Jikji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Jikji
Caractères mobiles métalliques ayant servi à son impression

Jikji (en hangeul : 직지, hanja : 直指), (prononciation coréenne: [tɕiktɕ͈i]) est considéré comme le premier livre au monde à avoir été imprimé avec des caractères métalliques amovibles, 78 ans avant la Bible de Gutenberg.

Le titre complet est « Baegun hwasang chorok buljo jikji simche yojeol » (hangeul : 백운화상초록불조직지심체요절, hanja : 白雲和尙抄錄佛祖直指心體要節, en français : « Anthologie des enseignements zen des grands prêtres bouddhistes »). Il est attribué au moine du bouddhisme seon, Baegun (1298 — 1374) (hangeul : 백운 ; hanja : 白雲, littéralement : « Nuage blanc »).

Imprimé durant la dynastie Koryŏ en 1377, il s'agit du plus ancien livre existant au monde imprimé avec des caractères métalliques amovibles. L'UNESCO a confirmé que le Jikji était le livre le plus ancien imprimé avec des caractères métalliques amovibles en septembre 2001 et l'a inclus dans le programme Mémoire du monde[1]

Jikji a été publié dans le temple de Heungdeok en 1377 (confirmé par des fouilles faites en 1985 sur le site), 78 ans avant la « Bible à 42 lignes » de Gutenberg imprimée durant les années 1452-55.

Le premier volume du Jikji est actuellement perdu, seul le second volume existe à ce jour.

Il est conservée à la division des Manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France

Auteur[modifier | modifier le code]

Le jikji a été écrit par le moine bouddhiste Baegun (1298–1374, nom bouddhiste Gyeonghan), qui a été le principal prêtre des temples Anguk et Shingwang à Haeju. le Jikji a été publié en deux volumes à Seongbulsan en 1372. Baegun meurt dans le temple Chwiam à Yeoju en 1374 (Corée).

Contenu[modifier | modifier le code]

Le Jikji comprend une collection d’extraits d’analyses des moines bouddhistes les plus vénérés à travers l'histoire. Gyeonghan (Baegun) l'a compilé comme étant un livre pour les étudiants en bouddhisme, religion nationale de la Corée sous la dynastie dynastie Koryŏ (918–1392).


Le Jikji se compose de deux volumes. Le Jikji qui a été publié dans le temple de Heungdeok est conservé aujourd'hui dans la division des Manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France, avec la première page du deuxième volume déchirée.

Impression[modifier | modifier le code]

La dernière page de Jikji contient les détails de sa publication, indiquant que le livre a été publié durant la 3ème année du règne du Roi U (juillet 1377) par des lettres de métal dans le temple Heungdeok à Cheongju (au Sud de Séoul). Le jikji se composait à l'origine de deux volumes totalisant 307 chapitres, mais le premier volume de la version imprimée en métal n'existe plus.

Il existe un texte indiquant qu'en 1377, les étudiants de Baegun, les prêtres Seoksan et Daldam, ont aidé à la publication de Jikji en utilisant un type de métal mobile et que la prêtresse Myodeok a également contribué à ces efforts[2].

Les dimensions de la plaque de métal restante est de 24,6 x 17,0 cm. Son papier est très léger et blanc. Le texte entier est doublé très légèrement. La pochette a l'air refaite. Le titre de Jikji semble également avoir été écrit à l'encre de Chine après l'original. La couverture du volume restant de l'édition sur type de métal enregistre en français "Le plus ancien livre coréen connu, imprimé avec caractères mobiles, avec date=1377 ", écrit par Maurice Courant.


Les lignes ne sont pas droites, mais de travers. La différence d'épaisseur de couleur d'encre indiquée sur le papier à lettres dessiné est grande et il se produit souvent des taches. Même certains caractères, tels que «jour» (日) ou «un» (一), sont écrits en sens inverse, alors que d'autres lettres ne sont pas imprimées entièrement.

Bibliothèque nationale de France[modifier | modifier le code]

Vers la fin de la dynastie Joseon, un diplomate français a acheté le deuxième volume du jikji à Séoul et l'a emmené en France, où il est maintenant conservé à la Bibliothèque nationale de France à Paris.


Il fut acquis par Victor Collin de Plancy, premier consul de France en poste à Séoul vers la fin de la dynastie Joseon, puis légué à la Bibliothèque nationale de France en 1950 par Henri Vever. Il y est conservé au département des Manuscrits. Il est consultable dans son intégralité en mode numérisé de haute définition.

Selon les registres de l'UNESCO, Le Jikji «faisait partie de la collection de Victor Collin de Plancy, chargé d'affaires à l'ambassade de France à Séoul en 1887, sous le règne du roi Kojong. Le livre passa ensuite entre les mains d'Henri Véver, collectionneur de classiques, lors d'une vente aux enchères à l'hôtel Drouot en 1911, et lorsqu'il mourut en 1950, il fut offert à la Bibliothèque Nationale de France, où il se trouve depuis. »

Il n’existe aujourd’hui que 38 feuilles du deuxième volume de l’édition imprimée sur métal.

En mai 1886, la Corée et la France concluent un traité de défense et de commerce. En 1887, Kim Yunsik (1835-1922) et Victor Collin de Plancy (1853) ont noué des relations diplomatiques officielles. –1924).

Diplômé en droit en France et étudiant le chinois, Plancy travailla pendant six ans comme traducteur à la légation de France en Chine, entre 1877 et 1883. En 1888, il se rendit à Séoul en tant que premier consul de France en Corée jusqu'en 1891. Au cours de son séjour prolongé en Corée, d'abord comme consul puis à nouveau comme ministre diplomatique de 1896 à 1906, Victor Collin de Plancy collectionna des céramiques coréennes et des livres anciens.

Bien que les voies par lesquelles Plancy a collecté ses œuvres ne soient pas clairement connues, il semble les avoir recueillies principalement au début des années 1900. La plupart des livres anciens rassemblés par Plancy en Corée ont été vendus à la Bibliothèque nationale de France lors d'une vente aux enchères en 1911, tandis que le Jikji fut acheté la même année pour 180 francs par Henri Véver (1854-1943), joaillier et collectionneur de livres anciens, qui en a fait don à la Bibliothèque nationale de France dans son testament. [3]

Redécouverte[modifier | modifier le code]

Le Jikji imprimé est devenu connu du monde entier en 1901 grâce à son inscription à l'annexe du Hanguk Seoji, compilée par le sinologue français et érudit coréen Maurice Courant (1865-1935).

En 1972, le Jikji était exposé à Paris lors de l"Année internationale du livre" organisée par la Bibliothèque nationale de France, attirant pour la première fois l'attention du monde entier. Il tombe peu à peu dans l'oubli jusqu'à ce que la doctoresse coréenne Park Byung Sun[4], bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de France le fasse "redécouvrir" aux yeux du monde.

Le Dr. Park est décédé en 2011, s'ensuivit un grand hommage en Corée du Sud, la considérant comme une figure de l'héritage culturel coréen.

Le jikji a été imprimé avec une impression métallique dans le temple de Heungdeok, à la périphérie de Cheongjumok, en juillet 1377, un fait inscrit dans son post-scriptum. Le fait qu’il ait été imprimé dans le temple Heungdeok à Uncheondong, Cheongju, a été confirmé lorsque l’Université de Cheongju a fouillé le site du temple de Heungdeok en 1985.

Le temple de Heungdeok a été reconstruit en mars 1992. En 1992, le musée de l’imprimerie ancienne de Cheongju a été ouvert. Le thème principal a été le Jikji à partir de 2000.

Seul le dernier volume des Jikji est conservé par le département des Manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale de France.

Le 4 septembre 2001, le Jikji a été officiellement ajouté à la Mémoire du monde de l'UNESCO. Le Prix Jikji Mémoire du monde a été créé en 2004 pour commémorer la création des Jikji.[5]

Controverse[modifier | modifier le code]

Le droit de propriété du Jikji reste contesté, la Bibliothèque nationale de France soutenant que le Jikji devrait rester en France, alors que les activistes coréens soutiennent qu'il devrait appartenir à la Corée[6]. La Bibliothèque nationale de France a déclaré qu'en tant qu'artéfact historique important pour l'humanité , le Jikji devrait rester en France car il représente un patrimoine mondial commun et n'appartiennent pas à un seul pays.

En outre, ils insistent sur le fait que le Jikji serait mieux conservé et exposé en France en raison du prestige et des ressources dont dispose la bibliothèque. Par ailleurs, les organisations coréennes pensent qu'il appartient à son pays d'origine et qu'il revêt une signification historique pour le peuple coréen.


D'avril à juin 2011, 297 volumes contenant 191 Uigwes différents du Kyujanggak (Oegyujanggak) ont été réexpédiés en quatre fois et conservés par la suite au Musée national de Corée. Cependant, Jikji n'a pas été inclus à la suite d'une opposition en France, notamment d'une manifestation déposée par les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale[7].

La Corée du Sud déclare posséder les équipements et les professionnels largement nécessaires pour accueillir le Jikji et l'exposer aux yeux du monde, celui-ci faisant partie intégrante du patrimoine culturel coréen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]