Blues (album de Jimi Hendrix)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jimi Hendrix : Blues)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blues (homonymie).
Jimi Hendrix: Blues

Album de Jimi Hendrix
Sortie 26 avril 1994
Enregistré 1966-1970
Durée 72:17
Genre Blues
Producteur Alan Douglas
Label MCA

Albums de Jimi Hendrix

Blues est un album de Jimi Hendrix sorti en 1994. Si depuis le début des années 1980, la publication d'albums de Jimi Hendrix s'était poursuivie à un rythme régulier, il semblait que la messe était définitivement dite avec la parution de Nine to the Universe en 1980 pour ce qui concernait les enregistrements studio du guitariste. D'autant que ce recueil de jams instrumentales succédait aux deux albums les plus controversés de toute la discographie Hendrixienne, à savoir Crash Landing et Midnight Lightning.

C'est donc à la surprise générale qu'Alan Douglas publia Jimi Hendrix: Blues le 26 avril 1994. D'autant que l'album fut particulièrement bien accueilli, tant par la critique que par les amateurs.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

No TitreAuteur Durée
1. Hear My Train A Comin' (acoustic)Jimi Hendrix 3:05
2. Born Under a Bad SignBooker T. Jones,William Bell 7:37
3. Red HouseHendrix 3:41
4. Catfish BluesRobert Petway, arr. Jimi Hendrix 7:46
5. Voodoo Chile BluesHendrix 8:47
6. Mannish BoyMckinlay Morganfield, Mel London, Elias McDaniel 5:21
7. Once I Had A WomanHendrix 7:48
8. Bleeding HeartElmore James 3:26
9. Jelly 292Hendrix 6:25
10. Electric Church Red HouseHendrix 6:12
11. Hear My Train A Comin' (electric)Hendrix 12:08

Un album impensable par le passé[modifier | modifier le code]

Alan Douglas et Bruce Gary (les producteurs du CD) profitèrent en fait de la conjonction de deux avancées technologiques :

  • d'une part les techniques de mixage modernes avaient suffisamment progressé pour pouvoir combiner différentes prises d'un même titre sans avoir besoin d'apport de musiciens extérieurs (la magie du numérique...) ;
  • d'autre part la disparition du vinyle au profit du CD permettait une remise à plat du catalogue en introduisant la notion de semi-inédit.

Il faut aussi reconnaître à Alan Douglas l'intelligence d'avoir proposé un recueil dont le fil rouge, le blues, permet une réelle continuité musicale alors que les enregistrements proposés s'étalent de 1966 à 1970 d'une part et que le personnel varie d'un titre à l'autre d'autre part.

C'est le seul projet discographique d'Alan Douglas ressorti tel quel par Experience Hendrix LLC (excepté pour les notes de pochettes).

Le contenu[modifier | modifier le code]

Hear My Train A Comin' (acoustic)[modifier | modifier le code]

L'album s'ouvre en terrain connu pour les amateurs avertis du guitariste : Hear My Train A Comin' (acoustic) était déjà présent sur la bande originale du film Jimi Hendrix publiée en 1973. On y voit Jimi Hendrix interpréter ce blues en solo le 19 décembre 1967 sur une guitare acoustique 12 cordes accordée en Do. D'un point de vue discographique, intégrer ce titre sur un recueil de blues est parfaitement cohérent. D'autant que la version acoustique de cet incontournable des performances live de Hendrix est très forte. L'influence de John Lee Hooker est perceptible lors du solo central où Hendrix double les notes de sa guitare de sa voix, mais son interprétation n'a rien de scolaire. Le fait que Jimi Hendrix soit reconnu comme un grand bluesman tenait beaucoup à cœur à Alan Douglas : avec ce seul titre, le pari était déjà gagné.

Born Under A Bad Sign[modifier | modifier le code]

La reprise du Born Under A Bad Sign d'Albert King (repris par Cream sur Wheels of Fire) était alors inédite. Enregistrée le 15 décembre 1969 par le Band Of Gypsys, la version publiée ici est légèrement éditée : outre les premières et dernières secondes du titre, il y a un cut après le point d'orgue du solo, à 5:10.

Red House[modifier | modifier le code]

La version qui suit de Red House est connue de tous les amateurs du guitariste d'Europe : c'est la prise enregistrée le 13 décembre 1966 par The Jimi Hendrix Experience, retenue sur la version UK de Are You Experienced. Jimi Hendrix: Blues était donc sans doute plus destiné au marché américain, où cette version était inédite. En effet, absente de la version US du premier album de l'Experience, c'est une autre prise de Red House qui était proposée sur la version US de Smash Hits en juillet 1969. Moins puriste, et moins forte.

Catfish Blues[modifier | modifier le code]

Enregistré le 10 novembre 1967 par le Jimi Hendrix Experience aux Pays-Bas, Catfish Blues était alors quasi inédit : certes présent sur le Calling Long Distance compilé par Caesar Glebbeek[1] (crédité ici en tant que consultant), ce CD était réservé aux seuls abonnés de la revue UniVibes. Légèrement inférieure à la version publiée quelques années plus tôt sur Radio One, cette reprise de Muddy Waters n'en reste pas moins un grand moment, prélude idéal au titre suivant, qui est son extrapolation Hendrixienne...

Voodoo Chile Blues[modifier | modifier le code]

À savoir le Voodoo Chile Blues, enregistré au Record Plant le 2 mai 1968 avec Steve Winwood, Jack Casady et Mitch Mitchell. Les notes de pochette de Michael J. Fairchild (sur l'édition d'Alan Douglas) ont le mérite de ne pas tromper l'auditeur, car elles parlent de prises. Toute la subtilité du pluriel... On ne rentrera pas dans le détail complexe du montage (combinant plusieurs prises) opéré par Alan Douglas et Bruce Gary[2]. Hendrix est-il trahi par ce type de procédés ? La question mérite d'être posée. Mais la réponse est forcément plurielle. Crash Landing avait suscité une immense controverse à sa sortie[3]. Mais Hendrix n'a jamais été contre le principe de montage en studio, bien en contraire (overdubs multiples, effets de studio, guitares à l'envers, etc.) D'un côté, on peut estimer que Voodoo Chile Blues est un pas supplémentaire dans ce genre de procédés (comme Teo Macero le faisait avec brio pour Miles Davis à l'époque... mais avec l'accord de Miles). Inversement, on peut rétorquer que créer un titre de toutes pièces à des fins commerciales est une atteinte au droit moral de l'artiste. En l'espèce, avant d'entendre un pirate présentant l'intégralité des différentes prise de Voodoo Chile[4] , il est presque impossible de se rendre compte du montage. Des sessions intéressantes, mais non commercialisables en l'état, Alan Douglas a tiré une chimère musicale brillante, avec de fantastiques parties de guitare de Hendrix. N'est-ce pas le rôle d'un producteur ?

Mannish Boy[modifier | modifier le code]

Enregistré le 22 avril 1969, c'est Billy Cox et Buddy Miles qui officient aux côtés de Jimi Hendrix sur Mannish Boy, alors que l'Experience n'était pas encore séparée... et le Band Of Gypsys encore dans les limbes. Ce remake up tempo du classique de Muddy Waters, largement influencé par le I’m A Man du Spencer Davis Group est en fait un hybride créé par Alan Douglas à partir de différentes prises. Il en a réuni les meilleurs éléments et fabriqué un titre complet, commercialisable (avec en prime un solo). Et il faut reconnaitre que le travail de montage-édition est réussi : à l'écoute, on ne se rend compte de rien. Dans le principe, le procédé est similaire à celui de Crash Landing. Mais les progrès techniques permettent toutefois de ne pas effacer les musiciens originaux : et la nuance est de taille.

Once I Had A Woman[modifier | modifier le code]

Suit Once I Had A Woman, publié en 1975 sur Midnight Lightning, mais dans une version littéralement massacrée par Alan Douglas. Alan Douglas présente cette fois-ci le titre (presque) tel qu'il a été enregistré par le Band Of Gypsys dans sa fameuse séance du 23 janvier 1970 avec un harmoniciste inconnu. C'est un aveu d'échec de Douglas. Mais il est tout à son honneur car Once I Had A Woman est un autre grand moment, qui se divise en deux parties. La première est un blues très lent (improvisé ?). La seconde est constituée d'un solo mémorable. Les pirates présentent des versions plus longues de cette prise, avec l'intégralité de la performance de l'harmoniciste... ce qui n'est pas forcément un plus.

Bleeding Heart[modifier | modifier le code]

Immortalisée au Royal Albert Hall quelques semaines plus tôt, la reprise du Bleeding Heart d'Elmore James enregistrée au Record Plant par Billy Cox et Buddy Miles le 21 mai 1969 est ici jouée sur un tempo nettement plus rapide. Moins forte que la version de l'Experience, cette prise, éditée selon le site officiel, n'en demeure pas moins très intéressante : elle montre Hendrix dans un registre blues où il excelle.

Jelly 292[modifier | modifier le code]

Le Jelly 292 qui suit est en fait une autre prise de la Jam 292 publiée en 1973 sur Loose Ends. Enregistré au Record Plant le 14 mai 1969, avec Billy Cox, Mitch Mitchell et Sharon Layne au piano, c'est une jam structurée, présentant des figures rythmiques bien travaillées pour chaque cycle. Mais ce sont surtout les solos de Hendrix qui retiendront toute notre attention : ils sont assez brefs, mais intenses et toujours inspirés.

Electric Church Red House[modifier | modifier le code]

Déjà publié sur Variations on a Theme: Red House quelques années plus tôt (dans une version plus longue), l'intérêt de Electric Church Red House[5] était alors faible. Même si le concept d'album blues pouvait justifier sa présence. Mais dans ce cas, pourquoi garder le montage inutile de deux titres qui n'ont rien à voir [6]?

Hear My Train A Comin' (electric)[modifier | modifier le code]

Le titre suivant est un grand classique (mais connu, exceptée l'introduction parlée) : Hear My Train A Comin' (electric) est en effet la version Live jouée à Berkeley le 30 mai 1970 par le trio Hendrix/Cox/Mitchell[7].

Musiciens[modifier | modifier le code]

Charts et certifications[modifier | modifier le code]

Charts album
Pays Durée du
classement
Meilleur
classement
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[8] 9 semaines 60e
Drapeau de l'Australie Australie[8] 10 semaines 2e
Drapeau du Canada Canada[9] 12 semaines 24e
Drapeau des États-Unis États-Unis[10] - 45e
Drapeau de la France France[11] 8 semaines 10e
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[8] 10 semaines 4e
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[8] 7 semaines 44e
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni [12] 4 semaines 10e
Drapeau de la Suède Suède[8] 10 semaines 14e
Drapeau de la Suisse Suisse[8] 9 semaines 14e
Certifications
Pays Certification Ventes Date
Drapeau du Canada Canada[13] Disque d'or Or 50 000 + 24/03/1995
Drapeau des États-Unis États-Unis[14] Disque de platine Platine 1 000 000 + 06/02/2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa revue fait référence chez les amateurs du guitariste : http://www.univibes.com/SiteMap.html
  2. On peut se référer au site suivant : http://www.winwoodfans.com/hendrix.htm#voodoo
  3. Hendrix: Setting The Record Straight de John McDermott avec Eddie Kramer
  4. The Voodoo Chile Sessions par exemple : http://hendrix.aceboard.fr/264448-2565-2939-0-Voodoo-Chile-Sessions.htm
  5. Titre enregistrée aux TTG Studios le 29 octobre 1969 par l'Experience avec Lee Michaels à l'orgue, plus Buddy Miles en première partie
  6. Le titre date en fait des sessions de l'Experience aux TTG Studios, et c'est une chimère d'Alan Douglas. En effet, l'introduction est une jam de l'Experience avec Lee Michaels à l'orgue et Buddy Miles à la batterie complètement distincte de la prise de Red House : la jam continue d'ailleurs sur plusieurs minutes.
  7. Sa présence confirmait la non réédition de Rainbow Bridge - Original Motion Picture Sound Track, d'ailleurs jamais réédité en CD, au grand regret de tous les amateurs.
  8. a b c d e et f hitparade.ch/jimi hendrix/blues
  9. bac-lac.gc.ca/Rpm/search database
  10. billboard.com/jimi hendrix/chart history/billboard 200
  11. infodisc.fr/détail par artiste/jimi hendrix
  12. officialcharts.com/archives/jimi hendrix/albums
  13. musiccanada.com/gold platinum/search consulté le 28 avril 2018
  14. riaa.com/gold-platinum/search consulté le 28 avril 2018