Jiang Tianyong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jiang Tianyong
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Changsha University (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Jiang Tianyong (chinois simplifié : 江天勇) est un avocat des droits de l'homme de la République populaire de Chine. Basé à Pékin, il est une figure marquante de la Weiquan (défense des droits) de mouvement, et a défendu les Tibétains, les pétitionnaires, les membres de Falun Gong, les victimes du VIH/SIDA, et d'autres groupes vulnérables. La défense des droits de l'homme par Jiang a attiré les foudres des autorités chinoises. Ses demandes de renouvellement de sa licence légale ont été refusées, et il a été détenu à plusieurs reprises.

Plaidoyer[modifier | modifier le code]

En 2004, il a quitté son poste d'enseignant, a déménagé à Pékin, et pour devenir avocat des droits de l'homme[1]. Il a passé l'examen du barreau en 2005, et est devenu un partenaire dans le Beijing Global Lawfirm[1], avec plusieurs autres éminents défenseurs des droits humains. Il a pris un certain nombre de cas politiquement sensibles, y compris ceux des pétitionnaires et des minorités religieuses et ethniques[1],[2]. En 2008, Jiang a proposé de fournir des services juridiques aux Tibétains face à des accusations à la suite des troubles au Tibet en 2008[3], et a été impliqué dans la défense de Dhondup Wangchen, avec avocat Li Fangping[4]. Jiang a commencé à plaider pour des adhérents du Falun Gong en 2008, et fin 2009 a dit qu'il avait défendu près de 20 pratiquants qui avaient été détenus pour leur pratique spirituelle[5]. Jiang a également défendu les intérêts des citoyens qui ont contracté le VIH / sida lors de transfusions de sang contaminé ou de dons[4], et a été impliqué dans la défense des victimes des briqueteries illégales des provinces du Shanxi et du Henan[6].

Détentions[modifier | modifier le code]

Jiang a été arrêté à plusieurs reprises par des agents de sécurité chinois en réponse à sa défense des droits de l'homme[2]. En 2008, Jiang a été informé que son permis de pratiquer le droit avait expiré[3]. En 2009, il fut l'un d'au moins 17 avocats weiquan dont la demande de renouvellement d'une licence légale a été rejetée. La même année, Jiang a été mis sous surveillance policière, et a été empêché de quitter son domicile[6].

Le 19 février 2011, il était l'un des avocats et des dissidents détenus dans le cadre d'une campagne de répression contre les dissidents . Jiang a été maintenu en détention pendant deux mois[7]. Dans une interview avec le South China Morning Post, Jiang a dit qu'il a été battu et maltraité en détention. Dans le centre de détention, les interrogateurs auraient donné des coups de pied et de poing à plusieurs reprises à Jiang, et l'ont forcé à s'asseoir immobile pendant 15 heures d'affilée[8].

Le 21 Novembre 2016, alors qu'il était en déplacement dans la province de Hunan, Jiang Tianyong disparait[9]. Un groupe d'experts indépendants auprès des Nations unies, y compris Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, font part de leur inquiétude quant aux circonstances de sa disparition[9]. Détenu et maintenu sous surveillance dans un lieu inconnu pendant plus de neuf mois, sa "confession" est diffusée à la télévision en aout 2017[10]. Le 21 novembre 2017, Jiang Tianyong est condamné à deux ans de prison pour "incitation à la subversion"[11]. Constatant les irrégularités de son procès et de sa prétendue confession, le groupe d'experts des Nations unies demandent sa libération[11], demande qu'ils réitèrent en mars 2018 au vu de la dégradation de son état de santé[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Committee to Support Chinese Lawyers, Jiang Tianyong.
  2. a et b Freedom House, Special Feature:Cyberdisappearance in Action, China Media Bulletin, No. 29, 14 July 2011.
  3. a et b Bill Schiller. “Lawyers pay high price for coming to aid of Tibetans”, The Star, 17 June 2008.
  4. a et b Gillian Wong, 'China Takes Hard Line on Activists, Many Missing, Associated Press, 21 March 2011.
  5. Jiang Tianyong, « "Written Testimony submitted to the Tom Lantos Human Rights Commission on the rule of law in China" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 29 October 2009.
  6. a et b Human Rights in China, Chinese Rights Defense Lawyers Under All-out Attack by the Authorities, 4 June 2009.
  7. BBC News, Chinese human rights lawyer Jiang Tianyong freed, 20 April 2011.
  8. Brian Spegele, Not Human: China Activist Lawyer Reveals Details of Detention, Wall Street Journal, 14 September 2011.
  9. a et b (en) « UN experts urge China to investigate disappearance of human rights lawyer Jiang Tianyong », Protecting Defenders,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  10. (en) « UN experts urge China to release lawyer Jiang Tianyong currently on trial for subversion », Protecting Defenders,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  11. a et b (en) « China: UN experts condemn jailing of human rights lawyer Jiang Tianyong », Protecting Defenders,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  12. (en) « China: UN experts concerned about health of jailed rights lawyer Jiang Tianyong », Protecting Defenders,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]