Jeux olympiques d'été de 1988

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux olympiques de 1988.
Jeux olympiques d'été de 1988
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Ville hôte Séoul
Date Du 17 septembre au
Ouverture officielle par Roh Tae-woo
Président de la Corée du Sud
Participants
Pays 159
Athlètes 8 391
(6 197 masc. et 2 194 fém.)
Compétition
Nouveaux sports Tennis et tennis de table
Nombre de sports 23
Épreuves 237
Symboles
Serment olympique Hur Jae et Son Mi-na
Basketteur et handballeur Coréens
Flamme olympique Chong Son-man, Kim Won-tak, Son Mi-jong
Athlètes coréens
Mascotte Hodori, le tigre
Précédent 1984 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 1992 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 1988, Jeux de la XXIVe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés du 17 septembre au 2 octobre 1988 à Séoul, en Corée du Sud. Pour la deuxième fois après Tokyo en 1964, le continent asiatique est l'hôte de Jeux d'été.

Ces Jeux olympiques de 1988 furent marqués par le boycott de la Corée du Nord, qui souhaitait être impliquée dans l'organisation au même titre que sa « sœur-ennemie » du sud. Mais l'événement qui marqua les esprits fut le contrôle positif pour dopage du sprinter canadien Ben Johnson après sa victoire sur 100 mètres en athlétisme.

159 nations et 8 391 athlètes (dont 2 194 femmes) prirent part à 237 épreuves dans 23 sports, dont le Tennis et le Tennis de table qui furent inscrits officiellement au programme de ces jeux de Séoul.

Élection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 1988 à la ville de Séoul au cours de la 84e session du à Baden-Baden. La capitale de la Corée du Sud est préférée à la ville de Nagoya dès le premier tour de scrutin par 52 voix contre 27.

Résultats officiels du scrutin
Villes Pays Voix
Séoul Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 52
Nagoya Drapeau du Japon Japon 27

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Le logo officiel des jeux de Séoul 1988 représente le samtaeguk, motif traditionnel symbole du peuple coréen. Ce symbole a pour signification[1] la réunion des peuples du monde entier à l'occasion des Jeux olympiques, mais également la progression vers la paix mondiale. Il est accompagné des cinq anneaux olympiques.

La mascotte olympique se nomme « Hodori le Tigre »[2]. Cet animal traditionnel du continent asiatique est présent dans de nombreuses légendes coréennes. Les créateurs ont voulu lui donner une apparence amicale et sympathique.

L'emblème des jeux est dessiné sur la torche olympique au sommet de laquelle figure l'inscription « Games of the XXIVth Olympiad Seoul 1988 » (Jeux de la 24e olympiade Séoul 1988).

Sites olympiques[modifier | modifier le code]

Vue du stade olympique de Séoul depuis le quartier de Tsukseom.
Les anneaux olympiques figurent à l'entrée du stade.

Parc olympique :

  • Stade olympique de Séoul[3] : Cérémonies, Athlétisme, Équitation, Football (finales)
  • Piscine olympique Jamsil : Natation, Plongeon
  • Gymnase de Jamsil : Basket-ball
  • Gymnase des étudiants de Jamsil : Boxe
  • Stade de Baseball de Jamsil : baseball
  • Vélodrome olympique : Cyclisme
  • Gymnase olympique : Haltérophilie, Escrime
  • Arène olympique de gymnastique : Gymnastique
  • Centre de tennis olympique : Tennis
  • Mongchon Tosong  : Pentathlon moderne

Sites dans la ville de Séoul :

  • Parc équestre : Équitation
  • Centre nautique Han River : Aviron, Canoë-kayak
  • Salles des sports Saemaul : Volley-ball
  • Gymnase universitaire Hanyang : Volley-ball
  • Gymnase Changchung : Judo, Taekwondo
  • Gymnase national universitaire : Tennis de table, Badminton (en démonstration)
  • Stade Dongdaemun : Football
  • Centre archer Hwarang : Tir à l'arc
  • Centre international de tir Taenung : Tir

Sites à l'extérieur de Séoul :

Cérémonie d'ouverture[modifier | modifier le code]

Allumage de la vasque.

La cérémonie d'ouverture se déroule au stade olympique de Séoul le sous les yeux de Roh Tae-woo, président de la Corée du Sud et de Juan Antonio Samaranch, président du Comité international olympique.

Les derniers porteurs de la flamme olympique sont trois athlètes coréens : Chong Son-man, Kim Won-tak et Son Mi-jong. Le serment olympique est formulé par Hur Jae, basketteur et Son Mi-na, handballeur.

Depuis les JO de Séoul il n'y a plus de vrai lâché de colombes (souvent remplacé par des effets visuels rappelant ce symbole de la liberté) pendant les cérémonies d'ouverture. En effet, les colombes lâchées a Séoul se sont posées sur la vasque olympique et certaines ont été brulées au moment de l'allumage de la flamme olympique car les athlètes, légèrement en contrebas, ne les ont pas vues.

Jeu de démonstration[modifier | modifier le code]

Les jeux olympiques de Séoul ont été une façon de faire connaître le Taekwondo au monde entier. En effet, le taekwondo était alors sport de démonstration. Des milliers de ceintures noires coréennes avec la coupe au bol ont effectué un enchaînement de mouvements de base ainsi que de casse de planches de façon synchronisée. Un événement qui marquera à jamais l'histoire du taekwondo aujourd'hui sport olympique.

La disqualification pour dopage de l'athlète Ben Johnson[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ben Johnson (athlète).

Le , le canadien Ben Johnson remporte l’épreuve reine des jeux, le 100 mètres en devançant l'américain Carl Lewis dans le temps de 9 s 79, établissant pour l’occasion un nouveau record du monde.

Deux jours plus tard[4], la commission médicale du Comité international olympique annonce que des résidus d’un stéroïde anabolisant du type "stanozolol", produit interdit, ont été découverts dans les urines de l’athlète canadien. La contre expertise effectuée sur l’échantillon "B" confirmera le dopage de Ben Johnson.

Trois jours, plus tard, le CIO disqualifie le canadien pour dopage aux anabolisants[5] et l’oblige à rendre sa médaille. L’IAAF annule quant à lui son record du monde, mais surtout frappe le sprinter canadien d’une suspension de deux ans de toute compétition. La nouvelle fait le tour de la planète : jamais un athlète d'une telle stature n'avait été reconnu coupable de dopage.

Dans ses premières déclarations, Ben Johnson réfute toute tricherie et déclare  : « C'était mon urine. Mais ce qu'ils ont trouvé dedans a été ajouté » [6]. Quelques années plus tard, Johnson fera des aveux complets et accusera ses anciens rivaux de cette fameuse course de Séoul, dont Carl Lewis, de s’être également dopé[7]. Après sa suspension de deux ans, Ben Johnson tenta un retour à la compétition mais fut de nouveau contrôlé positif, à la testostérone cette fois. Il sera radié à vie.

Boycott de l'ennemi nord-coréen[modifier | modifier le code]

Après une série de trois boycottages consécutifs (Montréal, Moscou et Los Angeles), les Jeux olympiques de 1988 sont à leur tour désertés par une poignée de pays, communistes pour la plupart, et n’ayant pas de relations diplomatiques avec Séoul.

En 1985, la Corée du Nord, ennemie de son homologue du sud, demande au Comité international olympique un partage équitable des jeux, en organisant des compétitions dans l’ensemble de la Corée, et en ne faisant concourir qu'une seule délégation. Le CIO refuse en évoquant la carence d’infrastructures en Corée du Nord trois ans avant le début des jeux de Séoul.

La Corée du Nord décide par conséquent de boycotter[8] ces jeux. Par solidarité, Cuba, l’Éthiopie et le Nicaragua ne feront pas le voyage à Séoul. D’autres délégations refuseront également de participer à cet événement mais pour des raisons plus obscures.

Nations boycottant les jeux de 1988 :
Albanie
Corée du Nord
Cuba
Éthiopie
Madagascar
Nicaragua
Seychelles

Nations participantes[modifier | modifier le code]

Pays participants en 1988.
  •      Pays participant pour la première fois.
  •      Pays ayant déjà participé.

Cent cinquante-neuf nations participèrent à ces jeux de Séoul, soit le plus grand nombre de pays depuis 1896.

Sept de ces pays ont fait leur première apparition aux Jeux olympiques : Aruba, les Îles Cook, Guam, les Maldives, les Samoa américaines, Vanuatu et la République démocratique populaire du Yémen.

L'Afrique du Sud n'est toujours pas autorisée à participer aux jeux en raison de sa politique d'apartheid.

Les 159 délégations participantes
(le nombre d'athlètes engagés est indiqué entre parenthèses)
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
41 pays 37 pays 37 pays 31 pays 11 pays

Compétition[modifier | modifier le code]

Sports et résultats[modifier | modifier le code]

Soixante quatre ans après, le Tennis redevient une discipline olympique officielle. Par ailleurs, le Tennis de table est disputé pour la première fois aux jeux. Au total, ce sont 23 sports et 237 épreuves qui figurent au programme des Jeux olympiques de Séoul.

Trois sports sont en démonstration : le Badminton, le Baseball et le Taekwondo.

  • Swimming pictogram.svg Sports aquatiques
Swimming pictogram.svg Natation (31)
Synchronized swimming pictogram.svg Natation synchronisée (2)
Diving pictogram.svg Plongeon (4)
Water polo pictogram.svg Water-polo (1)

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Athlétisme

Florence Griffith-Joyner félicitée par Ronald Reagan après ses exploits de Séoul.

Résultats détaillés
Après la disqualification de Ben Johnson sur 100m, l'américain Carl Lewis remporte trois médailles (2 d'or et une d'argent). Sa compatriote Florence Griffith-Joyner domine les épreuves de sprint avec trois médailles d'or (100m, 200m, relais 4 × 100m) et une médaille d'argent (relais 4 × 400m).

Aviron
Résultats détaillés

Basket-ball
Résultats détaillés
Comme aux jeux de 1972, les États-Unis perdent le titre olympique face à l'URSS.

Boxe
Résultats détaillés

Canoë-kayak
Résultats détaillés

Cyclisme
Résultats détaillés
Christa Luding-Rothenburger, également patineuse de vitesse, obtint une médaille d’argent en cyclisme, devenant ainsi la seule athlète de l'histoire à remporter, la même année, une médaille aux Jeux d'hiver et aux Jeux d'été.

Équitation
Résultats détaillés
Pour la première fois, toutes les médailles du concours de dressage sont remportées par des femmes.

Escrime

L'escrimeuse allemande Anja Fichtel-Mauritz.

Résultats détaillés
L'Ouest-allemande Anja Fichtel-Mauritz remporte deux médailles d'or au fleuret.

Football
Résultats détaillés

Gymnastique
Résultats détaillés
Chez les hommes, les Soviétiques remportent sept des huit médailles d'or en jeu. Vladimir Artemov en gagne quatre et son coéquipier Dimitri Bilozertchev trois. Côté féminin, Elena Shushunova (URSS), décroche quatre médailles, dont deux d'or.

Haltérophilie
Résultats détaillés
Le turc Naim Suleymanoglu remporte la médaille d'or en soulevant 190 kg à l'épaulé-jeté soit trois fois son poids.

Handball
Résultats détaillés

Hockey sur gazon
Résultats détaillés

Judo
Résultats détaillés

Lutte
Résultats détaillés

Natation

Victoires de Kristin Otto en 1988
Épreuve Temps
médaille d'or, Jeux olympiques 50 m nage libre 25’’49
médaille d'or, Jeux olympiques 100 m nage libre 54’’93
médaille d'or, Jeux olympiques 100 m dos 1’00’’89
médaille d'or, Jeux olympiques 100 m papillon 59’’00
médaille d'or, Jeux olympiques Relais 4 × 100 m nage libre 3’40’’83
médaille d'or, Jeux olympiques Relais 4 × 100 m 4 nages 4’03’’74

Résultats détaillés
A l'égal de Mark Spitz 16 ans plus tôt à Munich, la nageuse est-allemande Kristin Otto entre dans l'histoire en étant la première sportive à remporter 6 médailles d'or en natation sur une seule olympiade. Privée des jeux de Los Angeles en 1984 pour cause de boycott de la RDA, Kristin Otto, grande nageuse de 1,85m, arrive à Séoul avec un palmarès international impressionnant. A seulement 20 ans, elle remporte six courses dont quatre individuelles. Fait rare, elle s'impose sur trois techniques de nage différentes (le crawl, le dos et le papillon). Son exploit lors des Jeux olympiques de 1988 la consacra comme une des nageuses les plus complètes de tous les temps.

L'Américain Matt Biondi remporte sept médailles, dont cinq d'or. Sa compatriote Janet Evans, âgée de 16 ans, décroche l'or sur 400m et 800m nage libre. Le Hongrois Tamás Darnyi réalise le doublé sur 200m et 400m quatre nages.

Pentathlon moderne
Résultats détaillés

Plongeon
Résultats détaillés
L'Américain Greg Louganis remporte deux médailles d'or en tremplin et en haut vol malgré un accident survenu lors des qualifications où il heurte la tête contre le plongeoir et se fait une légère entaille.

Tennis
Résultats détaillés
Le retour du tennis aux Jeux est marqué par l'exploit de l'allemande Steffi Graf qui conclut sa saison de tennis en décrochant l'or olympique. En 1988, elle remporta les quatre titres du Grand Chelem.

Tennis de table
Résultats détaillés

Tir
Résultats détaillés

Tir à l'arc
Résultats détaillés

Voile
Résultats détaillés

Volley-ball
Résultats détaillés

Records de médailles[modifier | modifier le code]

Athlète Pays Sport médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Kristin Otto Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est Natation 6 0 0 6
Matt Biondi Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 5 1 1 7
Vladimir Artemov Drapeau de l’URSS Union soviétique Gymnastique 4 1 1 6
Daniela Silivaş Roumanie Roumanie Gymnastique 3 2 1 6
Florence Griffith Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis Athlétisme 3 1 0 4
Dmitry Bilozerchev Drapeau de l’URSS Union soviétique Gymnastique 3 0 1 4

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Pour la première fois depuis 1976, les trois grandes nations sportives étaient réunies. L'URSS remporta 132 médailles dont 55 d'or, devançant la RDA (102 médailles) et les États-Unis (94). La Corée du Sud obtient 33 médailles. Ce bilan doit être mis en corrélation avec le programme coréen de développement des athlètes qui a précédé les Jeux olympiques. Par ailleurs, de fortes récompenses financières furent promises à tous les médaillés coréens.

Tableau des médailles officiel[9]
Rang Pays médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
1 Drapeau de l’URSS Union soviétique 55 31 46 132
2 Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 37 35 30 102
3 Drapeau des États-Unis États-Unis 36 31 27 94
4 Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 12 10 11 33
5 Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 11 14 15 40
6 Drapeau de la Hongrie Hongrie 11 6 6 23
7 Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 10 12 13 35
8 Roumanie Roumanie 7 11 6 24
9 Drapeau : France France 6 4 6 16
10 Drapeau de l'Italie Italie 6 4 4 14
11 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 5 11 12 28
12 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 10 9 24
13 Kenya Kenya 5 2 2 9
14 Drapeau du Japon Japon 4 3 7 14
15 Drapeau de l'Australie Australie 3 6 5 14
16 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 3 4 5 12
17 Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 3 3 2 8
18 Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 3 2 8 13
19 Drapeau du Canada Canada 3 2 5 10
20 Drapeau de la Pologne Pologne 2 5 9 16
21 Drapeau de la Norvège Norvège 2 3 0 5
22 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2 2 5 9
23 Drapeau du Danemark Danemark 2 1 1 4
24 Drapeau du Brésil Brésil 1 2 3 6
25 Drapeau de la Finlande Finlande 1 1 2 4
Drapeau de l'Espagne Espagne 1 1 2 4
27 Drapeau de la Turquie Turquie 1 1 0 2
28 Maroc Maroc 1 0 2 3
29 Drapeau de l'Autriche Autriche 1 0 0 1
Drapeau du Portugal Portugal 1 0 0 1
Suriname Suriname 1 0 0 1
32 Drapeau de la Suède Suède 0 4 7 11
33 Drapeau de la Suisse Suisse 0 2 2 4
34 Jamaïque Jamaïque 0 2 0 2
35 Drapeau de l’Argentine Argentine 0 1 1 2
36 Drapeau du Chili Chili 0 1 0 1
Drapeau du Costa Rica Costa Rica 0 1 0 1
Drapeau de l'Indonésie Indonésie 0 1 0 1
Drapeau de l’Iran Iran 0 1 0 1
Drapeau des Antilles néerlandaises Antilles néerlandaises 0 1 0 1
Drapeau du Pérou Pérou 0 1 0 1
Sénégal Sénégal 0 1 0 1
Drapeau des Îles Vierges des États-Unis Îles Vierges des États-Unis 0 1 0 1
44 Drapeau de la Belgique Belgique 0 0 2 2
Drapeau du Mexique Mexique 0 0 2 2
46 Drapeau de la Colombie Colombie 0 0 1 1
Djibouti Djibouti 0 0 1 1
Drapeau de la Grèce Grèce 0 0 1 1
Mongolie Mongolie 0 0 1 1
Drapeau du Pakistan Pakistan 0 0 1 1
Philippines Philippines 0 0 1 1
Drapeau de Thaïlande Thaïlande 0 0 1 1
Total 241 234 264 739

Dopage[modifier | modifier le code]

Dix cas de dopage furent décelés à l'occasion de ces jeux de Séoul. Les sportifs suivants furent disqualifiés et déchus de leur médaille éventuelle[10] :

  • Alidad (Afghanistan, Lutte) : Furosemide
  • Kerrith Brown (Royaume-Uni, Judo) : Furosemide
  • Kalman Csengeri (Hongrie, Haltérophilie) : Stanozolol
  • Mitko Grablev (Bulgarie, Haltérophilie) : Furosemide → médaille d'or des 56kg retirée
  • Angell Guenchev (Bulgarie, Haltérophilie) : Furosemide → médaille d'or des 67,5kg retirée
  • Ben Johnson (Canada, Athlétisme) : Stanozolol → médaille d'or du 100m retirée
  • Fernando Mariaca (Espagne, Haltérophilie) : Pemoline
  • Jorge Quesada (Espagne, Pentathlon moderne) : Propanolol
  • Andor Szanyi (Hongrie, Haltérophilie) : Stanozolol → médaille d'argent des 100kg retirée
  • Alexander Watson (Australie, Pentathlon moderne) : Caféine

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]