Joachim Patinier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Joachim Patinir)
Aller à : navigation, rechercher
Joachim Patinier
Patenier A Durer 1521.JPG

Portrait du peintre par Albercht Dürer (Musée de Weimar).

Naissance
c.1483 à Bouvignes ou Dinant.
Décès
5 octobre 1524 à Anvers.
Activités
Œuvres réputées
Signature de Joachim Patinier.jpg

signature

Joachim Patinier, dit Patenier[4], Patinir, de Patinier[5], de Patenier, ou de Patinir, est né vers 1483 à Bouvignes, ou à Dinant (Wallonie)[6] et mort le à Anvers. Assez répandu en Wallonie, le patronyme « Patinier » renvoie au métier de fabricant de patins, sorte de socques en bois utilisés au Moyen Âge dans cette région pour surélever les pieds afin d'éviter la boue ou la poussière[7].

Peintre et dessinateur de style flamand de la Haute Renaissance, il intègra en 1515 la guilde de Saint-Luc des peintres d'Anvers comme maître libre[8]. Il travailla en collaboration avec différents peintres dont Quentin Metsys. Ce dernier devait être assez intime avec lui puisqu'à sa mort, il fut désigné comme l'un des tuteurs de ses enfants[9]. Lors de son voyage aux Pays-Bas, Albrecht Dürer se lia avec Joachim Patinier et réalisa son portrait. C'est un bon peintre de paysage nota-t-il dans son journal de voyage[10]. Il lui emprunta des couleurs, un de ses élèves, et assista à son second mariage le 5 mai 1521[11]. Par ailleurs, on pense que Henri Blès (Herri Met de Bles), maître des paysages mosans, fut peut-être son élève ou son allié à un degré quelconque de parenté[12].

Les faits avérés concernant Joachim Patinier étant fort limités, les suppositions les plus douteuses ternissent souvent ses biographies. Ainsi, son supposé pèlerinage à la Sainte-Baume en Provence n’est attesté que par les représentations dans certaines de ses œuvres du site réputé avoir accueilli Marie Madeleine[13].

Le portrait de Patinier se trouve dans Les Effigies des peintres célèbres des Pays-Bas de Dominique Lampson[14].

Œuvre et style[modifier | modifier le code]

Paysage avec Saint Christophe, ca.1520, El Escorial, Monasterio de San Lorenzo, Espagne.

Considéré comme l'un des initiateurs du genre « paysage » dans la peinture occidentale, Joachim Patinier est un peintre d'histoire. Il réalisa des peintures à l'huile sur panneaux de bois dans le genre pictural majeur qui s’inspire surtout de scènes issues de l’histoire chrétienne popularisée par La légende dorée de Jacques de Voragine. Son style est caractérisé par l'utilisation fréquente de la perspective atmosphérique qui offre une vision panoramique en plongée. Ses compositions comportent généralement trois plans principaux distincts : un premier plan brun sur lequel sont disposés les figures principales et leurs accessoires ainsi que des éléments minéraux et végétaux (des rochers, des herbes, des fleurs, un arbre ou un arbuste presque mort), un plan moyen à dominante verte où sont représentés avec finesse et précision de nombreux personnages vaquant aux occupations les plus diverses, et un arrière plan aux reliefs remarquables d'un bleu intense — on parle parfois de « bleu Patinir »[15] —, qui rejoignent un ciel nuageux de même tonalité dans lequel semble surgir un orage menaçant.

« Il avait une façon particulière de traiter le paysage avec beaucoup de soin et de finesse, ses arbres étant comme pointillés. Il y introduisait de jolies petites figures, en sorte que ses œuvres étaient recherchées, se vendaient bien et qu’elles se sont répandues en divers pays. » écrit Karel van Mander dans sa Vie des peintres (cf. Références et bibliographie).

Joachim Patinier semble avoir eu recours à divers collaborateurs pour exécuter les figures de premier plan de bon nombre de ses tableaux. Ainsi, Quentin Metsys collabora avec Patinier pour l'exécution des Tentations de saint Antoine (Cf. Galerie : 3) du Musée du Prado de Madrid[16], et, probablement, pour le Paysage avec saint Christophe portant l'Enfant Jésus du Musée de Flandre de Cassel[17].

La manière du peintre fut reprise par bon nombre d’artistes de la génération suivante, parmi lesquels on peut citer Corneille Metsys, Lucas Gassel, Henri Bles et le Maître des demi-figures féminines. Les emprunts thématiques et stylistiques furent parfois si importants que de nombreuses œuvres de ces continuateurs furent confondues avec celles de Joachim Patinier lui-même (cf. Galerie : 15-19).

Catalogue raisonné[modifier | modifier le code]

Œuvres de Joachim Patinier[modifier | modifier le code]

  • Peintures signées :[18]
    • Paysage avec fuite en Égypte, vers 1516-17, huile sur bois, 18,3 x 22,4 cm, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Anvers, inv. 64 (Cf. Galerie : 1).
    • Paysage avec saint Jérôme, vers 1505-10, huile sur bois, 13,5 x 17,3 cm, Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, inv. 144.
    • Le baptême du Christ, vers 1521-24, huile sur bois, 60,1 x 76,8 cm, Kunsthistorisches Museum, Wien, inv. 981.
    • Paysage avec saint Jérôme, vers 1516-17, huile sur bois, 74 x 91 cm, Museo National del Prado, Madrid, inv. P 1614 (Cf. Galerie : 2).
    • Les tentations de saint Antoine, vers 1520-24, huile sur bois, 155 x 173 cm, Musée du Prado, Madrid, inv. P 1615 (Cf. Galerie : 3).
  • Autres peintures :[19]
    • Le Passage du Styx, entre 1520-1524, huile sur bois, 64 x 103 cm, Museo National del Prado, Madrid, inv. P 1616 (Cf. Galerie : 4).
    • Paysage avec incendie de Sodome, vers 1521, huile sur bois, 22,5 x 29,7 cm, Museum Boijmans, Roterdam, inv. 2312 (Cf. Galerie : 5).
    • Repos pendant la fuite en Égypte, vers 1515, huile sur bois, 65,6 x 81,1 cm, Staatliche Museen zu Berlin, Gemäldegalerie, inv. 608 (Cf. Galerie : 6).
    • Repos pendant la fuite en Égypte, vers 1518-20, huile sur bois, 121 x 177 cm, Museo National del Prado, Madrid, inv. P 1611 (Cf. Galerie : 7).
    • La rencontre de saint Antoine et saint Paul dans le désert, vers 1521-24, huile sur bois, 28,8 x 37,3 cm, Collection particulière.
    • Le martyre de sainte Catherine, vers 1515, huile sur bois, 27,1 x 44,1 cm, Kunsthistorisches Museum, Wien, inv. 1002 (Cf. Galerie : 8).
    • Paysage avec saint Christophe, vers 1520-24, huile sur bois, 127 x 172 cm, Real Monasterio de San Lorenzo del Escorial, Espagne, inv. 10014400.
    • Triptyque avec saint Jérôme, le baptême du Christ et les tentations de saint Antoine, vers 1518, huile sur bois, 120,8 x 81,9 cm & 122,6 x 37,8 cm, The Metropolitan Museum of Art, New York, inv. 1936 (36.14 a-c) (Cf. Galerie : 9).
    • Assomption de la Vierge, vers 1517-18, huile sur bois, 62,2 x 59,1 cm, Philalephia Museum of Art, Philadephia, inv. 1917-378 (Cf. Galerie : 10).
    • Paysage avec saint Jérôme, vers 1516-18, huile sur bois, 76,5 x 137 cm, Musée du Louvre, Paris, inv. RF2429 (Cf. Galerie : 11).
  • Œuvres graphiques :
    • Paysage avec saint Christophe traversant la rivière, dessin, 27 x 34,2 cm, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Paris, inv. 18976.

Œuvres de Joachim Patinier et de Quentin Metsys[modifier | modifier le code]

  • Les tentations de saint Antoine, vers 1520-24, huile sur bois, 155 x 173 cm, Musée du Prado, Madrid, inv. P 1615 (Cf. Galerie : 3).
  • Paysage avec saint Christophe portant l'Enfant Jésus, huile sur bois, 76,4 x 60 cm, Musée de Flandre, Cassel, inv. 2004.4.1[20].

Œuvres de l'atelier de Joachim Patinier[21][modifier | modifier le code]

  • Paysage avec repos pendant la fuite en Égypte, vers 1518-20, huile sur bois, 31,7 x 57,6 cm, Collection Jean Bonna, Genève.
  • Paysage avec repos pendant la fuite en Égypte, vers 1518-24, huile sur bois, 31,5 x 57,5 cm, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid, inv. 314 (Cf. Galerie : 12).
  • Paysage avec repos pendant la fuite en Égypte, vers 1518-24, huile sur bois, 34,3 x 48,9 cm, The Minneapolis Institute of Arts, Minneapolis, inv. 14.2.
  • Triptyque avec repos pendant la fuite en Égypte, Saint Jean-Baptiste et Saint Corneille, vers 1518-24, 110 x 72 cm & 110 x 30 cm, Collection particulière, Wiesbaden.
  • Paysage avec saint Jérôme (fragment), vers 1522-24, huile sur bois, 38,1 x 35,2 cm, The National Gallery, London, inv. 4826 (Cf. Galerie : 13).
  • Paysage avec la prédication de saint Jean-Baptiste, vers 1515-18, huile sur bois, 35,2 x 45,3 cm, Musées royaux des Beaux-arts de Belgique, Bruxelles, inv. 6178 (Cf. Galerie : 14).
  • Paysage avec saint Jérôme, vers 1517-24, huile sur bois, 25,5 x 34,7 cm, Kunsthaus, Ruzicka-Stiftung, Zürich, inv. R23.
  • Triptyque avec saint Jérôme, saint Jean, saint Antoine et Marie Madeleine, vers 1517-24, huile sur bois, 90,5 x 89 cm & 89 x 38 cm, Collection particulière.
  • Paysage avec saint Jérôme, vers 1517-18, huile sur bois, 29 x 55 cm, Galleria Giorgio Franchetti alla Ca' d'Oro, Venezia.
  • Paysage avec la prédication de saint Jean-Baptiste, vers 1515-18, huile sur bois, 37,5 x 50,8 cm, Philalephia Museum of Art, Philadephia, inv. 1944-9-2.
  • Paysage avec Marie Madeleine en extase, vers 1517-24, huile sur bois, 26,2 x 36 cm, Kunsthaus, Zürich, inv. R24 (Cf. Galerie : 15).

Œuvres anonymes attribuées à Joachim Patinier[22][modifier | modifier le code]

  • Paysage avec repos pendant la fuite en Égypte, vers 1524, huile sur bois, 51 x 96 cm, Musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg, inv. ГЭ-3085 (Cf. Galerie : 16).
  • Repos pendant la fuite en Égypte, Huile sur bois, 32,5 x 49 cm, Museo Nacional de Bellas Artes, Buenos Aires, inv. 8575.
  • Paysage au bord du lac, Huile sur cuivre, 18,2 x 24 cm, Musée Henri Martin, Cahors, inv. Ca.1.71.
  • Paysage avec saint Jérôme, Huile sur bois, 26.3 x 26 cm, York Art Gallery, York.
  • Paysage avec repos pendant la fuite en Égypte, Huile sur bois, 68 x 83 cm, Strossmayer Gallery, Zagreb, inv. SG-631.
  • Paysage avec saint Christophe, Huile sur panneau, 48 x 59,5 cm, Museum Rockoxhuis, Anvers, inv. 77.55.

Œuvres anonymes du cercle de Joachim Patinier[23][modifier | modifier le code]

  • Paysage avec crucifixion, vers 1520-24, huile sur bois, 72,2 x 21 cm, Collection particulière, Madrid.
  • La multiplication des pains et des poissons, 1538-1543, huile sur bois, 124,5 x 142 cm, Museo de Arquitectura y Pintura del Monasterio San Lorenzo del Escorial, Madrid, inv. 10014744[24].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références et bibliographie[modifier | modifier le code]

Catalogues d'expositions[modifier | modifier le code]

  • (es) Alejandro Vergara (ed.), Patinir, estudios y catálogo crítico, Madrid, Museo National del Prado,‎ , 408 p. (ISBN 978-84-8480-119-1)
  • Alain Tapié (dir.), Fables du paysage flamand ; Bosch, Bles, Brueghel, Bril, Paris, Somogy éditions d'art,‎ , 368 p. (ISBN 978-2-7572-0582-2)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Karel van Mander (traduction, notes et commentaires par Henri Hymans), « Joachim Patenier », dans Le livre des peintres de Carel van Mander : vie des peintres flamands, hollandais et allemands (1604), Tome 1, Paris, 1884 (lire en ligne), p. 192-196.
  • (ang) Verena Voigt (trad. from the German by A.P. Dierick), « Joachim Patinir (ca.1485·1524) and The beginnings of landscape painting in the low countries », dans Canadian Journal of Netherlandic Studies, Issue XIV, i, Spring/Printemps 1993, pp. 19-28. (lire en ligne)

Essais et monographies[modifier | modifier le code]

  • Paul Dupouey, Le Temps chez Patinir, le paradoxe du paysage classique : thèse de doctorat, Université de Nancy II,‎ 2007-2008, 533 p. (lire en ligne)
  • (nl) Reindert Leonard Falkenburg, Joachim Patinir, Het landschap als beeld van de levenspelgrimage, Nijmegen,‎
  • Sylvie Germain, Joachim Patinir, Paysage avec saint Christophe, Ennetières-en-Weppes, Éditions invenit,‎ , 40 p. (ISBN 9782918698104)
  • Maurice Pons et André Barret, Patinir ou l'harmonie du monde, Paris, Robert Laffont,‎ , 128 p. (ISBN 2-221-50196-9)
  • (ang) Robert A. Koch, Joachim Patinir, Princeton, Princeton University Press,‎ , 116 p. (ISBN 978-0691038261)
  • Henrik Stangerup, Joachim Patinir, Paris, Flohic éditions,‎ , 80 p. (ISBN 9782908958492)[26]
  • Henrik Stangerup, L'Idée du bleu, Paris, Flohic éditions,‎ , 89 p. (ISBN 284234104X)
  • Jacques Stiennon, Jean-Patrick Duchesne et Yves Randaxhe, Cinq siècles de peinture en Wallonie, Bruxelles, Les éditeurs d'art associés,‎ (ISBN 287148-0168)

Données numériques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les œuvres classées dans cette section sont caractérisées par des traits picturaux, graphiques et techniques proches de ceux observés dans les tableaux du maître sans toutefois atteindre la finesse d'exécution qui définit son style.
  2. Cette section regroupe les tableaux classés comme tels dans les collections publiques, ainsi que ceux pour lesquels un doute sérieux d'attribution subsiste.
  3. Cette section regroupe les tableaux dont les auteurs sont les disciples, les continuateurs, les membres de l'école ou de l'entourage du maître.
  4. Le peintre apparait sous ce nom dans la liste datée de 1515-16 des maîtres libres admis dans la guilde de saint Luc d'Anvers. Cf. Op. cit., p. 363 Doc. 1.
  5. C'est sous ce nom que le peintre apparait dans deux actes datés de 1520. Cf. (es) Patinir, estudios y catálogo crítico, Madrid, Museo National del Prado,‎ , 408 p. (ISBN 978-84-8480-119-1), p. 363 Doc. 2 & 3.
  6. Son lieu de naissance n'est pas complètement assuré. Cf. Dominique Allart, Patinir, Joachim, in Dictionnaire des peintres belges..
  7. Cf. Karel van Mander, traduction, notes et commentaires par Henri Hymans, Le livre des peintres de Carel van Mander : vie des peintres flamands, hollandais et allemands (1604), Tome 1, Paris,‎ 1884, p. 192.
  8. Cf. (es) Patinir, estudios y catálogo crítico, Madrid, Museo National del Prado,‎ , 408 p. (ISBN 978-84-8480-119-1), p. 363 Doc. 1.
  9. Cf. (es) Patinir, estudios y catálogo crítico, Madrid, Museo National del Prado,‎ , 408 p. (ISBN 978-84-8480-119-1), p. 364 Doc. 7.
  10. Albrecht Dürer et Charles Narrey, Albert Durer à Venise et dans les Pays-Bas; autobiographie, lettres, journal de voyages, papiers divers, Paris, Jules Renouard,‎ (lire en ligne), p. 91, 126, 132.
  11. Cf. Erwin Panofsky, La vie et l'art d'Albrecht Dürer, Hazan,‎ (ISBN 2-85025-916-0), p. 319, et Maurice Pons et André Barret, Patinir ou l'harmonie du monde, Paris, Robert Laffont,‎ (ISBN 2-221-50196-9), p. 36.
  12. « Nous inclinons fort, pour ce qui nous concerne, à le croire élève ou allié à un degré quelconque de Patenier, autant à cause de la concordance des genres, que par le fait du voisinage des localités d'où les deux peintres étaient originaires. » écrit Henri Hymans dans sa traduction annotée du Livre des peintres de Carel van Mander (cf. Références et bibliographie : Carel van Mander, p. 197, note 1).
  13. Dans l'article « Patinir ou Patenier, Joachim » du Dictionnaire de la peinture (Larousse, Paris, 2003, ISBN: 2-03-505390-0) on peut lire (p. 622) : « Il est pratiquement certain que, dans les années 1515-1520, l'artiste à fait un pèlerinage aux Baux-de-Provence d'où il a rapporté le sujet de bon nombre de ses œuvres, notamment la Fuite en Égypte des musées de Berlin. » Cette assertion est erronée, car, outre l'évidente confusion entre les Baux-de-Provence et la Sainte-Baume en Provence qui est effectivement représentée au second plan du Repos pendant la fuite en Égypte de Berlin (voir Repos pendant la fuite en Égypte (Joachim Patinier)), l'hypothèse d'un voyage du peintre dans le sud de la France et en Italie est aujourd'hui abandonnée (cf. Alain Tapié (dir.), 2012 : p. 150). Le site de la Sainte-Baume, supposé conserver les restes de sainte Marie Madeleine qui aurait vécu les trente dernières années de sa vie dans ce lieu de pénitence, était depuis le Moyen Âge pour toute l'Europe chrétienne, un important lieu de pèlerinage. Il fut souvent représentée non seulement dans les tableaux, mais aussi dans les miniatures et les gravures comme en témoigne le folio 60 du manuscrit à peinture intitulé Vie de la belle et clere Magdalene de François de Moulin enluminé par Godefroy le Batave qui date de 1517 (Cote FRANCAIS 24955), ou cette gravure au burin sur cuivre également conservée à la Bibliothèque Nationale de France représentant la Sainte-Baume (cote Va-83-fol.).
  14. Cf. l'édition anglaise de l'ouvrage : (ang) The true effigies of the most eminent painters, and other famous artists that have flourished in Europe. Curiously engraven on copper-plates. Together with an account of the time when they lived, the most remarkable passages of their lives, and most considerable works. Very useful for all such gentlemen as are lovers of art and ingenuity., [London],‎ (lire en ligne), p. 1 et planche 8 : notons au passage que le nom du peintre est orthographié « Patinier » dans le texte (p. 1) et « Patenier » en haut à gauche de l'estampe (Planche 8) signée Th. Galle excud. (Théodore Galle éditeur) et Dom. Lampsonius (Dominique Lampson).
  15. Voir par exemple : Henrik Stangerup, Joachim Patinir, Paris, Flohic éditions,‎ (ISBN 9782908958492), p. 6, 32, 68., Jorge Semprún, Le Mort qu'il faut, Paris, Folio,‎ (ISBN 2-07-042454-5), p. 100. et Paul Dupouey, Le Temps chez Patinir, le paradoxe du paysage classique : thèse de doctorat, Université de Nancy II,‎ 2007-2008, p. 118.
  16. Cette collaboration est confirmée dès 1574 par un document des archives espagnoles du Palacio Real de Madrid (cf. Alejandro Vergara (ed.), op. cit., p. 366, doc. 17).
  17. Voir le site du Musée de Flandre de Cassel : Paysage avec saint Christophe portant l'Enfant Jésus
  18. Les 2 premiers tableaux, qui témoignent du début de la carrière du peintre, sont signés « ∙OPVS∙/∙IOACHIM∙D∙/∙PATINIR∙ », alors que les autres, qui représentent sa maturité, son signés « ∙ OPVS ∙ / ∙ IOACHIM ∙ D / ∙ PATINIER ». Cf. (es) Patinir, estudios y catálogo crítico, Madrid, Museo National del Prado,‎ , 408 p.
  19. Les tableaux répertoriés ici ont fait l'objet d'une étude dans le catalogue de l'exposition « Patinir » du Prado en 2007. Cf. Références et bibliographie : Catalogue.
  20. Ce tableau, acquit par le Musée de Flandre de Cassel en 2004, a fait l'objet d'une publication par Sylvie Germain (cf. Références et bibliographie) dans laquelle une note de l'éditeur signale que : « les spécialistes s'accordent aujourd'hui à penser que le panneau est sans doute une œuvre à deux mains : Joachim Patinir pour le paysage et Quentin Metsys pour les personnages. » (op. cit., p. 21). Le tableau est cependant toujours marqué « attribué à » sur la base Joconde : cf. notice du Portail des collections des musées de France.
  21. Les œuvres classées dans cette section sont caractérisées par des traits picturaux, graphiques et techniques proches de ceux observés dans les tableaux du maître sans toutefois atteindre la finesse d'exécution qui définit son style.
  22. Cette section regroupe les tableaux classés comme tels dans les collections publiques, ainsi que ceux pour lesquels un doute sérieux d'attribution subsiste.
  23. Cette section regroupe les tableaux dont les auteurs sont les disciples, les continuateurs, les membres de l'école ou de l'entourage du maître.
  24. Curieusement, une reproduction de cette œuvre, anciennement assignée à Joachim Patinier mais aujourd'hui plutôt attribuée à Corneille Metsys, fils de Quentin Metsys, sert à illustrer l'article « PATENIER ou PATINIR JOACHIM (1475 à 1480 env.-1524) » de l'Encyclopaedia Universalis (2014).
  25. Ce tableau qui faisait partie de la collection de J.-K. Huysmans, est évoqué dans son roman Là-bas, Paris, Librairie Plon,‎ , p. 77.
  26. Cet ouvrage contient trois illustrations de peintures dont l'attribution à Joachim Patinier est très douteuse : Sainte Madeleine pénitente (inv. D 212) du Musée des beaux-arts de Dijon (p. 45), Le repos pendant la fuite en Égypte (inv. KMS1743) du Statens Museum for Kunst de Copenhague (p. 63), et le Paysage aux bergers d'une collection privée de Schoten en Belgique (p. 65). Les deux premières de ces œuvres sont aujourd'hui attribuées au Maître des demi-figures féminines.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :