Jeu du dictateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le jeu du dictateur est une expérience en psychologie sociale et en économie. Il s'agit d'une variante du jeu de l'ultimatum.

Principe du jeu[modifier | modifier le code]

Une somme d'argent fixée, X, est à distribuer entre deux participants A et B. A doit proposer une répartition à B qui se doit de l'accepter. A a donc tous les pouvoirs sur la répartition et devrait chercher à maximiser la somme d'argent qu'il va recevoir[1].

(Dans le jeu de l'ultimatum classique, la répartition n'est effective que si B accepte l'offre de A.)

Résultats[modifier | modifier le code]

De manière contre-intuitive, on observe que la moitié seulement des participants n'offre rien à l'autre joueur, et qu'un quart partage la somme équitablement[2]. Cette proportion augmente encore lorsque la condition d'anonymat est rompue ou affaiblie. Cette expérience montre donc qu'il y a une propension de l'homme à agir contre ses intérêts économiques de manière naturelle, et qu'elle est renforcée par la proximité, réelle ou théorique, de l'autre.

L'expérience montre aussi l'importance des normes et du concept de justice en économie.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif Sarka-SPIP, « Le jeu du dictateur - Eco Psycho », sur ecopsycho.gretha.cnrs.fr (consulté le )
  2. Emmanuel Petit et Sébastien Rouillon, « La négociation : les enseignements du jeu du dictateur », sur ecopsycho.gretha.cnrs.fr, (consulté le )
  3. Colin Camerer et Richard H Thaler, « Anomalies: Ultimatums, Dictators and Manners », Journal of Economic Perspectives, vol. 9, no 2,‎ , p. 209–219 (DOI 10.1257/jep.9.2.209, lire en ligne)