Joan Alcover

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcover.
Joan Alcover
Description de cette image, également commentée ci-après
Joan Alcover.
Nom de naissance Joan Alcover i Maspons
Naissance
Palma de Majorque,
Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès (à 72 ans)
Palma de Majorque, Espagne
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Catalan et espagnol
Genres

Œuvres principales

  • La Balanguera

Joan Alcover, né le à Palma de Majorque et mort dans la même ville le (à 72 ans)[1], est un poète majorquin et un politicien de la fin du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Issu d'une bonne famille, Joan Alcover effectue ses études secondaires à l'Institut baléare de Palma de Majorque et obtient sa licence en droit à Barcelone en 1878. Revenu à Majorque, il entame une brève carrière de militant dans le parti libéral de son ami Antonio Maura qui l'amène à être élu en 1893 au Congrès des députés. Après ce passage à Madrid, il retourne à Majorque et cesse toute activité politique.

Premiers poèmes[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses études et à ses débuts politiques, Alcover entame une activité littéraire. Dès 18 ans il publie ses premier poèmes, en catalan et en castillan, dans les revues El Isleño, Museo Balear et Revista Balear. Cette passion pour la littérature s'intensifie lors de son séjour à Barcelone, où il fréquente les cercles littéraires, les revues et écrivains, assiste à des conférences et des lectures et s'imprègne du mouvement culturel véhiculé par la Renaixença. À 23 ans il gagne le prix extraordinaire des Jeux floraux.

Célébrité[modifier | modifier le code]

Au fur et à mesure qu'il accroit sa renommée en tant que poète, Alcover adopte le statut du lettré utilisant son talent littéraire afin d'augmenter son prestige social. À cette fin, sa demeure devient le lieu de rencontres littéraires réputées, où se croisent les plus prestigieux intellectuels de Majorque. Il délaisse peu à peu la poésie en catalan et se met à écrire principalement en castillan. Ses premiers recueils de poèmes - Poesías (1887), Nuevas poesías (1892), Poemas y armonías (1894) et Meteoros. Poemas, apólogos y cuentos (1901) - reflètent cette tendance au monolinguisme. On trouve encore quelques poèmes en catalan dans les deux premiers recueils, tandis que les deux derniers sont exclusivement en castillan. Sa poésie de style romantique, prenant pour modèle Gustavo Adolfo Bécquer, et Campoamor, est l'expression profonde de sa voix poétique, tout en essayant d'éviter de tomber dans les excès de la rhétorique et de la pomposité. Ces premiers recueils sont reçus avec succès par la critique et lui assurent une place dans les cercles de la culture officielle.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sa production littéraire peut être divisée en deux parties ; au départ il utilise essentiellement l'espagnol pour la composition de ses poésies, mais après les tragédies familiales qui l'affectent intensément, il se met à écrire en catalan, sa langue maternelle qu'il maîtrise mieux et qui est plus apte à rendre la profondeur et l'intensité de ses sentiments.

Œuvres en espagnol[modifier | modifier le code]

  • Poesías (1887)
  • Nuevas Poesías (1892)
  • Poemas y armonías (1894)
  • Meteoros (1901)

Œuvres en catalan[modifier | modifier le code]

Poésie
  • La relíquia (1903)
  • La Balanguera (l'hymne officiel de Majorque)
  • La serra, hommage à l'écrivain Costa i Llobera
  • Cap al tard, recueil de poésies (1909)
  • Poemes bíblics, recueil de poésies (1918)
  • Desolació, expression de ses sentiments.
Essais
  • Humanització de l'art (1904)
  • Reaccio literària (1910)
  • Cultura de llenguatge (1916)
  • L'art segons Tolstoi (1921)

Rééditions[modifier | modifier le code]

  • (ca) Capal tard ; Poemes bíblics, Barcelone, Edicions 62, coll. « Les Millors obres de la literatura catalana », , 150 p. (ISBN 84-297-1685-8, notice BnF no FRBNF35621064)

Reconnaissance et legs[modifier | modifier le code]

Nombre de ses poèmes ont été mis en musique : le plus célèbre d'entre eux est La Balanguera, dont la mélodie fut écrite par le compositeur catalan Amadeu Vives, devint dès la deuxième partie du XXe siècle l'hymne officiel de Majorque. Sa popularisation a été due essentiellement à l'interprétation qu'en a fait, entre autres, la chanteuse majorquine Maria del Mar Bonet.

Plusieurs statues lui sont dédiées dans la ville de Palma de Majorque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joan Estelrich, « Un poète catalan : Joan Alcover », Revue bleue,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]