Jeune Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jeuneafrique)

Jeune Afrique
Image illustrative de l’article Jeune Afrique

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuelle
Genre Généraliste
Prix au numéro 7,90 
Diffusion 36 319 ex. (2020)
Fondateur Béchir Ben Yahmed
Date de fondation 1960 à Tunis
Éditeur Groupe Jeune Afrique - SIFIJA
Ville d’édition Paris

Directeur de la rédaction François Soudan
ISSN 1950-1285
Site web jeuneafrique.com

Jeune Afrique est un mensuel, édité à Paris et publié par Jeune Afrique Media Group.

Fondé en 1960 par le franco-tunisien Béchir Ben Yahmed, il propose une couverture de l'actualité africaine et des enjeux politiques et économiques du continent.

Plusieurs journalistes et auteurs de renom comme Frantz Fanon, Kateb Yacine, Amin Maalouf, Leïla Slimani ou Jean Daniel ont démarré leur carrière ou ont collaboré à Jeune Afrique.

Premier magazine panafricain par sa diffusion et son audience, il constitue une source médiatique de référence en Afrique francophone[1]. Cependant, il est parfois critiqué pour sa proximité avec certains pouvoirs africains[2].

Longtemps publié à un rythme hebdomadaire, son édition papier est diffusée en mensuel depuis 2020[3]. Son site web propose une édition quotidienne.

Jeune Afrique est détenu par les frères Marwane Ben Yahmed et Amir Ben Yahmed[4] ainsi que par des hommes d'affaires ivoiriens proches d'Alassane Ouattara[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Béchir Ben Yahmed, alors ministre de l'Information du président tunisien Habib Bourguiba, lance à Tunis le magazine Afrique Action. Sous la pression du pouvoir tunisien irrité par l'indépendance du journal, l'équipe quitte la Tunisie en pour Rome puis Paris[6]. Le magazine est alors renommé Jeune Afrique[7],[6].

Le journal dont la devise est « Le devoir d'informer et la liberté d'écrire » a vu 400 numéros saisis entre 1960 et 2001 et des interdictions dans certains pays d'Afrique[8].

À Paris, la rédaction s'installe successivement rue de Provence, avenue des Ternes puis, en , au 57 bis rue d'Auteuil, dans le 16e arrondissement de Paris ou elle est toujours installée[6].

Zyad Limam, fils de Mohsen Limam — haut fonctionnaire tunisien tué dans un accident d'avion — et de sa veuve Danielle Ben Yahmed (remariée au fondateur du journal, Béchir Ben Yahmed) succéde à sa mère[Quand ?] aux commandes d'Afrique Magazine, publication qui a fait un temps partie de Jeune Afrique Media Group[9].

En juin 2023, Jeune Afrique attaque Indigo Publications en justice devant le tribunal de commerce de Paris pour « dénigrement » et « concurrence déloyale ». Jeune Afrique reproche aux médias d'Indigo Publications des articles dénigrant son propriétaire et la publication d'informations « inutilement alarmistes sur sa santé financière et sur la transparence de sa gouvernance ou de son capital ». Pour L'Humanité, il s'agit d'un « contournement du droit de la presse inquiétant »[10],[11].

Le , Stanis Bujakera Tshiamala, journaliste correspondant pour Jeune Afrique à Kinshasa, est interpellé puis placé sous mandat d'arrêt provisoire par les autorités de la RDC pour « propagation de faux bruits » et « diffusion de fausses informations »[12]. Cette arrestation fait suite à un article publié sur le site web de Jeune Afrique concernant la mort en juillet 2023 de Chérubin Okende Senga, un député et ancien ministre, porte-parole de l'opposition menée par Moïse Katumbi[13]. La publication panafricaine demande alors la libération immédiate de son correspondant, tout en dénonçant « une atteinte grave aux libertés de la presse »[14].

Activités[modifier | modifier le code]

Hebdomadaire depuis 1960, Jeune Afrique lance son édition numérique en 1997 avec la création de son site internet.

L'année 2000 marque le lancement des hors-séries de Jeune Afrique, à savoir le top 500 des entreprises africaines, le top 200 des banques et l'état de l'Afrique. Par ailleurs, le traitement de l'actualité économique prend une place de plus en plus importante au sein du groupe. Un magazine parallèle est d'abord créé avant d'être intégré à l'hebdomadaire puis de faire l'objet d'un site dédié à partir de 2012[15].

En 2020, Jeune Afrique abandonne le rythme hebdomadaire pour proposer une édition papier mensuelle adossée au site d'information jeuneafrique.com, qui propose quant à lui une édition quotidienne[3]. Jeuneafrique.com dispose de sa propre rédaction pour traiter l'actualité en temps réel.

Parallèlement, le titre s'est fortement développé sur les réseaux sociaux.

Début décembre 2020, la direction de Jeune Afrique annonce le premier plan social de son histoire en raison de résultats économiques en baisse avec la pandémie de Covid-19[16]. Une vingtaine de salariés sur les 134 sont concernés par ce PSE, qui est unilatéral, faute d'un accord négocié avec les élus des syndicats, réfractaires à cette décision[17].

Au printemps , le journal cherche à lever 10 millions d'euros en échange de 20 % de son capital, en indiquant chercher un actionnariat africain, institutionnel et public, « qui concilie la mission des marques du groupe et celles des États, au service du développement du continent ». Le , 4 membres intègrent le conseil d'administration de Jeune Afrique, sans que le groupe ne souhaite communiquer leur identité ni que les salariés n'en soient informés. Ces membres comportent deux hommes d'affaires ivoiriens cachés derrière la structure offshore Bayani Capital, domiciliée à l'île Maurice, Ahmed Cissé et Serge Thiémélé, qui a investi au moins 2 millions d'euros dans l'entreprise. Ces deux hommes sont proches du président de la république ivoirienne Alassane Ouattara et du patronat de ce pays. Un troisième actionnaire est Julien Alvarez, un banquier d'affaire reconverti dans l'édition est proche de la famille Ben Yahmed[18].

Gestion, finances et statuts[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

Jeune Afrique est une filiale de Jeune Afrique Media Group, une société anonyme à conseil d'administration dont le siège est à Paris. Le directeur général est Amir Ben Yahmed, un des deux fils du fondateur.

Le directeur général délégué est Mamadou Goundiam.

Depuis 2007, le directeur de la rédaction est François Soudan.

Finances et actionnariat[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires du groupe a atteint 20 millions d'euros en 2021[19].

L'actionnariat de Jeune Afrique Media Group est partagé entre les frères de nationalité tunisienne Amir et Marwane Ben Yahmed qui détiennent 80% de l'entreprise[4].

Début 2023, deux hommes d'affaires ivoiriens proches d'Alassane Ouattara sont nommés administrateurs de Jeune Afrique Media Group, Manizan Thiemele et Mamadou Cissé[5],[20].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Diffusion hebdomadaire moyenne[21]
Année Diffusion France payée Diffusion totale payée Diffusion totale
2020 17 116 34 995 36 319
2019 14 316 40 948 43 111
2018 11 162 40 129 42 781
2017 10 674 44 604 45 397
2016 11 835 48 007 49 158
2015 13 769 50 518 51 499
2014 13 476 52 700 53 475
2013 14 355 56 738 57 497
2012 15 540 59 389 60 135
2011[n 1] 17 104 64 992 65 782
2010 15 504 60 096 61 167
2009 15 288 61 034 62 270

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1997, le chef d'État tunisien Zine el-Abidine Ben Ali apporte son soutien à Jeune Afrique en injectant plusieurs millions de dinars dans l'entreprise à travers des prête-noms7. « Aider Jeune Afrique n'est pas un souhait, c'est une consigne présidentielle » explique Le Canard enchaîné en évoquant l'opération financière pilotée par deux proches du président8.

En 2002, Vincent Hugeux, journaliste français, écrivait que Jeune Afrique aurait publié en 1998 des dossiers élogieux ou indulgents auprès des présidences africaines, moyennant finance, tout comme la revue Géopolitique africaine et le journal Le Monde[6],[22].

Jeune Afrique fait l'objet de critiques des médias officiels algériens qui accusent le journal, dont de nombreuses éditions ont été censurées dans le pays, d'avoir un biais en faveur du Maroc. Pour expliquer ce « journalisme de connivence », les autorités algériennes accusent le journal de percevoir « 200.000 € pour chaque contrat » publicitaire supposément engagé avec le cabinet royal marocain[23]. En avril 2024, Farid Alilat, un journaliste algérien de l'hebdomadaire, est retenu pendant plusieurs heures dans les locaux de la police à l’aéroport d’Alger, avant d’être expulsé vers Paris[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Changement de méthodologie de l'OJD en 2011 : les éditions numériques payantes sont intégrées dans le décompte. Cf. [PDF] « Note technique applicable au 1er janvier 2011 : Certification des «éditions numériques» payantes », sur acpm.fr,

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jeune Afrique se diversifie dans l'édition et les conférences », sur Les Échos, (consulté le ).
  2. Thomas Hofnung, « François Soudan, journaliste et bel ami des présidents africains », sur lemonde.fr,
  3. a et b « Jeune Afrique veut être un média quotidien », sur strategies.fr, (consulté le ).
  4. a et b « Touché par la crise, «Jeune Afrique» mise sur le numérique », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  5. a et b « Jeune Afrique : l'ombre du pouvoir ivoirien derrière l'arrivée de nouveaux actionnaires », sur La Lettre A,
  6. a b c et d Vincent Hugeux, Les sorciers blancs : Enquête sur les faux amis français de l'Afrique, Paris, Fayard, , 335 p. (ISBN 978-2-213-62698-7), p. 99-157.
  7. « L'actualité vue par Béchir Ben Yahmed, Auteur à JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le ).
  8. « Un dynamisme renouvelé », sur JeuneAfrique.com, .
  9. Vincent Hugeux, Les sorciers blancs : Enquête sur les faux amis français de l'Afrique, Paris, Fayard, , 335 p. (ISBN 978-2-213-62698-7), p. 99.
  10. « Liberté de la presse : Jeune Afrique attaque La Lettre A », sur L'Humanité, (consulté le )
  11. « JEUNE AFRIQUE ATTAQUE EN JUSTICE LA LETTRE A POUR « DÉNIGREMENT » », sur cbnews.fr, (consulté le )
  12. « En RDC, le journaliste Stanis Bujakera Tshiamala placé sous mandat d'arrêt provisoire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « RDC : RSF dénonce la détention arbitraire du journaliste Stanis Bujakera Tshiamala », sur rsf.org, (consulté le )
  14. « RDC : Stanis Bujakera Tshiamala placé sous mandat d'arrêt provisoire – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  15. « Jeune Afrique se diversifie dans l'édition et les conférences », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Jeune Afrique engage un PSE portant sur une vingtaine de postes », sur Stratégies, (consulté le )
  17. « « Jeune Afrique » va se séparer d'environ 15 % de ses effectifs », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Jeune Afrique : comment les frères Ben Yahmed cherchent à lever 10 millions d'euros - 14/06/2022 », sur La Lettre, (consulté le )
  19. Caroline Bonacossa, « Jeune Afrique Media Group renoue avec les bénéfices en 2021 », Stratégies,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Société JAMG JEUNE AFRIQUE MEDIA GROUP : Chiffre d'affaires, statuts, Kbis », sur pappers.fr (consulté le )
  21. « Jeune Afrique », sur acpm.fr (consulté le )
  22. « Le dossier noir des sorciers blancs », sur L'express,
  23. [https://www.aps.dz/algerie/126657-rupture-des-relations-diplomatiques-entre-alger-et-rabat-jeune-afrique-a-la-merci-du-makhzen Rupture des relations entre l'Algérie et le Maroc: Jeune Afrique à la merci du Makhzen, aps.dz, 28 août 2021
  24. Un journaliste algérien de Jeune Afrique affirme avoir été refoulé d'Algérie, lefigaro.fr, 15 avril 2024

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]