Joan Didion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joan Didion
Image dans Infobox.
Joan Didion en 2008.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Autres informations
Membre de
Mouvement
Genre artistique
Distinctions
Œuvres principales
Slouching Towards Bethlehem (d), Maria avec et sans rien (d), L'Année de la pensée magiqueVoir et modifier les données sur Wikidata

Joan Didion est une romancière américaine, née le à Sacramento (Californie) et morte le à New York (État de New York). Elle est également connue comme journaliste, essayiste et scénariste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Joan Didion est née le à Sacramento. Elle fait des études supérieures de littérature à l'université de Californie à Berkeley[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Joan Didion quitte la côte ouest pour la côte est et New York en 1956. Elle débute comme correctrice dans le magazine Vogue[1].

Joan Didion amorce sa carrière en littérature avec la parution du roman Une saison de nuits (Run, River) en 1963[1], mais publie peu avant les années 1970 quand elle commence à écrire pour le cinéma, après qu’elle est retournée à Los Angeles et Hollywood. Elle est l'auteur de plusieurs scénarios pour le cinéma avec son mari, l'écrivain John Gregory Dunne.

À San Francisco au tournant des années 1960-1970, elle documente la vie des hippies, faite de consommation de drogues, dans des articles parus dans Life, The Saturday Evening Post et Esquire, qui la rendent célèbre[1].

Son dernier essai, L'Année de la pensée magique — qui relate la mort de son époux, survenue en 2003 à la suite d'une crise cardiaque — a remporté le National Book Award[2].

Joan Didion meurt le chez elle à Manhattan des suites de la maladie de Parkinson[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Joan Didion épouse vers 1963 l’écrivain John Gregory Dunne, avec qui elle vit jusqu’à la mort de celui-ci en 2003.

Elle est la mère de Quintana Roo Dunne, qu'elle et son mari ont adoptée à sa naissance en 1966[1], et qui est morte, moins de deux ans après John Gregory Dunne, le d'une pancréatite aiguë à l'âge de 39 ans ; Joan Didion était alors en promotion à New York pour L'Année de la pensée magique : la romancière relate cette expérience de vie dans Le Bleu de la nuit.

Joan Didion a longtemps vécu à New York, dans un immeuble datant d'avant la Seconde Guerre mondiale, sur la 70e rue et Madison Avenue[3][source insuffisante].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Run, River (1963)
    Une saison de nuits, traduit par Philippe Garnier, Paris, Grasset, 2014 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 33804, 2015 (ISBN 978-2-253-18283-2)
  • Play It as It Lays (1970)
    Maria avec et sans rien, traduit par Jean Rosenthal, Paris, Robert Laffont, 2007; réédition sous le titre Mauvais Joueurs, Paris, Grasset, coll. « En lettres d'ancre », 2018
  • A Book of Common Prayer (1977)
    Un livre de raison, Paris, traduit par Gérard-Henri Durand, Julliard, 1978 ; réédition, Paris, 10/18 no 1722, 1985 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 35302, 2019 (ISBN 978-2-253-08812-7)
  • Democracy (1984)
    Démocratie, traduit par Dominique Taffin Jouhaud, Paris, Flammarion, 1986 ; réédition, Paris, Robert Laffont, coll. « Pavillons poche », 2012 (ISBN 978-2-221-12571-7)
  • The Last Thing He Wanted (1996)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Slouching Towards Bethlehem (1968)
    Paru partiellement en français dans L'Amérique 1965-1990 - Chroniques, traduit par Pierre Demarty, Paris, Grasset, 2009 ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio essais » no 33153, 2014 (ISBN 978-2-253-15649-9)
  • The White Album (1979)
    Paru partiellement en français dans L'Amérique 1965-1990 - Chroniques, traduit par Pierre Demarty, Paris, Grasset, 2009 ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio essais » no 33153, 2014 (ISBN 978-2-253-15649-9)
  • Salvador (1983)
  • Miami (1987)
  • After Henry (1992)
    Paru partiellement en français dans L'Amérique 1965-1990 - Chroniques, traduit par Pierre Demarty, Paris, Grasset, 2009 ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio essais » no 33153, 2014 (ISBN 978-2-253-15649-9)
  • Political Fictions (2001)
  • Where I Was From (2003)
  • The Year of Magical Thinking (2005) — Prix Médicis essai
    L'Année de la pensée magique, traduit par Pierre Demarty, Paris, Grasset, 2007
  • We Tell Ourselves Stories in Order to Live : Collected Nonfiction (2006)
  • Blue Nights (2011)
    Le Bleu de la nuit, traduit par Pierre Demarty, Paris, Grasset, 2013 ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 33269, 2014 (ISBN 978-2-253-17668-8)
  • South and West: From a Notebook (2017)
    Sud et Ouest : Carnets, traduit par Valérie Malfoy, Paris, Grasset, 2018 [4]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • The Year of Magical Thinking (2006), version pour la scène de son essai
    L'Année de la pensée magique, théâtre, traduit et adapté par Christopher Thompson et Thierry Klifa, Paris, Grasset, 2011 ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 31560, 2009 (ISBN 978-2-253-12633-1)
    .

Scénarios[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Agence France-Presse, « L'auteure et journaliste américaine Joan Didion est morte à 87 ans », sur La Libre.be, (consulté le ).
  2. André Clavel, « Écrire pour survivre » [archive du ], sur lire.fr (Lire Magazine), (consulté le ).
  3. Elisabeth Bumiller, « PUBLIC LIVES; Intrigue and Defection: A Tale of 2 Co-ops » Accès payant, sur nytimes.com (The New York Times), (consulté le ).
  4. Florence Noiville, « Les carnets de Joan Didion exhumés du Sud tragique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. a et b (en) « Joan Didion », sur Arts et Lettres (consulté le ).
  6. (en) « George Lucas, Joan Didion to Receive White House Honors », sur Hollywood Reporter (consulté le ).
  7. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le ).
  8. (en) « Joan Didion and Martin Scorsese to receive honorary degrees », sur Yale Daily News (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Monneyron, Au cœur des États-Unis, Mythes, imaginaires et fictions, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]