Jessie Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jessie Shirley Bernard (née Jessie Sarah Ravitch, le 8 juin 1903, Minneapolis, dans le Minnesota, et décédée le 6 octobre 1996, à Washington) est une sociologue et théoricienne féministe américaine. Elle est reconnue comme l'une des précurseures de la pensée féministe dans la sociologie américaine[1]. Bernard étudie et écrit spécifiquement sur la vie des femmes depuis la fin des années 1930. Sa carrière est amplement reconnue, ce qui lui vaut plusieurs prix et honneurs, et le prix Jessie Bernard est créé en son honneur[2],[3]. Jessie Bernard est une écrivaine prolifique, ayant publié 15 livres[4].

Naissance et premières années[modifier | modifier le code]

Jessie Bernard (née Jessie Sarah Ravitch) est née et a grandi à Minneapolis (Minnesota). Elle est la troisième de quatre enfants de parents juifs roumains, Bessie Kanter et David Salomon Ravitch. Dans les années 1880, ses parents ont immigré séparément pour les États-unis à partir de la Transylvanie (aujourd'hui en Roumanie)[5].

Bernard est diplômée de l'école secondaire publique en 1920 et étudie les sciences sociales à l'Université du Minnesota[6].

Recherche et écrits[modifier | modifier le code]

Jessie Bernard caractérise son propre travail comme un mouvement vers le féminisme contemporain ou, selon elle, une voie vers "l'Illuminisme féministe"[7]. Depuis le milieu des années 1940, elle se consacre à comprendre les effets du sexisme sur l'expérience des femmes dans le mariage, la parentalité, l'éducation et la vie économique. 

Livres[modifier | modifier le code]

  • American Family Behavior. New York: Harper & Brothers, 1942.
  • American Community Behavior. New York: Dryden Press, 1949.
  • Remarriage: A Study of Marriage. New York: Dryden Press, 1956.
  • Social Problems at Midcentury: Role, Status and Stress in a Context of Abundance. New York: Dryden Press, 1957.
  • Academic Women. University Park: Pennsylvania State University Press, 1964.
  • Marriage and Family Among Negroes. New Jersey: Prentice-Hall, 1966.
  • The Sex Game. New Jersey: Prentice-Hall, 1968.
  • Women and the Public Interest: An Essay on Policy and Protest. Chicago: Aldine, 1971.
  • The Future of Marriage. New York Bantam Books.typo, 1972.
  • The Sociology of Community. Glenview Illinois: Scott, Foresman Publisher, 1973.
  • The Future of Motherhood. New York: Penguin Books, 1975.
  • Women, Wives, Mothers: Values and Options. Chicago: Aldine, 1975.
  • Self-Portrait of a Family. Boston: Beacon Press, 1978.
  • The Female World. New York: Free Press, 1981.
  • The Female World from a Global Perspective. Indiana: Indiana University Press, 1987.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jessie Bernard » (voir la liste des auteurs).
  1. Myers, Kristen A., Anderson, Cynthia D. & Barbara Risman "Feminist Foundations: Toward Transforming Sociology".
  2. Lengermann, PM and Niebrugge, J. "Contemporary Feminist Theory" in Sociological Theory by George Ritzer (ed). 1996. p.452-3
  3. (en) « Jessie Bernard Award », American Sociological Association,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2017)
  4. Love, Barbara J. "Feminists Who Changed America: 1963–1975".
  5. Ware, Susan and Braukman, Lorraine S. "Notable American Women: A Biographical Dictionary Completing the Twentieth Century".
  6. Bannister, Robert C. "Jessie Bernard".[1]
  7. Bernard, J. "The Female World from a Global Perspective", 1987, cited in Lengermann, PM et Niebrugge, J. "Contemporary Feminist Theory" in Sociological Theory by George Ritzer (ed). 1996. p.452

Liens externes[modifier | modifier le code]