Jigmé Ngapo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jigmé Ngapo, né à Lhassa au Tibet en 1951, est un anthropologue tibétain, fils de Ngapo Ngawang Jigmé, un ancien vice-président du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire. Jigmé Ngapo s'est enfui de Chine et vit aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jigmé Ngapo a reçu une éducation en Chine. En 1959, il a été transféré à la Beijing National Institute school. En 1964, il entre à la en:Beijing No.4 High School. En 1968, il est envoyé dans la Bannière gauche de Tumd en Mongolie-Intérieure. En 1972, il fait partie du premier lot de travailleurs à fréquenter l'école des langues étrangères de l'Inner Mongolia Normal University. Après avoir été diplômé, il devint enseignant au Lhasa Teachers' College au Tibet. En 1978, il est admis à l'université centrale des minorités où il obtient sa maîtrise et la fonction d’assistant chercheur en études tibétaines. En 1985, il visite l'étranger, en 1987, il entre aux États-Unis et à l'Université de Virginie. Il est anthropologue[1].

En 1990, il travaille pour l'association International Campaign for Tibet à Washington DC comme analyste politique[2] avant de rejoindre Radio Free Asia où il dirige la section en langue tibétaine[3],[4].

Selon le journaliste Pierre-Antoine Donnet Jigmé Ngapo a critiqué ouvertement la politique chinoise au Tibet[5].

Les opinions de Jigmé Ngapo sur le Tibet sont différentes de celles du Parti communiste chinois et du gouvernement tibétain en exil[6].

En 1992, il est l'un des coprésidents du Tibet Forum, qui avec le Center for Modern China organise une conférence sur les relations sino-tibétaines[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emancipation monthly, décembre 1987, Hong Kong
  • Behind the Unrest in Tibet, China Sping, volume 2, n 1, janvier-février 1988, 26
  • in Center Daily News, octobre 1987, traduit dans Lungta, no. 6. Geneva[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Institutions officielles chinoises[modifier | modifier le code]