Jihan El-Tahri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jihan El-Tahri (en arabe : ﺟﻬﺎﻥ ﺍلطاهري ; née à Beyrouth) est une scénariste, réalisatrice et productrice de films documentaires. Elle a la double nationalité française et égyptienne.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

En 1984, Jihan El-Tahri obtient un BA en science politique, et, en 1986, un MA en science politique de l'Université Américaine du Caire. Elle a travaillé en tant que correspondante pour U.S. News & World Report et pour Reuters, comme journaliste et productrice associée en Tunisie, au Liban, en Irak, en Jordanie, en Algérie et en Égypte entre 1984 et 1990. En tant que correspondante, El-Tahri est devenue spécialiste de politique au Moyen-Orient[1].

El-Tahri a commencé la réalisation et la production de documentaires en 1990 pour la télévision française, et en 1995 pour la BBC. En 1992, elle a filmé des camps d'entraînement d'Oussama ben Laden au Soudan. Elle a également fourni du soutien professionnel sur quatre des films de la série Steps for the future en 2001. Le documentaire, The House of Saud est montré à la BBC en 2004[2] et sur PBS en 2005. Son documentaire, "Behind the Rainbow", a été projeté lors du 53e BFI London Film Festival en 2009[3].

Elle a également travaillé avec Ahron Bregman, un historien Israélien, pour le documentaire La guerre de 50 ans: Israël et les Arabes en 1998[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Films documentaires[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elena Oumano, Cinema Today: A Conversation with Thirty-nine Filmmakers from Around the World. Rutgers University Press, 2011.
  • Beti Ellerson, "African Women and the Documentary: Storytelling, Visualizing History, from the Personal to the Political.", Black Camera 8.1 (2016), p. 223-239.
  • Beti Ellerson, "Traveling Gazes: Glocal Imaginaries in the Transcontinental, Transnational, Exilic, Migration, and Diasporic Cinematic Experiences of African Women.", Black Camera, vol. 8 no. 2, 2017, pp. 272-289. Project MUSE, muse.jhu.edu/article/659473.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Diao, « Jihan El-Tahri, cinéaste du passé recomposé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Thérèse-Marie Deffontaines et Mouna Naïm, « L'imbroglio saoudien », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « LFF programme », (consulté le 20 mai 2018)
  4. Pierre Hazan, « Le conflit israélo-arabe raconté par ceux qui ont fait son histoire », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  5. Zegna-Rata, Olivier, « L'Afrique en morceaux : une leçon d'histoire immédiate », Afrik,‎ (lire en ligne)
  6. Petite critique par L. Chaput, "PanAfrica International: Visions d’un monde", Séquences: La revue de cinéma 267 (2010), p.5.
  7. (de + en + fr) El-Tahri, Jihan, « Egypt's Modern Pharaohs », Arte,‎ (lire en ligne)
  8. Voir le c.r. de Marie-Lucy Dumas. In: Politique étrangère 62.2 (1997), p. 401.

Liens externes[modifier | modifier le code]