Jeu d'évasion grandeur nature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jeu d'évasion grandeur nature
Activité grandeur nature
Description de cette image, également commentée ci-après
Un puzzle en train d'être résolu dans un jeu d'évasion.
Autres noms Real-life room escape games
Escape the Room
Escape Game
Mécanismes Enquête
Réflexion
Fouille
Manipulation
Thèmes Évasion
Énigme
Joueur(s) de 2 ou 3 (voire 1) à 5, 6, 8 ou 10 (suivant les escape)
Âge à partir de 10 ans
Durée annoncée variable, généralement 1 heure
habileté
physique

Nsp
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Non
information
Incomplète et parfaite

Les jeux d'évasion[1] (ou escape games en anglais) sont un type de jeu grandeur nature constituant la déclinaison physique des jeux vidéo de type « escape the room ».

Concept[modifier | modifier le code]

Une joueuse d'un jeu d'évasion en train d'examiner un indice.

Le jeu d'évasion consiste la plupart du temps à parvenir à s’échapper d’une pièce dans une durée limitée (généralement une heure) et se pratique habituellement en groupe de plusieurs personnes, même si des concepts existent pour une seule personne (Lockdown à Singapour par exemple)[2]. Par groupe de deux à dix participants, les joueurs doivent chercher des indices disséminés dans une pièce, puis les combiner entre eux pour pouvoir avancer dans l’énigme[3]. Le but est généralement de sortir de la pièce (d’où le nom), mais il peut aussi être de résoudre un problème plus global, comme résoudre un meurtre ou atteindre un trésor[4].

Certains jeux d'évasion sont construits autour d’une histoire, tandis que d’autres proposent une succession de jeux de logique déconnectés les uns des autres.[réf. souhaitée]

Thèmes[modifier | modifier le code]

Certains thèmes et scénarios communs que l'on trouve souvent dans les salles d'évasion comprennent les zombies, les maisons hantées, les laboratoires scientifiques, les prisons, les pirates, la chasse au trésor, les otages et les enlèvements, etc.[réf. souhaitée]

Historique[modifier | modifier le code]

Création et développement[modifier | modifier le code]

Les premiers jeux vidéo d'évasion connus sont l’œuvre du Japonais Toshimitsu Takagi[2] qui créé, dès 2005, des jeux tels que Crimson Room et QP-Shot[5].

En 2006 en France, est créé par Eric Grosbois le premier parc à énigmes grandeur nature[réf. nécessaire] : Enigmaparc[6] à Janzé près de Rennes[7]. Ancêtre des escape game (les escape room ne sont arrivés qu’en 2010 dans les grandes métropoles françaises), dans des décors grandeur nature, les joueurs, par groupe de deux à six participants, doivent chercher des indices qui sont autant de jeux de logique, d’observation, de réflexion disséminés dans 12 univers, puis les combiner entre eux pour pouvoir résoudre l’enquête principale. Les escape game ajouteront deux ressorts principaux : l'enfermement et la fouille.

La même année, de jeunes japonais et hongkongais sont les premiers à créer des simulations grandeur nature de ce genre de jeu pour une pratique dans des fêtes ou dans des bars[2].

La première société à créer un jeu d'évasion grandeur nature pérenne et professionnel est Scrap, qui ouvre son premier jeu à Kyoto en 2008 sous le nom de The Real Escape Game[8].

Ce type de jeu est ensuite pratiqué partout en Asie et notamment à Hong Kong[9]. Il devient un phénomène mondial après 2010, avec entre autres les ouvertures de Parapark en 2011 en Hongrie, de HintHunt en 2012 à Londres, d'AdventureRooms en 2013 à Berne et de Puzzle Break en 2013 à Seattle. En France, la première salle, HintHunt, ouvre en décembre 2013 à Paris[10],[11] et s'agrandit en août 2014 avec l'ouverture d'une nouvelle salle[12].

Évolution[modifier | modifier le code]

Les premières énigmes dans les jeux originaux japonais étaient principalement des tâches logiques qui devaient être résolues avec du papier et un crayon.[réf. souhaitée]

En 2011, Parapark ajoute des cadenas à ouvrir avec des clés trouvées dans les chambres du jeu. En 2012, AdventureRooms introduit les outils scientifiques pour trouver des codes invisibles. À partir de 2014, de plus en plus d'énigmes électroniques qui ouvrent des serrures électromagnétiques sont utilisées.[réf. souhaitée]

En France[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2010, le concept de jeu d'évasion grandeur nature est présent dans toutes les grandes métropoles de France, Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Grenobleetc. et séduit de plus en plus d'entreprises à la recherche d'activités de renforcement d'équipe (team building) originales.[réf. souhaitée]

Depuis son arrivée en France, le concept continue d'évoluer. Les décors sont de plus en plus immersifs et recoupent l'univers de la cinématographie. Ainsi certaines enseignes se spécialisent entre thrillers, science-fiction et même horreur.[réf. souhaitée]

La dernière tendance est l'intervention d'acteurs en cours de jeu ou l'implantation de scénario dans des lieux atypiques ou chargés d'histoire[13]. Cette pratique rappelle les jeux de rôle grandeur nature.[réf. souhaitée]

En 2016, une enseigne d’escape game ouvrait tous les trois jours en moyenne en France[14]. En octobre 2016, le plus grand escape game de France s'ouvre à Nantes[15], membre du réseau Escape Hunt (huit enseignes sur le territoire).

En juin 2017, la barre des 300 enseignes est franchie en France[14].

Au Québec[modifier | modifier le code]

Les jeux d'évasion sont apparus au Québec en 2015 et plus d'une trentaine d'enseignes sont en fonctionnement[16].

Franchises[modifier | modifier le code]

Si le marché du jeu d'évasion grandeur nature est jeune, les marques historiques se lancent dans la franchise. C'est le cas, par exemple, de Prizoners, de S.T.E.A.M. escape, de Lock Academy, d'AdventureRooms et de Closed d'HintHunt.[réf. souhaitée]

Adaptations en livres[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, il existe plusieurs collections de livres dédiées sur ce thème, sur le modèle des livres-jeu ou des recueils d'énigmes logiques. Le lecteur affronte le jeu seul ou bien en compagnie d'un chronomètre (pour certains titres). Il s'identifie au héros de l'histoire, enfermé dans — au choix : un manoir hanté, un tombeau maya, une vallée maudite, une bibliothèque en pleine nuit, etc.

Adaptations en jeux de société[modifier | modifier le code]

Il existe également des boîtes de jeux de société sur ce thème, à jouer entre amis en une heure dans son salon, en utilisant des cartes et des puzzles. Les versions les plus abouties utilisent de vrais cadenas à numéros ou une application pour smartphone. Une personne remplit généralement le rôle du maître de jeu, organise l'espace et veille au bon déroulement, ou bien le jeu lui-même remplit ce rôle.

Une boîte ne peut en général être jouée qu'une fois avec les mêmes personnes, sauf si elles contient plusieurs scénarios. La difficulté va du plus simple au plus élevé.


Adaptations en kits à imprimer[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, des sites internet, blogs et forums proposent également ce type de jeux sous forme de kit à imprimer.

  • série Escape Home (Happy Kits) [22] depuis juin 2017.
  • série Kit Escape Games (Escape-Games.net) depuis octobre 2018[23],[24],[25].
  • divers sites et blogs non commerciaux [26]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Escape Games : le succès des jeux d'évasion », sur RTBF.be, .
  2. a b et c (en) « Escape game comes to life in Richmond », Denise Ryan, Vancouver Sun.com, 20 février 2014.
  3. « Qu’est ce qu’un live escape game ? », sur liveescapegame-france.com.
  4. « Qu'est-ce qu'un jeu d'évasion? - Cabinet Mysteriis », Cabinet Mysteriis,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Toshimitsu Takagi - CRIMSON ROOMやQP-Shotを作った高木敏光による、不思議なインタラクティブムービーやミニゲーム。», takagism.net.
  6. Fiche du parc, tourismebretagne.com (consulté le 23 août 2018).
  7. Fiche du parc, familiscope.fr (consulté le 23 août 2018).
  8. (en) « In Escape Rooms, Video Games Meet Real Life », Chris Suellentrop, The New York Times.com, 3 juin 2014.
  9. (en) AFP-JIJI, « Escapist fantasies play out in Hong Kong »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur japantimes.co.jp, .
  10. « Hint Hunt : on a testé le point and click IRL », Le Journal du geek.com, 28 février 2014.
  11. [vidéo] « Reportage HintHunt : Le point'n click pour de vrai », Jeuxvideo.com, 14 janvier 2014.
  12. « Hint Hunt, le jeu d’évasion grandeur nature, s’agrandit ! », Madmoizelle.com, 11 août 2014.
  13. « Communiqué de presse : novembre 2017 », sur telebleue.fr (consulté le 23 avril 2018).
  14. a et b « Le phénomène Escape Game en France », sur escapegame.paris (consulté le 27 juin 2017)
  15. « Ouverture à Nantes de la plus grande salle de jeux d'évasion de France », sur Ouest-France.fr, .
  16. Zone Société - ICI.Radio-Canada.ca, « Les jeux d'évasion de plus en plus populaires », sur Radio-Canada.ca (consulté le 13 novembre 2018)
  17. http://www.lepoint.fr/pop-culture/livres/escape-books-le-retour-des-livres-dont-vous-etes-le-heros-19-12-2017-2181145_2945.php
  18. https://www.trictrac.net/actus/escape-game-blake-et-mortimer-heavens-im-traped
  19. https://www.trictrac.net/jeu-de-societe/unlock-escape-adventures
  20. https://www.philibertnet.com/fr/iello/52128-exit-la-cabane-abandonnee-3760175514395.html
  21. https://scriiipt.com/2018/06/escape-box-enquete-une-heure-pour-resoudre-les-enigmes/
  22. « Elles lancent un jeu d’évasion à faire chez soi », sur leprogres.fr, (consulté le 5 décembre 2018)
  23. « Escape-Games.net », sur escape-games.net, (consulté le 5 décembre 2018)
  24. Vanity Fair et Condé Nast Digital France, « Une start-up propose un escape game spécial « Gilets jaunes » », sur Vanity Fair, (consulté le 8 décembre 2018)
  25. Centre France, « Humour - Un ancien étudiant clermontois lance un escape game sur les Gilets jaunes », sur www.lamontagne.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  26. MumCherie, « Escape games à imprimer gratuitement », sur Nos Vies de mamans, (consulté le 5 décembre 2018)