João Rodrigues Cabrilho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir João Rodrigues (homonymie) et Rodrigues (homonymie).
João Rodrigues Cabrilho
Juan Rodríguez Cabrillo.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités

João Rodrigues Cabrilho ou Juan Rodriguez Cabrillo (1499 - ) est un explorateur dont l'origine (portugaise ou espagnole) est encore débattue. Il est connu pour son exploration de la côte ouest de l'Amérique du Nord, alors qu'il naviguait pour le compte de l'Espagne. Il a participé à la fondation de la ville d'Oaxaca au Mexique et est le premier explorateur européen à atteindre la côte pacifique des États-Unis, le 28 septembre 1542 à San Diego, à bord du galion San Salvador (en). Une réplique de ce navire est exposée à quai au musée maritime de San Diego[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Antonio de Herrera y Tordesillas (historien du 16e et 17e) attribue des origines portugaises à Cabrilho. Il le mentionne, dans son ouvrage Historia General de los hechos de los Castellanos en las Islas y tierra firme del Mar Oceano, comme capitaine de l'un des deux navires — San Salvador et Victoria — participant à l'exploration côtière de l’Amérique du sud : « que nombró por Capitan dellos a Juan Rodriguez Cabrillo Portugués, persona muy platica en las cosas de la mar[2] »[3],[4].

En 1883, Manuel María de Peralta, diplomate et historien costaricain fait, quant à lui, référence à l'explorateur en notant « Avant Drake, seul un marin espagnol distingué, Juan Rodríguez Cabrillo, s’était aventuré sous de telles latitudes sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, […][4]. »

Selon la biographie écrite en 1986 par l'historien Harry Kelsey, Juan Rodríguez Cabrillo serait né en Espagne, probablement à Séville (ou Cuéllar). Sa date de naissance et ses parents sont également inconnus mais les évènements de sa vie ont laissé penser à Kelsey qu'il était né de parents pauvres « entre 1498 et 1500 » et qu'il travailla chez un marchand important de Séville pour subvenir à ses besoins sans que l'auteur n'apporte davantage de sources que Antonio de Herrera qui, lui, a côtoyé Cabrilho pendant de nombreuses années.

L'ouvrage El español que exploró California: Juan Rodríguez Cabrillo (1497-1543), publié en 2019 par l'historienne canadienne Wendy Kramer, vient confirmer en partie l'hypothèse de Harry Kesley en précisant que Cabrilho est originaire de Palma del Río en Andalousie[4],[a].

Voyages[modifier | modifier le code]

Statue de João Rodrigues Cabrilho au Cabrillo National Monument à San Diego

Rodrigues Cabrilho voyagea jusqu'à La Havane comme garçon d'équipage et rejoignit les forces de Hernán Cortés au Mexique. Plus tard, usant de ses talents d'entrepreneur, il a mis en esclavage les indigènes de ses possessions pour travailler dans les mines d'or du Guatemala. Ils firent de lui l'un des plus riches conquistadors du Mexique.

À la suite du voyage de Francisco de Ulloa en 1539, qui avait découvert le golfe de Californie, le Vice-roi de Nouvelle-Espagne, Don Antonio de Mendoza, demanda à Cabrilho de mener une expédition le long de la côte pacifique à la recherche d'opportunités de commerce, peut-être pour trouver un chemin vers la Chine.

Le 27 juin 1542 l'explorateur partit de Navidad (maintenant Acapulco) et s'arrêta le 28 septembre de la même année dans ce qui est aujourd'hui la baie de San Diego et qu'il appela « San Miguel ». Suivant la côte, il dépassa le canal de Santa Barbara et alla jusqu'à la Russian River avant que les tempêtes automnales ne le forcent à rebrousser chemin, jusqu'à l'île Santa Catalina pour passer l'hiver et effectuer les réparations des navires.

Cabrilho tombe malade et meurt de la gangrène le . Son corps est brûlé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Traduction d'un paragraphe de la présentation de El español que exploró California: Juan Rodríguez Cabrillo (1497-1543) : « Dr. Kramer fournit des documents inédits qui révèlent l’origine de Cabrillo dans la ville de Palma del Río. Le travail est construit sur des sources primaires, des manuscrits que Kramer a consultés aux Archives générales des Indes, aux Archives historiques provinciales de Séville, aux archives d'Amérique centrale au Guatemala et à la Hispanic Society de New York.[5] »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The first european vessel to reach america's west coast », sur sdmaritime.org.
  2. (en) James R. Moriarty et Cabrillo Historical Association, Explorers of the Baja and California Coasts, (lire en ligne), p. 52
  3. (en) Peter Rowe, « Was Juan Rodriguez Cabrillo from Spain? », sur sandiegouniontribune.com, (consulté le 6 août 2019).
  4. a b et c (en) Wendy Kramer, « Juan Rodríguez Cabrillo, Citizen of Guatemala and Native of Palma del Río: New Sources from the Sixteenth Century », The Journal of San Diego History, vol. 62, nos 3 et 4,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2019).
  5. (es) « Resumen », sur marcialpons.es (consulté le 6 août 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]