Jim Harrison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harrison.

James Harrison

Autres noms Jim Harrison
Naissance
Langue d'écriture anglais
Mouvement École du Montana
Genres littérature des grands espaces, Nature writing

Jim Harrison, de son vrai nom James Harrison, est un écrivain américain, né le à Grayling dans le Michigan aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

La mère de Jim Harrison est d'origine suédoise. Son père était agent agricole, spécialisé dans la conservation des sols. Lorsqu'il a trois ans, sa famille emménage dans la ville de Reed City (Michigan). À l'âge de huit ans, son œil gauche est accidentellement crevé au cours d'un jeu[1]. À 16 ans, il décide de devenir écrivain « de par mes convictions romantiques et le profond ennui ressenti face au mode de vie bourgeois et middle class ». Il quitte le Michigan pour vivre la grande aventure à Boston et New York.

En 1960, à l'âge de 23 ans, il épouse Linda King. Ils ont eu deux filles, Jamie et Anna. Il obtient cette même année une licence de lettres. En 1962, son père et sa sœur Judith décèdent dans un accident automobile, percutés par la voiture d'un chauffard ivre. En 1965, il est engagé comme assistant d'anglais à l'Université d'État de New York à Stony Brook mais renonce rapidement à une carrière universitaire. Pour élever ses filles, il rédige des articles de journaux, des scénarios, en même temps que sont publiés ses premiers romans et ses recueils de poèmes. Grand lecteur de poésies, il est un admirateur du poète René Char.
En 1967, la famille retourne dans le Michigan pour s'installer dans une ferme à Lake Leelanau. Jim Harrison rencontre Jack Nicholson, que Thomas McGuane qui travaille à l'écriture de scénarios pour Hollywood, lui présente. Nicholson devient son ami et lui prête l'argent suffisant pour qu'il puisse nourrir sa famille tout en passant du temps à écrire. Il entretient une correspondance avec son ami Gérard Oberlé. Elle paraît en partie dans Raw and the Cooked : Adventures of a Roving Gourmand en 2001.
Il partage son temps entre le Michigan, le Nouveau-Mexique et le Montana.

Traduit en français d'abord par Serge Lentz, Marie-Hélène Dumas, Pierre-François Gorse ou Sara Oudin, puis par Brice Matthieussent, il est publié dans vingt-trois langues à travers le monde[2].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

1978-1979: Ce sera l'écriture de Légendes d'automne, son premier grand succès littéraire. Suivront ses œuvres : Sorcier, Faux Soleil, Dalva...

Puis sa collaboration à l'écriture de scénarios hollywoodiens... Ainsi:

  • vers 1988: Avec Thomas Mc Guane, il écrit le scénario du film Cold Feet, que réalisera Robert Dornhelms en 1989 (acteurs : Tom Waits, Keith Carradine). Le film n'a jamais été diffusé en France.
  • vers 1989: Avec Jeffrey Fiskin, il adapte sa nouvelle Une vengeance qui sera réalisée par Tony Scott (acteurs Kevin Kostner, Anthony Quinn et Madeleine Stowe).
  • vers 1992/1993: Avec Wesley Strick, il écrit le scénario de Wolf, qui sera réalisé par Mike Nichols en 1994 (acteurs Jack Nicholson et Michelle Pfeiffer).
  • vers 1996: Lors d'une visite à Saint Malo pour le Festival des Étonnants Voyageurs, il décide d'interrompre ses collaborations à chaque fois déprimantes et frustrantes avec Hollywood, et de se retirer quelque temps (dans sa cabane non loin du Lac Supérieur) pour écrire une suite à Dalva. Ce sera La route du retour.
  • en 2000: Jim Harrison travaille avec sa fille Jamie à l'adaptation cinématographique, pour Jack Nicholson, de sa nouvelle "La Bête que Dieu oublia d'inventer", qu'on peut lire dans son dernier recueil de nouvelles En route vers l'Ouest.

Il parle également d'écrire ses mémoires... projet qui ferait s'exclamer sa fille Jamie : "Oh please, Dad !!!... don't !!!"

Le retour de Jim Harrison à l’écriture s’opère par un Retour en terre, en 2007 qui vient appuyer la réputation de Jim Harrison n’étant plus à faire depuis bien longtemps. Après Une odyssée américaine (Flammarion) en 2009, il revient en 2012 avec Grand maître, son treizième roman.

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Plain song (1965)
  • Locations (1968)
  • Outlyer and Ghazals (Lointains et Ghazals) (1971)
  • Letters to Yesenin (Lettres à Essenine) (1973)
  • Returning to earth (1977)
  • Selected and new poems (1982)
  • Theory and practice of rivers (Théorie et pratique des rivières) (1985)
  • After ikkyu and other poems (L'éclipse de lune de Davenport) (1996)
  • The shape of the journey (1998)
  • Une heure de jour en moins (2012)

Romans[modifier | modifier le code]

  • Wolf, a false memoir (Wolf, Mémoires fictifs) (1971)
  • A good day to die (Un bon jour pour mourir) (1973)
  • Farmer (Nord Michigan) (1976)
  • Warlock (Sorcier) (1981)
  • Sundog (Faux soleil) (1984)
  • Dalva (1988)
  • Just before dark (Entre chien et loup) (1990)
  • The Road Home (La route du retour) (1998)
  • Off to the Side. A Memoir (En marge) (2002)
  • True North (De Marquette à Vera Cruz) (2004)
  • Returning to Earth (Retour en terre) (2007)
  • The English Major (Une Odyssée Américaine) (2008)
  • The Great Leader (Grand maître) (2011)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Legends of the fall (Légendes d'automne) ("Une Vengeance", "L'homme qui abandonna son nom", "Légendes d'automne")(1979)
  • The woman lit by fire flies (La femme aux lucioles) ("Chien Brun", "Sunset Limited", "la Femme aux Lucioles") (1990)
  • Julip (1994)
  • Westward Ho (En route vers l'ouest) ("En route vers l'ouest", "La bête que Dieu oublia d'inventer", "J'ai oublié d'aller en Espagne") (2000)
  • The Summer He Didn't Die (L'été où il faillit mourir) ("L'été où il faillit mourir", "Épouses républicaines", "Traces") (2005)
  • The Farmer's Daughter (Les jeux de la nuit) (2010)
  • The River Swimmer (Nageur de rivière) (2014)

Livre jeunesse[modifier | modifier le code]

  • The boy who ran to the woods (Le garçon qui s'enfuit dans les bois) (2000)

Essai[modifier | modifier le code]

  • Adventures of a roving gourmand (The raw and the cooked) (Aventures d'un gourmand vagabond) (2001)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Off the side (En marge) (2002)

Adaptations cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jim Harrison, En marge, p. 32 « un accident malheureux ou je perdis la vision de mon œil gauche lors d'une querelle avec une petite voisine » 10/18, (ISBN 2264039191)
  2. Jim Harrison, En marge, p. 164-165, 10/18, (ISBN 2264039191)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]