Joachim Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martin.
Joachim Martin
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Joseph Joachim Martin
Nationalité
Activité

Joachim Martin (1842-1897) est un menuisier-charpentier du village de Les Crottes (Hautes-Alpes), auteur d'un bref « journal intime », poignant[1], de 4.000 mots, inscrit au dos de lattes d'un plancher, au Château de Picomtal, dans les années 1880-1881[2].

Ce texte de 72 morceaux, destiné à longtemps rester secret mais découvert lors de restaurations du bâtiment entreprises en 1999 et sauvé par chance[3], a été publié en 2017 par Jacques-Olivier Boudon. Il nous informe sur l'histoire d’un village au début de la Troisième République, en étant une source assez exceptionnelle pour une microhistoire, ainsi qu'une « peinture acérée des mœurs de son temps ».

Ce texte s'apparente aussi au genre de la confession et est un témoignage intéressant pour l'histoire et la sociologie de la sexualité[4].

Il offre également une critique de la religion et de l'attitude du curé du village[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. de Baecque, Le parquet d'un grinçant menuisier, Le Monde (22 décembre 2017).
  2. Voir, par exemple, D. Kalifa, «Le Plancher de Joachim», un village à coups de lattes, Libération (6 decembre 2017).
  3. G. Faure, Le parquetier qui maniait la langue du bois, Le Dauphiné Libéré (12 novembre 2017).
  4. E. Brouze, "Qu'on le pende ce cochon !" : le menuisier a tout déballé sous le plancher du château, Rue89 (8 avril 2018).
  5. N. Charles, L’histoire sur les lames d’un plancher, nonfiction.fr (17 janvier 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]