Jeux olympiques à la télévision

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caméras de télévision lors des Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres

La retransmission télévisuelle des Jeux olympiques est la retransmission des images des compétitions olympiques par des moyens télévisuels.

C'est lors des jeux à Berlin en 1936, que débute réellement cette diffusion à des fins notamment de propagande de l'idéologie nazie. L'ampleur de cette diffusion prend une autre dimension avec le développement de l'eurovision à Cortina d'Ampezzo en 1956 et à Rome en 1960, la mondiovision à Tokyo en 1964 et à Grenoble en 1968.

Éléments généraux[modifier | modifier le code]

CIO, détenteur de tous les droits[modifier | modifier le code]

La retransmission télévisuelle est le moyen permettant la plus large diffusion des images des Jeux olympiques à travers le monde[réf. nécessaire]. Le CIO est le détenteur des droits de retransmission mondiaux des Jeux olympiques (incluant la retransmission à la télévision, la radio, les téléphones mobiles et les plates-formes Internet) et est responsable pour l'attribution des droits de retransmission aux radio-télédiffuseurs dans le monde, au travers de négociation de droits.

La retransmission télévisuelle des Jeux olympiques a été le facteur principal[réf. nécessaire]:

  • du financement du Mouvement olympique et des Jeux olympiques ;
  • de sa popularité mondiale ;
  • de la représentation mondiale et de la promotion des Jeux olympiques et des valeurs olympiques.

La politique de retransmission du CIO[modifier | modifier le code]

La politique de retransmission du CIO est fondamentalement basée sur la Charte olympique, qui est la codification des principes fondamentaux, règles et textes d'application adoptés par le CIO. La charte stipule que « le CIO prend toutes les mesures nécessaires afin d'assurer aux Jeux olympiques la couverture la plus complète par les différents moyens de communication et d'information ainsi que l'audience la plus large possible dans le monde ».

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1936 : 1re retransmission télévisée des JO et le JO d'été au service de la propagande nazie.

C'est la première fois qu'une partie des Jeux olympiques est retransmise à la télévision en Allemagne. La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 1936 qui ont lieu à Berlin est présidée par le chancelier Adolf Hitler.

  • 1956 : 1re retransmission des JO d'hiver et européen

Les Jeux olympiques d'hiver de 1956 à Cortina en Italie furent la première retransmission des Jeux olympiques d'hiver et en Eurovision, diffusé en direct à la télévision en Europe.

  • 1960 : 1re retransmission internationale

Les Jeux olympiques d'été de 1960 à Rome sont les premiers Jeux olympiques d'été à être retransmis en direct à la télévision international via l'Eurovision (17 pays pour des droits de diffusion de 470 millions de lires). 93 heures de diffusions sont assurées par l'Eurovision[1]. En Europe de l'Est, c'est l'Intervision qui couvre l'épreuve pour la Hongrie, l'Allemagne de l'Est, la Pologne et la Tchécoslovaquie tandis qu'aux États-Unis, la CBS diffuse l'évènement (394 000 dollars de droits)[2].

  • 1964 : 1re retransmission par satellite mondovision

Les Jeux olympiques d'été de 1964 a Tokyo marquent un nouveau tournant en diffusant les épreuves sur tous les continents. L’événement est ainsi largement diffusé et regardé par environ 800 millions[réf. nécessaire] de téléspectateurs. Cette retransmission est permise grâce à un système de mondovision.

  • 1968 : 1re retransmission en couleur

Les Jeux olympiques d'hiver de 1968 à Grenoble ont été retransmis en couleur pour la première fois dans le monde entier en mondovision en direct.

  • 1992 : retransmission en haute définition

L’Organisme de radio télévision olympique 92 (consortium coordonné par les chaînes publiques françaises France Télévision) a créé à l'occasion des Jeux olympiques d'hiver de 1992 d'Albertville, une chaîne éphémère Euro HD diffusée localement et par satellite - reprise par certains réseaux câblés - (qui visait à promouvoir la télévision haute définition au format HD Mac diffusé en D2MAC).

  • 2000 : apparition de la vidéo sur internet

Pour les Jeux olympiques d'été de 2000, Canal+ gère un dispositif satellite depuis Sydney. Cela permet à France Télévisions de diffuser presque toutes les compétitions des Jeux olympiques (15 chaînes différentes) sur france2.fr.[réf. nécessaire] Cette nouveauté permet aux internautes de revoir les compétitions à toute heure de la journée.

  • Jeux olympiques d'hiver de 2006 à Turin

Les Jeux olympiques d'hiver de 2006 ont la particularité d'avoir été retransmis en Afrique subsaharienne, pour la première fois dans l'histoire des Jeux olympiques d'hiver.[réf. nécessaire]

À la suite d'un accord dont la signature a été annoncée par le CIO dans un communiqué[réf. nécessaire], Canal France International (CFI) a été chargé de diffuser les Jeux olympiques d'hiver de 2006 dans 40 pays africains, parmi lesquels l'Angola, l'Éthiopie, le Nigeria, le Sénégal, la Tanzanie… Des émissions quotidiennes conçues spécialement pour un public africain étaient proposées gratuitement aux diffuseurs.[réf. nécessaire]

La programmation sur mesure comprenait les temps forts de chaque journée des Jeux, la cérémonie de clôture, une rétrospective des meilleurs moments des Jeux et la campagne mondiale de promotion du CIO « Célébrons l'humanité ».

En vertu de l'accord, l'Organisme de Radio-Télévision Olympique de Turin (TOBO) produisait les programmes et fournissait les commentaires en anglais, tandis que CFI se chargeait des commentaires en français et de la distribution du signal. Par ailleurs, le CIO a également conclu des arrangements pour la retransmission des Jeux olympiques d'hiver de 2006 en Afrique du Nord et en Afrique du Sud.

  • Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin
Diffuseurs français

Pour les Jeux olympiques d'été de 2008, un vaste réseau de retransmission est mis en place en France. En effet, France 2, France 3, France 4 et Canal+ couvrent ces Jeux olympiques avec plus de quinze heures de direct par jour en moyenne avec des pointes à dix-huit heures.

Chaque jour de h du matin à 18 h environ, France 2 et France 3 mobilisent au total près de quatre cents personnes pour diffuser les épreuves. À 18 h 45, France 2 propose un rendez-vous quotidien, Un jour à Pékin, faisant le point sur les résultats des événements de la journée. France 3 en fait de même à 20 h 10 avec le journal des Jeux. De son côté, Canal Plus (300 personnes), qui prend l’antenne dès h, offre trois tranches en clair de h 55 à h 35, de 12 30 à 14 et le soir de 18 50 à 20 50, avec à 19 10 une émission, Beijing soir, présentée depuis Paris par Hervé Mathoux. France 4 diffuse essentiellement le tournoi de football. La cérémonie d’ouverture est retransmise sur France 2 à 14 h et en crypté sur Canal Plus à partir de 13 45.

Audiences

Le nombre de retransmissions radiotélévisées des JO de Pékin a dépassé de deux fois celles enregistrées lors des JO d'Athènes. Il s'agit de la retransmission radiotélévisée à la plus grande échelle jamais vue dans l'histoire du mouvement olympique.[réf. nécessaire]

Lors d'une conférence de presse, Timo Lumme, chef du département de marketing du CIO, a précisé que 800 millions de téléspectateurs chinois avaient suivi à la télévision la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin. L'envergure des retransmissions radiotélévisées et le nombre de spectateurs de la cérémonie d'ouverture ont dépassé ceux enregistrés lors des Jeux olympiques de Sydney et d'Athènes. De plus, le taux d'audience télévisée est également très élevé de par le monde.[réf. nécessaire]

En ce qui concerne les retransmissions radiotélévisées pour les épreuves sportives olympiques des JO de Pékin, le taux d'audience télévisée de NBC a battu le 16 août le record aux États-Unis depuis 18 ans[réf. nécessaire]. Plus de 40 millions de téléspectateurs américains ont ainsi suivi la retransmission en direct de l'épreuve dans laquelle le nageur américain Michael Phelps a décroché sa 8e médaille d'or à ces JO. En Chine, plus de 1 milliard de téléspectateurs ont suivi la retransmission[Laquelle ?] en direct. La CCTV (télévision centrale chinoise) a mobilisé ses neuf chaînes pour retransmettre en direct les compétitions olympiques. En Chine, plus de 1,2 milliard de spectateurs ont suivi les épreuves sportives sur Internet. À travers le monde, le CIO a mis en place un canal de diffusion en ligne dans 77 pays et régions, y compris la Corée du Sud, l'Inde, le Nigeria et l'Indonésie. Concernant le site Internet officiel du CIO, le nombre de visites des internautes a créé un record historique durant cette période, et a dépassé le chiffre connu durant les JO d'Athènes.

Dans le monde, 4,5 milliards de spectateurs[réf. nécessaire] peuvent voir les épreuves concernées et recevoir des informations relatives aux Jeux. Dans certaines régions en développement comme l'Afrique sub-saharienne et les Caraïbes, grâce à la coopération des détenteurs de droits de retransmission de ces régions respectives, la quantité des retransmissions des JO de Pékin a doublé par rapport à celle réalisée durant les JO d'Athènes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charpentier H. et Boissonade E., 100 ans de Jeux Olympiques, Paris, France-Empire, p.278
  2. ibid