Jesse Klaver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jesse Klaver
Image illustrative de l'article Jesse Klaver
Fonctions
Chef politique de la Gauche verte
En fonction depuis le
(2 ans et 14 jours)
Prédécesseur Bram van Ojik
Biographie
Nom de naissance Jesse Feras Klaver
Date de naissance (31 ans)
Lieu de naissance Roosendaal
Nationalité Néerlandaise
Parti politique Gauche verte
Diplômé de Université d'Amsterdam
Site web www.jesseklaver.nl

Jesse Feras Klaver, né le à Roosendaal, est un homme politique néerlandais. Il est membre de la Seconde Chambre depuis 2010 et dirige le parti de la Gauche verte (GroenLinks) depuis 2015.

Il est également président du mouvement de jeunesse écologiste DWARS de 2008 à 2009 puis président du syndicat de la jeunesse du Christelijk Nationaal Vakverbond (CNV) entre 2009 et 2010, et membre du Conseil économique et social des Pays-Bas durant la même période.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jesse Feras Klaver est né d'un père d'origine marocaine et d'une mère d'origine néerlandaise et indonésienne[1]. Ses grands-parents jouent un grand rôle dans son éducation[2]. Entre 1999 et 2004, il étudie à l'école Waldorf Michael College de Prinsenbeek.

Entre 2006 et 2009, il est membre du conseil d'administration de DWARS, l'organisation de jeunesse de GroenLinks. En premier lieu président du comité des questions d'organisation, il devient secrétaire puis président du mouvement. À cette fonction, il soutient la tendance « d'amour de la liberté » établie par Femke Halsema contre les éléments les plus communautaires au sein du parti. Outre ce poste, il étudie le travail social et les sciences politiques à l'université d'Amsterdam. Il abandonne cependant ce programme de transition avant de le terminer.

Le 17 septembre 2009, il est élu président du syndicat de la jeunesse de la CNV[3]. En tant que président, il annonce qu'il mettra moins l'accent sur le caractère chrétien de la CNV. Il soutient l'augmentation de l'âge de la retraite à 67 ans[3]. Le 1er décembre 2009, il est nommé au Conseil économique social. À 23 ans, il devient le plus jeune membre ayant siégé au Conseil. Alors qu'il dirigeait le syndicat de la jeunesse de la CNV, il a corédigé le manifeste électoral 2010 de GroenLinks ; il est membre du conseil d'administration du Christian Social Youth Congress et le fondateur de l'ONG climatique Youth Copenhagen Coalition.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2010, Klaver est classé septième sur la liste des GroenLinks lors des élections de 2010 où le parti remporte dix sièges. Klaver devient représentant et porte-parole pour les affaires sociales, l'emploi, l'éducation et le sport[4]. Son premier discours concerne l'enseignement supérieur.

En 2010, il est nommé « talent politique de l'année » par les journalistes politiques[5]. Pour les élections de 2012, Klaver dirige l'équipe de campagne de GroenLinks et est quatrième sur la liste des candidats de ce parti. Cela est suffisant pour être élu, car GroenLinks obtient exactement quatre sièges. Sa conférence TED dans le talk-show de fin de soirée Pauw & Witteman en janvier 2013, est choisie comme la meilleure de cinq jeunes politiciens.

En 2013, il est coauteur avec Lutz Jacobi du PvdA et Stientje van Veldhoven des D'66 du mémorandum Mooi Nederland (« Beaux Pays-Bas ») qui a pour but de protéger la nature, le paysage, la flore et la faune. En 2013, il rédige un projet de loi d'initiative parlementaire qui, dans un but de transparence, vise à réduire le gaspillage alimentaire. En 2014, il rédige la proposition « Kansen voor kinderen voor het vmbo » (« Des chances pour les enfants dans l'enseignement pré-professionnel »).

Klaver reçoit une attention internationale en s'opposant à l'évasion fiscale en 2013[6]. Il co-rédige l'accord sur les avantages étudiants avec le ministre de l'Éducation Jet Bussemaker et les porte-parole du VVD, des D66 et du PvdA.

Le 12 mai 2015, le chef du parti GroenLinks Bram van Ojik annonce que Klaver prend la direction du parti immédiatement[7]. Jusqu'alors, Klaver avait agi en tant que porte-parole pour la finance, l'agriculture, la nature, le bien-être animal, l'éducation, la culture et la science. Il est membre des commissions parlementaires sur les Affaires étrangères, la Défense, les Affaires européennes, les Affaires économiques, les Finances, l'Éducation, le Contrôle budgétaire, les Affaires sociales, la Santé et les Affaires de procédure.

Jesse Klaver est tête de liste de son parti aux élections législatives néerlandaises de 2017. GroenLinks remporte 14 sièges de représentants contre 4 lors de la précédente législature[1], en faisant campagne contre les inégalités sociales et économiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Stroobants, « L’écologiste Jesse Klaver devient le nouveau leader de la gauche néerlandaise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. (nl) Jan Tromp, « Het slimme prinsenkind van GroenLinks », de Volkskrant,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (nl) « Jesse Klaver nieuwe voorzitter CNV Jongeren », De Telegraaf,‎ (lire en ligne)
  4. (nl) « Portefeuilleverdeling Tweede Kamerfractie »
  5. (nl) « Pers kiest Politicus van het Jaar 2010 »
  6. (en) « Dutch to crack down on tax loopholes exploited by multinational firms », Independent,‎ (lire en ligne)
  7. (nl) « Van Ojik weg als fractieleider GroenLinks, Klaver volgt op ».

Lien externe[modifier | modifier le code]