Jesús Gil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 26 février 2020 à 20:22 et modifiée en dernier par HaT59 (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Jesús Gil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Maire de Marbella (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
MadridVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Enfant
Miguel Ángel Gil Marín (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Groupe indépendant libéral (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Gregorio Jesús Gil y Gil, né le à Osma (province de Soria, Espagne) et mort le à Madrid, est un homme d'affaires espagnol et un homme politique.

Un homme d'affaires controversé[modifier | modifier le code]

Après des études en sciences économiques, Jesús Gil bâtit sa fortune sur la vente de pièces détachées d'automobile et la spéculation immobilière. Son langage direct, ses procédés expéditifs et sa mégalomanie lui valent des problèmes lorsqu'en 1969 le plancher du restaurant de son complexe immobilier « Los Angeles », à San Rafael, s'effondre, provoquant la mort de 58 consommateurs. Après dix-huit mois de prison, il est libéré sous caution (400 millions de pesetas) et pardonné officiellement par Francisco Franco.

En 1984, il s'installe à Marbella, où il continue sa carrière d'entrepreneur tout en devenant maire de la ville, après avoir créé le GIL (« Groupe indépendant libéral »). Poursuivi pour des affaires de corruption, il doit démissionner en 2002, mais cède la place à une de ses partisanes, Marisol Yagüe. De 1991 à sa mort, plus de 30 000 logements sont construits sur le territoire de la commune, dont plus de 85 % illégalement.

Passionné de football, il devient le président de l'Atlético de Madrid, qu'il transforme en une véritable entreprise assez rentable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luis M. Carceller, « Femmes à l’ombre à Marbella », dans Courrier international n°806, .
  • Cécile Chambraud, « Le « système » Marbella décapité », dans Le Monde, .

Liens externes[modifier | modifier le code]