Joël Le Tac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joël Le Tac
Fonctions
Député de la 26e circonscription de Paris
Législature 1re, 2e, 3e, 4e, 5e et 6e (Ve République)
Groupe politique UNR-UDR-RPR
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Bertrand Delanoë
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Maisons-Laffitte dans les Yvelines
Parti politique UNR
Profession Journaliste

Joël Le Tac, né le à Paris et mort le à Maisons-Laffitte (Yvelines), est un journaliste, résistant, compagnon de la Libération, déporté et homme politique français.

Engagé dans les Forces françaises libres, il participe à des opérations commandos en France occupée et aide à mettre en place des réseaux de Résistance. Arrêté en 1942, il est déporté en Allemagne. Après guerre, il est journaliste puis député gaulliste de Paris de 1958 à 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Joël Le Tac naît le à Paris de parents instituteurs[1] et commence des études de droit qu'il interrompt avec la mobilisation en septembre 1939.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À la déclaration de guerre, il est mobilisé. Pendant la drôle de guerre, il prépare le concours d'entrée à l'école du génie de Versailles comme aspirant élève-officier de réserve Transmissions. A sa demande, il est muté dans l'infanterie, rejoignant le peloton d'aspirants officiers de réserve d'infanterie à Vincennes[1]. Lors de la campagne de France, son unité se replie dans les Lande. Refusant l'armistice, il rejoint avec Henri Karcher et quelques camarades Saint-Jean-de-Luz où il embarque sur le Baron Nairn, un navire qui évacue des troupes polonaises vers l'Angleterre[1]. Il s'engage dans les FFL et devient sergent instructeur dans le camp de jeunesse de la France libre à Brynbach[1]. Il participe ensuite sous le commandement du capitaine Georges Bergé à la création de la 1re compagnie d'infanterie de l'Air[1] formée le par le vice-amiral Muselier, commandant provisoire des FAFL.

Il est l'un des cinq soldats français de l'équipe parachutée le près de Vannes pour l'opération Savanna, montée par le Deuxième Bureau du commandant Dewavrin et par le Special Operations Executive : il s'agit d'abattre les pilotes de l'escadrille de bombardement Kampfgeschwader 100, basés à l'aérodrome de Meucon[2]. Il reste en France.

En mai 1941, il aide l'Opération Joséphine B — un commando français libre de la 1re compagnie de parachutistes — à détruire la centrale de Pessac (en Gironde) qui alimente en électricité la base des sommergibile italiens (sous-marins de la base italienne Betasom à Bordeaux). D'autres répercussions se feront sentir sur le trafic ferroviaire et le fonctionnement des usines de la région. La station électrique ne sera pas entièrement réparée avant une année[3] !

Il rejoint la Grande-Bretagne en passant par l'Espagne.

Joël Le Tac, dit « Joe », et son radio, Alain de Kergorlay, dit « Joe X », viennent organiser en Bretagne le premier réseau-action en zone occupée, le réseau Overcloud (dépendant du Special Operations Executive, section RF). Quatre opérations sont réalisées[4] :

  • leur arrivée en Bretagne, dans la nuit du au  : c'est la première arrivée par voie maritime d'agents du service Action du BCRA ;
  • le retour en Angleterre de Fred Scamaroni, réussi le  ;
  • le retour en Angleterre de sept agents, dans la nuit du au  ;
  • le retour en France, le , de Joël Le Tac (qui se rend à Rennes pour des missions de sabotage), avec son frère Yves (qui va à Paris, chargé d'une mission de propagande pour la France Libre) et André Peulevey[5] (agent du MI6, qui va à Rennes).

Le , il est arrêté, ainsi que ses parents, son frère, sa belle-sœur, et son adjoint André Lacaze. Il est détenu à Angers, puis à Fresnes jusqu'en juillet 1943. Il est alors envoyé au camp du Struthof en Alsace, et en septembre 1944 est transféré à Dachau, puis à Neuengamme et finalement à Gross-Rosen en Silésie. Lors du « convoi de la mort » de janvier 1945, il est le seul survivant d'un wagon de 100 personnes. Il va ensuite à Dora, puis à Bergen-Belsen, où il est libéré par les Anglais le .

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Il devient inspecteur à l'exportation d'une importante société franco-anglaise de parfums et de couture puis dirige le service commercial d'une société d'alimentation à Nancy[1].

En mars 1951, il est rappelé pour servir comme capitaine en Indochine mais opte finalement pour la Corée et il intègre en janvier 1952 le bataillon français de l'ONU. Officier de renseignements, il devient ensuite commandant de la 3e Compagnie et participe aux batailles de Kumwha, du triangle de Fer et de T Bone[1].

De retour en France, il devient journaliste d'abord comme pigiste à Paris-Presse puis à Paris Match ou il devient grand reporter en 1954, réalisant alors des reportages à travers le monde. En 1956, il devient chef du bureau Afrique du Nord au Temps de Paris[1].

Cette année-là, il est de nouveau mobilisé quelques mois et sert comme officier de presse au sein de l'état-major dirigé par le général Massu du corps expéditionnaire chargé du débarquement à Port-Saïd lors de l'expédition de Suez[1]. Il redevient journaliste à Paris-Match en décembre 1956[1].

En 1958, lors des législatives anticipées qui suivent le retour du général de Gaulle au pouvoir, il est élu député UNR (parti gaulliste qui deviendra l'Union démocratique pour la Ve République de 1967 à 1971, l'UDR de 1971 à 1976 puis le RPR) de la Seine, dans le 18e arrondissement, à Montmartre.

En 1959, il devient secrétaire général de la fédération UNR de la Seine.

Il est réélu député de sa circonscription sans interruption jusqu'en juin 1981, où il est battu par Bertrand Delanoë avec 46,4 % des voix au 2e tour, contre 53,6 % à son adversaire, lors de la vague socialiste aux législatives qui suit l'élection de François Mitterrand à la présidence de la république.

Entre 1981 et 1983, il est président de l'Institut national de l'audiovisuel et président du Conseil international des radios et télévisions d'expression francophone (CIRTEF)[1].

Il meurt le , à 87 ans, à Maisons-Laffitte dans les Yvelines.

Mandats de député[modifier | modifier le code]

  • Seine : - .
  • Paris : - .
  • Paris : - .
  • Paris : - .
  • Paris : - .

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Square Joël Le Tac

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Joël Le Tac », sur Ordre de la Libération (consulté le 2 février 2019).
  2. François Broche, Georges Caïtucoli, Jean-François Muracciole, La France au combat, de l'Appel du 18 juin à la victoire, Paris, Perrin/SCÉRÉN-CNDP, 2007, p. 403-404. Les pilotes allemands faisaient un trajet journalier entre Vannes, où ils étaient logés, et l'aérodrome. Entre-temps, des logements avaient été montés dans la base, et leur trajet, au cours duquel devait avoir lieu l'attaque, a été abandonné.
  3. François Broche, Georges Caïtucoli, Jean-François Muracciole, La France au combat, de l'Appel du 18 juin à la victoire, Paris, Perrin/SCÉRÉN-CNDP, 2007, p. 404.
  4. Les Réseaux Action de la France Combattante, 1986, p. 108-112.
  5. http://memoiredeguerre.free.fr/ccmr/p6-list-op.htm#deb

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources principales et liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version « officielle » britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle.
  • Paul Bonnecarrère, Qui ose vaincra. Les Parachutistes de la France Libre, Paris, Fayard, 1971.