Jeunes agriculteurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JA.
Jeunes agriculteurs
Image illustrative de l'article Jeunes agriculteurs

Création 1957
Personnages clés Jérémy Decerle (président)
Forme juridique Syndicat
Siège social 14, rue la Boétie à Paris
Activité Agriculture
Site web http://www.jeunes-agriculteurs.fr

Jeunes agriculteurs (JA) est un syndicat professionnel agricole dont les adhérents sont, en majorité, des agriculteurs, et donc les responsables élus sont tous âgés de moins de 35 ans.

Créé en 1957, le syndicat revendique en 2012 plus de 50 000 adhérents.

JA est une union de syndicats départementaux à vocation générale, c’est-à-dire non spécialisé sur un secteur de production. La représentation des structures départementales au niveau national est organisée par regroupement géographique. Ainsi, JA représente toutes les régions agricoles et tous les secteurs de production agricole de France.

Historique[modifier | modifier le code]

La Confédération générale de l'agriculture (CGA), créée pendant la Seconde Guerre mondiale, met en place en 1947 une section jeunes : le Cercle national des jeunes agriculteurs (CNJA). Les objectifs du CNJA mêlent alors diffusions des techniques agricoles et animation du milieu rural. Pour cela, le CNJA organise des manifestations et des concours comme les comices agricoles ou les concours de labour.

À partir de 1957, le CNJA est investi par la Jeunesse agricole catholique (JAC) et développe alors un projet politique axé sur la « modernisation » de l'agriculture. Ainsi, l'organisation défend en particulier l'organisation des marchés et la restructuration (agrandissement et spécialisation) des exploitations[1]. Selon l'historien Gilles Luneau, la Jeunesse agricole catholique qui représente alors « une troisième voie entre capitalisme et marxisme » et s'inscrit en outre dans un conflit de générations entre anciens et modernes, est plutôt mal perçue par l'aile dure au pouvoir au sein de la FNSEA. Cependant, en rejoignant le CNJA, elle lui permet de s'installer comme organisation représentative de l'agriculture, alors qu'elle n'est statutairement qu'une composante de la FNSEA : « Cette confusion sert les deux sigles : au gré des situations, on additionne les voix ou on fait valoir les différences. [...] Pour certains, la CNJA est une antichambre où jeunesse se passe ; pour d'autres un moyen de capter des idées neuves ; enfin, pour ceux qui ont quitté la FNSEA, c'est une variante du bonnet blanc/blanc bonnet... »[2].

Adhésion[modifier | modifier le code]

L'adhésion aux structures cantonales Jeunes Agriculteurs est libre quant à l'âge ou la qualité. Ainsi, si les adhérents sont majoritairement des chefs d'exploitations agricoles, on trouve aussi des candidats à l'installation en agriculture, des salariés agricoles mais aussi de simples sympathisants.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'organisation du syndicat Jeunes agriculteurs est pyramidale : les personnes physiques adhèrent à des structures cantonales regroupées en structures départementales lesquelles, en tant que personnes morales, adhèrent à la structure nationale.

Les JA départementaux sont eux-mêmes regroupés en 23 structures régionales JA qui constituent un échelon intermédiaire et sont les interlocuteurs privilégiés de l’équipe nationale dirigeante.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

La gouvernance est structurée autour de deux conseils siégeant au niveau national : le conseil d’administration et la commission syndicale.

Le conseil d’administration est l'organe décisionnaire. Il se réunit une fois par mois. Il est composé essentiellement sur une base régionale : chacune des 23 structures régionales dispose d'un nombre de représentants au conseil d'administration fonction du nombre de ses adhérents. Cependant, une partie du conseil est élu sur la base d'une liste nationale.

La commission syndicale est un organe consultatif. Elle se réunit une fois par mois. Elle est composés des présidents et secrétaires généraux de chacune des 23 structures régionales.

À tous les niveaux de l'organisation, les mandats des responsables sont soumis à deux conditions qui fondent l'originalité du syndicat : avoir moins de 35 ans au moment de son élection, renouvellement tous les deux ans. La définition syndicale d'un jeune agriculteur (moins de 35 ans) ne doit pas être confondue avec la définition juridique d'un jeune agriculteur (moins de 40 ans) donnée dans le code rural et de la pêche maritime et sur laquelle est adossée la politique agricole française à destination des jeunes agriculteurs.

Représentativité[modifier | modifier le code]

La représentativité des syndicats agricoles est évaluée à l'occasion de l'élection des représentants dans les chambres d'agriculture. Cette élection intervient tous les 7 ans. JA fait systématiquement liste commune avec la FNSEA pour l'élection du collège des représentants des chefs d'exploitation (le plus important en nombre d'élus). Au niveau national, cette liste commune a obtenu 53.39% des suffrages exprimés en 2013 pour un taux de participation de 54.34%[3].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Depuis juin 2016, le président de Jeunes agriculteurs est Jérémy Decerle, éleveur bovin à Chevagny-sur-Guye [4].

Présidents[modifier | modifier le code]

Période Nom
1964-1968 François Guillaume
...
1982-1984 Luc Guyau
1984-1988 Michel Teyssedou
1988-1990 Henry Jouve
1990-1992 Philippe Mangin
1992-1994 Christian Jacob
1994-1998 Christiane Lambert
1998-2000 Pascal Coste
2000-2002 Jean-Luc Duval
2002-2004 Jérôme Despey
2004-2006 Bernard Layre
2006-2008 Philippe Meurs
2008-2010 William Villeneuve
2010-2012 Jean-Michel Schaeffer
2012-2014 François Thabuis
2014-2016 Thomas Diemer
Depuis 2016 Jérémy Decerle

Secrétariat général :

Jeunes agriculteurs aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

JA s'adresse aux jeunes exploitants agricoles âgés de moins de 35 ans et s'est donné comme missions fondamentales de promouvoir le métier d'agriculteur et de favoriser l'installation de jeunes et le renouvellement des générations, en particulier en facilitant la transmission d'exploitations par des agriculteurs âgés. Ce sont les missions primordiales de JA, inscrites dans ses statuts, qui sont au fondement de sa création :

  • Défendre les intérêts des jeunes agriculteurs, et ceux des jeunes en phases d’installation.
  • Proposer des idées novatrices pour l’avenir. Ils souhaitent que leur travail leur permette de rester l’aiguillon de la profession : le pacte de l’installation, l’organisation économique des producteurs, des prix rémunérateurs pour tous les paysans.
  • Former des futurs responsables syndicaux, d’entreprises coopératives et de projets : écoles de responsables, formation des conseils d’administration, groupes et sessions de travail…
  • Communiquer sur le métier d’agriculteur dont il s’agit de valoriser le rôle dans la société, la qualité de vie, et l’épanouissement personnel que cela implique : Salon international de l'agriculture, SIMA, outils de promotion (spots TV, CD ROM)
  • Animer le milieu rural à travers l’organisation d’événements conviviaux et l’implication des adhérents dans les diverses instances locales de développement : événement Terre Attitude, concours de labour, opérations sourire, fêtes de l’agriculture.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Jeunes agriculteurs est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'organisation déclare à ce titre en 2012 un budget global de 5 292 010 euros, dont 3 386 886 euros de financement public, et indique que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 50 000 et 100 000 euros[5].

Critiques[modifier | modifier le code]

JA est parfois dénoncé comme étant sous l'emprise totale de la FNSEA, et d'en être in fine « l'incubateur »[6].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]