Joan Pujol Garcia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joan Pujol Garcia
Description de cette image, également commentée ci-après

Joan Pujol Garcia.

Naissance
Barcelone
Décès (à 76 ans)
Caracas
Nationalité espagnole
Profession
Agent du contre-espionnage allié

Joan (ou Juan) Pujol Garcia, né le à Barcelone et mort le à Caracas, est un agent double espagnol, considéré comme le plus grand agent double durant la Seconde Guerre mondiale[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était connu des Britanniques sous le nom de « Garbo »[2] et des Allemands sous celui d'« Alaric Arabel ». Il tint un rôle majeur dans le contre-renseignement allié relatif au débarquement de Normandie.

Pendant l'Opération Fortitude, sa mission auprès du MI5 consistait à désinformer l'Abwehr à propos du débarquement en Normandie en faisant croire aux nazis que celui-ci n’était qu’un leurre et que le « vrai » aurait finalement lieu quinze jours plus tard dans le Pas de Calais. Son supérieur était Cyril Bertram Mills, 'Mr. Grey'.

En septembre 2016, des documents déclassifiés par les services secrets britanniques[3] révèlent que l'épouse de Garbo : Araceli Gonzalez, qui n'arrivait pas à s'adapter à leur vie en Angleterre, menaça de tout révéler et failli compromettre la mission de son mari en 1943[1] malgré le rôle important qu'elle eu au début de la carrière de Garbo, faisant croire aux Allemands qu'il espionnait pour leur compte en Angleterre alors qu'il se trouvait au Portugal leur donnant de fausses informations[4].

Il ne fut jamais démasqué par les services allemands, qui le décorèrent de la croix de fer en juillet 1944[4].

Après la guerre, il se fait passer pour mort en Angola et part pour le Venezuela, à Lagunillas (État de Zulia), où il tient une librairie : La Casa del Regalo[5]. Il repose à Choroni (État d'Aragua).

Honneurs[modifier | modifier le code]

En tant que « Arabel », est décerné à Pujol le la Croix de fer de seconde classe pour ses services à l'effort de guerre allemand. En tant que « Garbo », il reçoit la médaille de l'Ordre de l'Empire britannique du roi George VI, le .

Au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

  • Garbo, The Spy (El espía), documentaire d'Edmon Roch, Production: Ikiru Films, Colose Producciones, Centuria Films, Spain 2009[6] ;
  • Secret D-Day - US television - il y est incarné par l'acteur français Sam Spiegel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Luc Vinogradoff, « La querelle de couple qui aurait pu faire rater le débarquement de Normandie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. Son responsable le nomme ainsi car il considérait que Greta Garbo était la plus grande actrice au monde.
  3. (en)Latest MI5 files released.
  4. a et b (en)A spy’s unhappy wife could have turned D-Day into a disaster for the Allies, article d'Ishaan Tharoor, publié le 29 septembre 2016, sur le site du Washington Post.
  5. http://www.vheadline.com/readnews.asp?id=21509
  6. Spanish documentary film


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Destremau, Opération Garbo : le dernier secret du Jour J, Perrin, 2004
  • (es) Javier Juárez, Garbo, l'espia català que va derrotar a Hitler (in Catalan). Barcelone, 2004: Columna ed. (In Catalan, Madrid: ediciones de hoy SA.
  • (en) Tomás Harris, Garbo The Spy Who Saved D-Day, The National Archives, 2000, (ISBN 1-903365-58-9)
  • (en) Roger Hesketh, Fortitude :The D-Day Deception Campaign (1999)
  • (en) Thaddeus Holt, The Deceivers : Allied Military Deception in the Second World War (New York, Scribners, 2004)
  • (en) Jon Latimer, Deception in War, (New York: Overlook Press, 2001)
  • (en) Joan Pujol, Nigel West [Rupert Allason], Operation Garbo, Random House, New York, 1985
  • (en) Tommy Jonason, Simon Olsson, Agent TATE : The Wartime Story of Double Agent Harry Williamson, Amberley Publishing, 2011, (ISBN 1-4456-0481-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]