Jeux olympiques d'hiver de 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jeux olympiques d'hiver de 2018
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Ville hôte Pyeongchang
Coordonnées 37° 39′ 42″ N, 128° 40′ 47″ E
Date Du 9 au
Ouverture officielle par Moon Jae-in
Président de la Corée du Sud
Participants
Pays 93
Athlètes 2925
( masc. et fém.)
Compétition
Nombre de sports 7
Nombre de disciplines 15
Épreuves 102
Symboles
Serment olympique Mo Tae-bum
patineur de vitesse
Flamme olympique Kim Yun-a
patineuse artistique
Mascotte Soohorang
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

(Voir situation sur carte : Corée du Sud)
City locator 4.svg
Pyeongchang
Chronologie

Les Jeux olympiques d'hiver de 2018, officiellement appelés les XXIIIes Jeux olympiques d'hiver, se sont déroulés du au à Pyeongchang en Corée du Sud, ville qui a été élue le , à Durban en Afrique du Sud lors de la 123e session du Comité international olympique. Trois villes étaient candidates pour accueillir l'événement : Annecy (France), Munich (Allemagne) et Pyeongchang (Corée du Sud)[1].

Après une série de métropoles (Nagano, Salt Lake City, Turin, Vancouver et Sotchi), ces Jeux marquent le retour pour la première fois depuis 1994 de la compétition hivernale dans une petite ville de montagne.

Le , à la suite de la révélation du système de dopage d'État lors des Jeux olympiques de Sotchi 2014, le Comité international olympique suspend le Comité national olympique russe de ces Jeux et donc la Russie en tant que nation participante. Ses athlètes sont toutefois autorisés à y participer sous drapeau olympique, sur invitation, et en portant la mention « Athlètes olympiques de Russie » (OAR). Leur participation se fera sous réserve qu'ils n'aient jamais été suspendus pour dopage et qu'ils se soumettent à des tests indépendants[2].

Ces jeux sont marqués par la participation de la Corée du Nord et un réchauffement des relations entre les deux Corées. Ils sont également marqués par la tchèque Ester Ledecká qui est la première athlète de l'histoire des Jeux olympiques d'hiver à gagner la médaille d'or dans deux disciplines olympiques différentes (ski alpin et snowboard) au cours de la même édition[3].

La Norvégienne Marit Bjørgen est l'athlète la plus décorée de ces Jeux avec cinq médailles en ski de fond, qui lui permettent s'installer au sommet du palmarès des Jeux d'hiver, hommes et femmes confondus avec un total de quinze podiums dont huit titres. De leurs côtés, Shaun White en snowboard half pipe et Dario Cologna en ski de fond sur 15 km gagnent leur troisième titre olympique dans leurs épreuves respectives, alors que Ireen Wüst devient la plus médaillée des patineurs et patineuses de vitesse aux Jeux en atteignant le total de onze podiums.

Deux athlètes gagnent trois médailles d'or dans ces Jeux : le fondeur norvégien Johannes Høsflot Klæbo et le biathlète français Martin Fourcade. Ce dernier parvient à un total de cinq titres pour devenir le plus décoré des athlètes français tous Jeux confondus.

La Norvège termine en tête du tableau des médailles avec 14 en or (à égalité avec l'Allemagne en termes de titres olympiques), 14 en argent et 11 en bronze pour un total de 39 podiums qui est le nouveau record d'une nation aux Jeux d'hiver.

Sélection des villes[modifier | modifier le code]

À l'issue de la date limite d'envoi des candidatures le , trois villes se déclarent requérantes à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2018 : Annecy (en France), Munich (en Allemagne) et Pyeongchang (en Corée du Sud). Il s'agit du plus faible nombre de villes requérantes pour l'organisation des Jeux d'hiver depuis 1988.

Le , à la suite de l'évaluation des candidatures, le Comité international olympique annonce qu'aucune ville candidate n'est recalée.

Le vote a lieu le à Durban lors de la 123e session du Comité international olympique, et les membres du CIO n'ont besoin que d'un seul tour pour désigner la ville hôte.

Résultats du choix de la ville candidate
Ville candidate Pays 1er tour
Pyeongchang Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 63
Munich Drapeau de l'Allemagne Allemagne 25
Annecy Drapeau de la France France 7

C'est donc la Corée du Sud qui accueille ses premiers Jeux olympiques d'hiver, 30 ans après les Jeux olympiques d'été de Séoul en 1988[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

Logo et slogan[modifier | modifier le code]

Deux logos différents ont été créés pour les Jeux olympiques d'hiver de 2018, une pour la candidature de Pyeongchang et l'autre en tant que marque des Jeux eux-mêmes.

Le logo officiel, conçu par Ha Jong-joo[5], reprend, stylisés, deux caractères du hangeul, l'alphabet coréen. Le premier est la lettre P de Pyeong, « ㅍ », le second la lettre Ch de Chang, « ㅊ » stylisé en astérisque (les mots coréens ont un découpage syllabique). Il s'inspire aussi du Cheon-ji-in, un humanisme traditionnel coréen. La première lettre représente un lieu de rassemblement où trois éléments sont en harmonie : le ciel, la terre et l'homme. La seconde lettre symbolise la neige et la glace et la venue à Pyeongchang de gens venus des quatre coins du monde. Les couleurs du logo sont cinq couleurs traditionnelles : le noir, le bleu/vert (que le coréen ne distingue pas), le jaune, le rouge et le blanc. Ce sont aussi les couleurs du drapeau olympique.

Le slogan, « Passion. Connected. », a été dévoilé exactement 1 000 jours avant les Jeux, lors d'un événement spécial à Séoul[6]. Le mot Passion représente ici la façon dont Pyeongchang accueillera les Jeux olympiques de 2018, l'esprit des Jeux et l'hospitalité unique des Coréens. Le mot Connected, quant à lui, représente l'ouverture d'esprit de la ville ainsi que la culture et la technologie coréenne qui permettra à des athlètes de toutes les générations de participer. Ces deux mots combinés symbolisent la vision de Pyeongchang pour répandre le goût de participer à des sports d'hiver en Asie[7].

Mascotte[modifier | modifier le code]

Le tigre blanc Soohorang au côté de l'ours noir Bandabi (mascotte paralympique).
Article détaillé : Soohorang et Bandabi.

La mascotte des Jeux est Soohorang, un tigre blanc dévoilé en 2016. C'est la première fois depuis les Jeux olympiques de 1992 que les Jeux d'hiver ont une mascotte unique. Le tigre apparaît dans la mythologie de la fondation de la Corée et est étroitement associé à la culture et au folklore coréen[8].

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

À partir de juin 2016, le LETI pilote avec une vingtaine de partenaires industriels le projet de démonstrateur de la technologie 5G pour la téléphonie mobile, à l'occasion des Jeux de Pyeongchang[9]. En collaborant avec des entreprises comme Thales Alenia Space ou Telespazio, le laboratoire s’appuie sur les technologies d'onde radioélectrique de la bande de fréquence 28 GHz qui existent déjà dans le domaine spatial pour ouvrir le premier service mobile 5G au monde[10].

Sites olympiques[modifier | modifier le code]

Sites olympiques 2018.

Les Jeux se déroulent autour de deux sites principaux :

Parc des sports d'Alpensia[modifier | modifier le code]

La station alpine d'Alpensia Resort dans la commune de Daegwallyeong-myeon est le centre principal des Jeux olympiques de Pyeongchang. À l'instar de ce qui avait été fait à Albertville en 1992, une structure temporaire accueille les cérémonies d'ouverture et de clôture.

Le pôle d'Alpensia comprend les installations suivantes :

Pôle du littoral de Gangneung[modifier | modifier le code]

À l'exception du Centre de curling de Gangneung, toutes les infrastructures du pôle du littoral sont nouvelles et construites pour les Jeux. Leur construction a commencé en juillet 2014, pour un achèvement prévu en octobre 2016[12]. Le coût total de construction de ces patinoires est estimé à 425 millions de dollars US[13]. Quatre des patinoires sont regroupées dans un parc olympique, tandis que la seconde patinoire de hockey se trouve à l'Université Kwandong.

Sites olympiques isolés[modifier | modifier le code]

  • Parc de neige de Bokwang
    • Site de ski acrobatique de Bokwang : Ski acrobatique
    • Site de snowboard de Bokwang : Snowboard (sauf Big air)
  • Centre alpin de Jeongseon (Jungbong) : Ski alpin (descente, Super-G et combiné)

Nations participantes[modifier | modifier le code]

Au 4 septembre 2017, un total de 82 nations ont qualifié au moins un athlète. Au total c'est un record de 92 comités olympiques (93 nations si on prend en compte les deux Corées) et 2 925 athlètes qui participent[14].

Les 93 délégations participantes aux Jeux de 2018 (entre parenthèses : nombre de personnes)
Afrique Amérique Asie Europe Océanie
8 pays 13 pays 20 pays 50 pays 3 pays

Exclusion de la Russie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dopage en Russie.

La révélation du système de dopage d'État organisé durant les Jeux olympiques d'hiver de 2014, et le résultat des enquêtes menées par diverses commissions mandatées par l'Agence mondiale antidopage et le Comité international olympique entraîne ce dernier à prononcer de nombreuses sanctions envers, au 22 décembre 2017, quarante-trois sportifs russes médaillés ou non à Sotchi en 2014, annulant notamment treize médailles dont quatre en or[18]. Le 5 décembre 2017, la commission exécutive du CIO suspend le comité olympique russe, et donc la Russie en tant que nation participante, des Jeux olympiques de Pyeongchang 2018, mais décide toutefois d'inviter ses athlètes qui pourront concourir sous le drapeau olympique. « Ces athlètes invités participeront aux Jeux, que ce soit dans des compétitions individuelles ou par équipes, sous l'appellation “Athlètes olympiques de Russie (OAR)”. Ils concourront dans une tenue portant cette appellation et sous le drapeau olympique. L'hymne olympique sera interprété lors de toute cérémonie les concernant. »[19]. Une commission dite Autorité de contrôle indépendante (ACI) dirigée par Valérie Fourneyron établira la liste des athlètes russes invités sous réserves « qu'ils n'aient pas été disqualifiés ni déclarés inadmissibles en raison d'une violation des règles antidopage », qu'ils se soient « soumis à tous les contrôles ciblés avant les Jeux que le groupe de travail antidopage aura recommandés » et qu'ils se soient « pliés à toute autre exigence en matière de contrôle telle que formulée par le comité afin de garantir des conditions de compétition équitables pour tous »[19].

Cérémonies[modifier | modifier le code]

Ouverture[modifier | modifier le code]

Clôture[modifier | modifier le code]

Compétition[modifier | modifier le code]

Relais de la flamme olympique[modifier | modifier le code]

La flamme olympique est arrivée à Incheon le premier novembre 2017. Elle voyage ensuite dans 17 villes et provinces de Corée du Sud pendant cent jours. Au total, elle implique 7 500 porteurs de torche, pour tenir compte des 75 millions de Coréens au total (Sud et Nord)[20]. Chaque jour, la ville et un de ses porteurs de torche sont mis en avant sur le site officiel des Jeux[21].

Calendrier[modifier | modifier le code]

       Cérémonies        Jour de compétition    4    Jour de finale (Nombre de finales)        Gala d’exhibition
Calendrier général des Jeux olympiques de 2018[22]
Février 2018 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
Cérémonies Drapeau olympique O C
Bobsleigh Pictogramme Bobsleigh 1 1 1
Curling Pictogramme Curling 1 1 1
Hockey sur glace Pictogramme Hockey sur glace 1 1
Luge Pictogramme Luge 1 1 1 1
P
a
t
i
n
a
g
e
Artistique Pictogramme Patinage artistique 1 1 1 1 1
Vitesse Pictogramme Patinage de vitesse 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 2
Short-track Pictogramme Short-track 1 1 2 1 3
Skeleton Pictogramme Skeleton 1 1
Ski acrobatique Pictogramme Ski acrobatique 1 1 1 1 2 1 1 1 1
Ski alpin Pictogramme Ski alpin 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
S
k
i

n
o
r
d
i
q
u
e
Biathlon Pictogramme Biathlon 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1
Combiné nordique Pictogramme Combiné nordique 1 1 1
Saut à ski Pictogramme Saut à ski 1 1 1 1
Ski de fond Pictogramme Ski de fond 1 1 2 1 1 1 1 2 1 1
Snowboard Pictogramme Snowboard 1 1 1 1 1 1 1 3
Février 2018 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
       Cérémonies        Jour de compétition    4    Jour de finale (Nombre de finales)        Gala d’exhibition


Sports au programme[modifier | modifier le code]

Ces Jeux comprennent 102 épreuves (50 épreuves masculines, 44 féminines et 8 mixtes[23]) pour quinze disciplines dans sept sports olympiques[24].

Quatre nouvelles disciplines sont introduites à PyeongChang[25] :

Intel Extreme Masters, un tournoi officiel de sport électronique, est organisé en amont des Jeux par Intel et soutenu par le CIO via la Electronic Sports League[26] : les deux franchises au programme sont StarCraft II et Steep : Road to the Olympics. Le CIO a conditionné les discussions sur l’intégration des sports électroniques au programme olympique à la création d’une fédération internationale.

Disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Nombre d'épreuves par discipline
Biathlon Biathlon 5 5 1 11
Bobsleigh Bobsleigh 2 1 3
Badminton Combiné nordique 3 3
Curling Curling 1 1 1 3
Hockey sur glace Hockey sur glace 1 1 2
Luge Luge 2 1 1 4
Patinage artistique Patinage artistique 1 1 3 5
Patinage de vitesse Patinage de vitesse 7 7 14
Disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Nombre d'épreuves par discipline (suite)
Saut à ski Saut à ski 3 1 4
Short-track Short-track 4 4 8
Skeleton Skeleton 1 1 2
Ski acrobatique Ski acrobatique 5 5 10
Ski alpin Ski alpin 5 5 1 11
Ski de fond Ski de fond 6 6 12
Snowboard Snowboard 5 5 10
Total (15 disciplines) 51 44 7 102


Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau : Norvège Norvège 14 14 11 39
2 Drapeau : Allemagne Allemagne 14 10 7 31
3 Drapeau : Canada Canada 11 8 10 29
4 Drapeau : États-Unis États-Unis 9 8 6 23
5 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 8 6 6 20
6 Drapeau : Suède Suède 7 6 1 14
7 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 5 8 4 17
8 Drapeau : Suisse Suisse 5 6 4 15
9 Drapeau : France France 5 4 6 15
10 Drapeau : Autriche Autriche 5 3 6 14
11 Drapeau : Japon Japon 4 5 4 13
12 Drapeau : Italie Italie 3 2 5 10
13 Drapeau : Athlètes olympiques de Russie Athlètes olympiques de Russie 2 6 9 17
14 Drapeau : République tchèque République tchèque 2 2 3 7
15 Drapeau : Biélorussie Biélorussie 2 1 0 3
16 Drapeau : République populaire de Chine Chine 1 6 2 9
17 Drapeau : Slovaquie Slovaquie 1 2 0 3
18 Drapeau : Finlande Finlande 1 1 4 6
19 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 1 0 4 5
20 Drapeau : Pologne Pologne 1 0 1 2
21 Drapeau : Hongrie Hongrie 1 0 0 1
21 Drapeau : Ukraine Ukraine 1 0 0 1
23 Drapeau : Australie Australie 0 2 1 3
24 Drapeau : Slovénie Slovénie 0 1 1 2
25 Drapeau : Belgique Belgique 0 1 0 1
26 Drapeau : Espagne Espagne 0 0 2 2
26 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0 0 2 2
28 Drapeau : Kazakhstan Kazakhstan 0 0 1 1
28 Drapeau : Lettonie Lettonie 0 0 1 1
28 Drapeau : Liechtenstein Liechtenstein 0 0 1 1
Total 103 102 102 307

Inquiétudes et controverses[modifier | modifier le code]

Des opposants au rapprochement des deux Corées qualifient cet événement sportif de « Jeux de Pyongyang », jeu de mots formulé à partir du nom de la capitale de Corée du Nord.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Sécurité renforcée.

Plusieurs pays s'interrogent sur la sécurité des athlètes dont les lieux de compétition ne sont séparés que de 80 kilomètres de la frontière avec la Corée du Nord. La ministre française des Sports Laura Flessel déclare le 21 septembre 2017 : « Si ça s’envenime et qu'on n'arrive pas à avoir une sécurité affirmée, notre équipe de France restera ici ». Le 22 septembre, deux autres pays lui emboîtent le pas. Karl Stoss, président du Comité national olympique autrichien, déclare « Si la situation se dégrade et que la sécurité de nos athlètes n'est plus garantie, nous n’irons pas en Corée du Sud ». Le ministère allemand de l'Intérieur affirme « Une décision sur l'envoi d'une équipe allemande aux Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2018 à Pyeongchang sera évaluée en temps utile par le gouvernement, le Comité national olympique et les autorités compétentes de sécurité »[27].

Le dernier tir de missile de la Corée du Nord, le 29 novembre, incite le ministère sud-coréen de la Défense à prendre des mesures de sécurité supplémentaires. 5 000 policiers et militaires devraient être déployés pendant les Jeux, contre 2 400 lors de la coupe du monde de football de 2002. Le Comité d’organisation des Jeux va recruter une entreprise en cyber-sécurité pour contrer d’éventuelles attaques informatiques. Malgré ces annonces, Nikki Haley, ambassadrice américaine aux Nations unies, déclare à la chaîne Fox News, le 6 décembre, que la participation des athlètes américains est une « question ouverte » et dépend de la situation « au moment donné »[28].

Centre alpin de Jeongseon[modifier | modifier le code]

Le comité organisateur de Pyeongchang a fait raser 60 000 arbres de la forêt, anciennement protégée[29], du mont Gariwang, pour construire deux pistes de ski du Centre alpin de Jeongseon. Il promet de replanter 1 000 arbres et restaurer le site dans son état originel après les Jeux mais des mouvements écologistes sud-coréens dénoncent cette catastrophe écologique[30].

Choigate[modifier | modifier le code]

Les Jeux, initialement présentés comme un moyen d’« augmenter le prestige » du pays, ont vu leur image affectée par le « Choigate », scandale qui a commencé avec des révélations de malversations autour de l’organisation de cet événement international[31].

Cynophagie[modifier | modifier le code]

Profitant de la médiatisation des Jeux, des pétitions et manifestations d'associations de défense des animaux réclament le boycott de cet événement sportif organisé par un pays dans lequel de la viande de chien est consommée (en). Chaque année environ un million de chiens issus de fermes d'élevage sont bouillis, la viande de chien faisant partie des plats des restaurant traditionnels coréens. Le gouvernement coréen, sans doute ému à l’idée de choquer certains de ses visiteurs, a requis que les restaurants du comté de Pyeongchang ne proposent pas ces plats le temps des Jeux, mais une majorité d’établissements a rejeté la demande malgré l’aide financière qui l’accompagnait[32].

Dépassement du budget[modifier | modifier le code]

Alors que le comité d’organisation présente en juillet 2011 un budget prévisionnel de 6,4 milliards d’euros, le coût estimé de l’événement grimpe à 10,5 milliards d’euros, sans compter les 8,4 milliards d’euros investis par les pouvoirs publics dans des infrastructures d’habitation et de transport. Le coût des olympiades (en) se révèle toujours supérieur aux attentes selon le concept de la malédiction du vainqueur. De plus, l'absence de projet concret pour l'après Jeux pourrait alourdir la facture[33].

Dopage[modifier | modifier le code]

Une enquête de la chaîne allemande ARD révèle le 11 février 2018 que plus de 50 skieurs de fond participant à ces Jeux sont soupçonnés de dopage. Ayant eu accès à une banque de données issue de la Fédération internationale de ski de plus de 10 000 tests sanguins réalisés sur environ 2 000 athlètes, sur la période 2001-2010 (période en grande partie antérieure au passeport biologique de l'athlète, introduit en novembre 2009), les journalistes ont fait analyser les résultats par des experts. Les données laissent soupçonner un dopage généralisé dans la première décennie du siècle. « 46 % des médailles distribuées en ski de fond aux Mondiaux et aux Jeux olympiques entre 2001 et 2017 ont été gagnées par des athlètes dont les valeurs sanguines ont présenté une ou plusieurs fois des anomalies », ce qui laisse supposer un usage d'EPO ou une autotransfusion[34].

Le tableau ci-dessous recense tous les contrôles anti-dopage positifs ayant rapport avec ces Jeux.

Date Pays Athlète Discipline Substance Sanction Source
13 février 2018 Drapeau : Japon Japon Kei Saito Patinage de vitesse sur piste courte Acétazolamide Suspension [35]
19 février 2018 Drapeau : Athlètes olympiques de Russie Athlète Olympique Russe Aleksandr Krushelnitskiy Curling Meldonium Suspension et retrait de médaille [36]
20 février 2018 Drapeau : Slovénie Slovénie Žiga Jeglič Hockey sur glace Fénotérol (en) Suspension [37]
23 février 2018 Drapeau : Athlètes olympiques de Russie Athlète Olympique Russe Nadezhda Sergeeva (en) Bobsleigh Trimétazidine Suspension [38]

Médias[modifier | modifier le code]

Dans certains pays, les droits de retransmissions des Jeux olympiques d'hiver de 2018 sont déjà acquis dans le cadre de contrats de diffusion à long terme, y compris le détenteur local coréen des droits des Jeux SBS qui les a prolongé jusqu'en 2024[39].

Le 29 juin 2015, le CIO annonce que Discovery Communications a acquis les droits exclusifs sur les Jeux olympiques à travers l'Europe, de 2018 à 2024 sur toutes les plateformes. L'accord de droits de Discovery ne couvrira pas la France en raison des accords de droits préexistants avec France Télévisions jusqu'aux Jeux d'hiver de 2022 ainsi que la Russie jusqu'en 2024 par l'agence de marketing Telesport. Contrairement aux précédentes transactions paneuropéennes, telles qu'avec l'Union européenne de radio-télévision (UER) et Sportfive (qui ne servait que de revendeur des droits des radiodiffuseurs locaux), Discovery retransmet les Jeux sur son réseau paneuropéen de chaînes Eurosport et d'autres chaînes locales détenues[40]. Discovery s'est engagé à sous-licencier au moins 100 heures de couverture sur les réseaux gratuits (Free to air en anglais, FTA) de chaque marché[41],[42]. Dans certains marchés, les droits de FTA sont détenus par des chaînes appartenant à Discovery, comme DMAX en Espagne, Kanal 5 en Suède et TVNorge en Norvège. Au Royaume-Uni, Discovery détient les droits exclusifs de télévision payante sous licence de la BBC Sport pour les Jeux de 2018 : en retour, la BBC sous-licenciera les droits de diffusion gratuite des Jeux olympiques de 2022 et de 2024 de Discovery.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lancement de la procédure de candidature pour les JO 2018, Mirko Hominal, ski-nordique.net, 29 juillet 2009, consulté le 5 août 2009.
  2. (en) CIO, « IOC suspends Russian NOC and creates a path for clean individual athletes to compete in PyeongChang 2018 under the Olympic Flag », sur International Olympic Committee, (consulté le 5 décembre 2017).
  3. Eurosport, « Ester Ledecka signe un doublé historique en remportant le Géant parallèle », sur Eurosport, (consulté le 24 février 2018)
  4. « JO-2018: les Jeux olympiques s'ouvrent à Pyeongchang en Corée du Sud », sur rfi.fr, .
  5. (en) « PyeongChang 2018 présente son emblème officiel - Actualité Olympique », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne).
  6. PyeongChang 2018 celebrates 1,000 days to go with new slogan.
  7. [1] PyeongChang 2018 unveils slogan for Paralympic Winter Games.
  8. (en) « Soohorang, la mascotte de Pyeongchang 2018, connaît déjà un franc succès », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne).
  9. « Le CEA-Leti mise sur les technologies spatiales pour tester la 5G aux JO... de 2018 », sur usine-digitale.fr, (consulté le 21 août 2017).
  10. « Qualcomm pousse pour un lancement commercial de la 5G en 2018 », sur usine-digitale.fr, (consulté le 21 août 2017).
  11. « Pyeongchang fête le premier anniversaire de la décision historique du CIO en évoquant ses réalisations ainsi que l’amélioration de ses projets pour le »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 5 septembre 2017) - 5 juillet 2012.
  12. Pyeongchang 2018 : début des travaux de construction des sites des sports de glace - Comité international olympique - 18/07/2014.
  13. Pyeongchang 2018 Launches Construction of Ice Venues at Gangneung Coastal Cluster - pyeongchang2018.org - 17/07/2014.
  14. Véronique Malécot, « Dix chiffres pour tout savoir sur les JO d’hiver 2018 », sur lemonde.fr, .
  15. « 6 New National Olympic Committees Welcomed to Winter Olympics for the First Time », sur pyeongchang2018.com, .
  16. (en) « Pyeongchang 2018: Athletes to travel through demilitarised zone », BBC News,‎ (lire en ligne).
  17. (en-GB) « When North met South: Unified Korean hockey team makes history », The Independent,‎ (lire en ligne)
  18. AFP, « Dopage: que reste-t-il du miraculeux palmarès russe de Sotchi? », sur La Nouvelle République, (consulté le 6 décembre 2017).
  19. a et b CIO, « Le CIO suspend le Comité olympique russe et ouvre la voie aux athlètes intègres en les invitant à concourir aux Jeux Olympiques d'hiver de 2018 à Pyeongchang sous le drapeau olympique », sur International Olympic Committee, (consulté le 6 décembre 2017).
  20. (en) « Relais de la flamme de Pyeongchang 2018 - Itinéraire du relais et actualités », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne).
  21. (en) « Today's relay », sur pyeongchang2018.com, (consulté le 2 novembre 2017).
  22. (en) « Schedule », sur pyeongchang2018.com (consulté le 11 novembre 2017)
  23. Le patinage artistique, le biathlon, la luge, le curling et le ski alpin comprennent des épreuves avec des équipes mixtes.
  24. (en) « Sports au programme des Jeux olympiques d'hiver de 2018 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur pyeongchang2018.org (consulté le 23 février 2014).
  25. (en) « Winter Olympics: Big air, mixed curling among new 2018 events », BBC (consulté le 21 juin 2017)
  26. « Un tournoi officiel d’e-sport se tiendra en amont des JO d’hiver 2018 »
  27. Stéphane Trouillard, « Pyeongchang 2018 : l'ombre de la Corée du Nord plane sur les Jeux olympiques », sur france24.com, .
  28. Philippe Mesmer, « La crise nord-coréenne, une épée de Damoclès sur les Jeux olympiques d’hiver », sur lemonde.fr, .
  29. Le secteur du mont Gariwang a été désigné forêt nationale protégée en 2008. En 2013, le gouvernement sud-coréen retire ce statut à 78 hectares de la montagne pour laisser place aux pistes de ski du Centre alpin de Jeongseon.
  30. (en) Justin McCurry & Emma Howard, « Olympic organisers destroy 'sacred' South Korean forest to create ski run », sur theguardian.com, .
  31. Philippe Mesmer, « JO d’hiver 2018 : A Séoul, la cérémonie d’ouverture fait un bide », sur lemonde.fr, .
  32. Clément Guillou et Clément Martel, « JO 2018 : de l’assiette à la chambre de Lindsey Vonn, les chiens sont partout à Pyeongchang », sur lemonde.fr, .
  33. « JO 2018 : sous la neige, la facture est (très) salée », sur europe1.fr, .
  34. « Ski de fond: des données sanguines suspectes antérieures au passeport biologique (AMA) », sur lavoixdunord.fr, .
  35. « JO 2018. Un patineur japonais, premier dopé de Pyeongchang », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  36. « Curling : L'échantillon B confirme le contrôle positif d'Alexander Krushelnitsky », sur lequipe.fr,
  37. « JO de Pyeongchang : un joueur slovène contrôlé positif », sur www.lequipe.fr, (consulté le 20 février 2018).
  38. « JO de Pyeongchang : un deuxième athlète russe contrôlé positif à Pyeongchang == JO d'hiver 2018 : un deuxième athlète russe contrôlé positif à Pyeongchang == Après le curleur Alexander Krushelnitsky, c'est au tour de la pilote de bobsleigh Nadezhda Sergeeva d'être contrôlée positive. », sur https://www.francetvinfo.fr, (consulté le 23 février 2018).
  39. International Olympic Committee, « IOC awards SBS broadcast rights for 2018, 2020, 2022 and 2024 Olympic Games », (consulté le 7 août 2017)
  40. SportsPro, « Discovery confirms TLC coverage for PyeongChang 2018 » (consulté le 6 février 2018)
  41. ESPN.com, « IOC awards European broadcast rights to SPORTFIVE », (consulté le 13 août 2013)
  42. « Discovery Lands European Olympic Rights Through ’24 » (consulté le 1er juillet 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]