Joana Mallwitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joana Mallwitz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Q1791806 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Joana Mallwitz (née en 1986 à Hildesheim) est une cheffe d'orchestre et pianiste allemande, directrice générale de la musique au Théâtre national de Nuremberg. À l'âge de 27 ans, elle devient directrice générale de la musique à Erfurt, plus jeune directrice générale de la musique en Europe. En 2019, le magazine allemand Opernwelt, spécialisé dans le monde de l'opéra, l'élit « cheffe d'orchestre ("Dirigentin") de l'année »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joana Mallwitz, fille d'un couple d'enseignants, est née en 1986 à Hildesheim[2]. Elle apprend le violon et le piano dès l'âge de cinq ans. À l'âge de 13 ans, elle devient l'élève de Christa-Maria Hartmann et de Karl-Heinz Kämmerling dans le programme précoce de l'École pour la musique et le théâtre de Hanovre[2]. Elle y apprend la direction d'orchestre auprès de Martin Brauß et de Eiji Ōue, et étudie le piano auprès de Kämmerling et Bernd Goetzke (de).

L'artiste est mariée avec le ténor Simon Bode[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2006, Joana Mallwitz est engagée comme répétitrice avec capacité de direction d'orchestre au Théâtre et Orchestre de la Ville de Heidelberg, où elle doit diriger à très court terme la première de Madame Butterfly. De 2007 à 2011, elle est cheffe en second et assistante du directeur général de la musique à Heidelberg Cornelius Meister ; elle dirige diverses productions, parmi lesquelles Idomeneo, Le nozze di Figaro, La clemenza di Tito et La Flûte enchantée de Mozart, Fidelio de Beethoven, Le Barbier de Séville de Rossini, Aida et Rigoletto de Verdi, Eugène Onéguine de Tchaïkovsky et Salomé de Richard Strauss.

Joana Mallwitz est invitée à l'Opéra de Zurich (Macbeth), à l'Opéra d'État de Hambourg (L'elisir d'amore), à l'Opéra Royal de Copenhague (Cavalleria rusticana/Pagliacci, Der Fliegende Holländer, Macbeth, Madame Butterfly) et dirige L'Or du Rhin et Le Crépuscule des Dieux à l'Opéra national de Lettonie à Riga, ainsi qu'une nouvelle production de La Veuve Joyeuse à l'Opéra de Francfort et au Festival international de musique de Macao.

Elle a dirigé des concerts entre autres avec l'Orchestre royal du Danemark, l'Orchestre philharmonique de Dresde, l'Orchestre symphonique de Göteborg et la Kremerata Baltica (en).

Pour la saison 2014/2015 du Théâtre d'Erfurt, Joana Mallwitz devient à 27 ans la plus jeune directrice générale de musique en Europe et prend cette même fonction en 2018/2019 à l'Orchestre philharmonique de Nuremberg et comme cheffe d'orchestre au Théâtre national de cette ville[4],[5].

En 2019, le magazine Opernwelt l'élit « chef d'orchestre de l'année », un honneur qui était allé dans les années précédentes à, entre autres, Christian Thielemann, Kirill Petrenko ou John Eliot Gardiner, mais qui n'avait été attribué qu'à une seule femme avant elle, Simone Young en 2006[1]. Selon le jugement des critiques musicaux, Joana Mallwitz parvient à « dégager de grandes narrations de la musique », elle est une « cheffe d'exception », « tout est absolument au point chez elle »[6].

Cent ans après la fondation du Festival de Salzbourg, Joana Mallwitz devient en 2020 la première cheffe d'orchestre à se voir confier la direction musicale d'une série entière de représentations, avec Così fan tutte[7].

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Bourse de la Fondation du Peuple Allemand pour les Études
  • 2009 : Prix Praetorius 2009 de l'État de Basse-Saxe
  • 2019 : "Dirigentin des Jahres" (cheffe d'orchestre de l'année) selon le vote des critiques d'opéra du magazine Opernwelt[1],[8]
  • 2020 : Prix de la Culture de Bavière (Prix spécial)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (de) « Nürnbergerin Joana Mallwitz ist "Dirigentin des Jahres", Süddeutsche Zeitung, 19 septembre 2019 », sur www.sueddeutsche.de (consulté le )
  2. a et b Carolin Pirich: Stillstand. Joana Mallwitz gilt schon in jungen Jahren als außergewöhnliche Dirigentin. Doch was jetzt, ohne große Bühne, lange Zeit auch ohne Live-Publikum? Über den Versuch, trotz Corona nicht aus dem Takt zu kommen. In: Süddeutsche Zeitung Magazin, Nr. 27, 3. Juli 2020, S. 14–21, S. 18.
  3. Birgit Kummer, « Joana Mallwitz: „Gute Kultur und gute Schokolade sind wichtig für mich“ », Thüringer Allgemeine, (consulté le )
  4. Pressemitteilung des Deutschen Musikinformationszentrums (MiZ)
  5. (de) Evelyn Roll, « Dirigentin Joana Mallwitz: Maestra » (consulté le )
  6. Carolin Pirich: Stillstand. Joana Mallwitz gilt schon in jungen Jahren als außergewöhnliche Dirigentin. Doch was jetzt, ohne große Bühne, lange Zeit auch ohne Live-Publikum? Über den Versuch, trotz Corona nicht aus dem Takt zu kommen. In: Süddeutsche Zeitung Magazin, Nr. 27,3. Juli 2020, S. 14–21, S. 16.
  7. ndr.de:Joana Mallwitz dirigiert "Così fan tutte" in Salzburg
  8. « Salzburger "Salome" räumt bei Kritikerumfrage groß ab », www.diepresse.com, (consulté le )