vasconcelos, une femme un peu trop libre pour la cour du Roi-Soleil » par Philippe Dagen, Le Monde du 21 juin 2012

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]