Jerome Rothenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jerome Rothenberg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Encinitas, dans l'état de Californie
Formation

City College de New York, Bachelor of Arts en 1952, Université du Michigan, Master of Arts en Littérature anglaise en 1953

Université Columbia de New York, doctorat (Ph.D.) en 1959.
Activités
Autres informations
A travaillé pour

City College of New York (1960-1961), Mannes College of Music, New York City (1961-1970), Université de Californie à San Diego (1971), Université du Wisconsin à Milwaukee (1974-1976), Université d'état de San Diego (1976-1977), Université de Californie à San Diego, Université d'état de New York à Albany (1986), Université d'état de New York à Binghampton (1986-1988),

Université de Californie à San Diego en 1988 jusqu'à ce jour.
Domaine
poésie, traduction, ethnopoésie, anthologie, éditeur
Distinctions

1982 : American Book Awards pour Pre-faces & Other Writings,

1974 : boursier de la Fondation Guggenheim18
Œuvres principales

A Field on Mars: Divagations & Autovariations, Poems 2000-2015, Pre-Faces & Other Writings Triptych: Poland/1931, Khurbn, the Burning Babe, The Lorca Variations

A Seneca Journal,

Jerome Rothenberg, né le 11 décembre 1931 à New York, est un poète, traducteur, anthologiste, éditeur et un universitaire américain[1]. Il est connu pour avoir développé l'ethno-poésie[2],[3], [4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jerome Rothenberg, né le 11 décembre 1931 d'une famille juive new-yorkaise. Après ses études secondaires, Jerome Rothenberg entre au City College de New York, après l'obtention de son Bachelor of Arts en 1952, il va s'inscrire à l'Université du Michigan où il passera son Master of Arts en Littérature anglaise en 1953[5]. Après son service militaire où il fut cantonné à Mayence, il reprendra en 1955 ses études à l'Université Columbia de New York où il obtiendra son doctorat (Ph.D.) en 1959. Il commencera sa carrière professionnelle en faisant connaître Günter Grass et Paul Celan auprès des lecteurs américains.

Dans un souci de retour radical aux sources il part vivre dans une réserve indienne, Seneca, il y restera deux ans se plongeant dans la vie des amérindiens. Il fera le récit de son expérience dans son livre A Seneca Journal.

Il fonde en 1959 la maison d'éditions "Hawk's Well Press"[6] et la revue Poems From the Floating World ou paraitront des articles de / sur James Wright, Martin Buber, Gunnar Ekelof, Robert Bly, André Breton, Paul Celan, Denise Levertov, Pablo Neruda, Robert Creeley, Gary Snyder, David Antin, Robert Kelly, Philip Lamantia, Robert Duncan, Anselm Hollo, Jackson Mac Lowetc.

En 1960 il publie son premier recueil de poèmes : White Sun, Black Sun. Il restera à New York jusqu'en 1972, se consacrant à l'écriture, son travail d'éditeur et d'enseignant.

Il se fait plus particulièrement connaître par la création de l'ethno-poésie, approche multidisciplinaire de la rentre[Quoi ?] de la poésie, de la linguistique, de l' anthropologie et de l' ethnologie. Cette approche est pour lui un moyen de replacer, resituer la poésie moderne dans ses racines, pour lui la poésie actuelle ne peut que se perdre dans le formalisme si elle oublie ses racines. Ce revivalisme des traditions les plus anciennes de la poésie l'a sort de la lecture solitaire mentalisée pour faire d'elle un acte corporel, une voix qui déclame, crie, exprime les émotions les plus profondes des personnes humaines. En 1970, il fonde avec Dennis Tedlock[7] en 1970 la revue Alcheringa[8] qui diffuse les divers travaux de recherche liés à l'ethno-poésie.

En tant qu'enseignant il sera professeur dans différents établissements universitaires : le City College of New York (1960-1961), le Mannes College of Music[9], New York City (1961-1970), l’Université de Californie à San Diego (1971), l'Université du Wisconsin à Milwaukee (1974-1976), l’Université d'État de San Diego (1976-1977), à nouveau à l'Université de Californie à San Diego, à l’Université d'État de New York à Albany (1986), puis à l'Université d'État de New York à Binghampton (1986-1988), pour enfin retourner à l'Université de Californie à San Diego en 1988 jusqu'à ce jour.

Ses manuscrits sont déposés à la Bibliothèque de l'Université de Californie à San Diego[10].

Jerome Rothenberg réside à Encinitas, dans l'état de Californie, il est professeur émérite d'Arts Plastiques à l'Université de Californie à San Diego[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Recueil de poèmes[modifier | modifier le code]

  • A Field on Mars: Divagations & Autovariations, Poems 2000-2015, éd. Presses Universitaires de Rouen, 2016,
  • Retrievals: Uncollected & New Poems, 1955-2010, éd. Junction Press, 2011[11],
  • The Jigoku Zoshi Hells: a book of variations, éd.  Argotist, 2010,
  • Gematria complete, éd. Marick Press, 2009,
  • Time, the Magician : Poems by Jerome TR Rothenberg, éd.  Xlibris, 2008,
  • Three Poems: Waiting for Seurat, Dystopia Parkway, The Best Thing About Sunday, illustrations de Nancy Tobin, éd. Small Press , 2007,
  • Triptych: Poland/1931, Khurbn, the Burning Babe, éd. New Directions Publishing, 2007,
  • China Notes & the Treasures of Dunhuang, éd. Ahadada Books, 2006,
  • Sightings: Poems 1960-1983, éd. Contemporary Poetics Research Centre, 2005,
  • The Burning Babe and Other Poems, co-écrit avec Susan Bee, éd. Granary Books , 2005,
  • A Book of Concealments, éd. Chax Press, 2004,
  • A Book of Witness: Spells & Gris-Gris, éd. New Directions Publishing, 2003,
  • Poems for the Game of Silence: 1960-1970, éd. New Directions Publishing, 2001,
  • A Paradise of Poets: New Poems & Translations, éd. New Directions Publishing, 1999,
  • Pictures of the Crucifixion: Poems, éd.  Granary Books, 1996,
  • Seedings and Other Poems, éd. New Directions Publishing, 1996,
  • The Lorca Variations, I-XXXIII, éd. New Directions Publishing, 1993,
  • Gematria, éd. Sun and Moon Press, 1992,
  • Further Sightings & Conversations, avec les illustrations de Becky Cohen, éd. Pennywhistle Press, 1989,
  • Khurbn and Other Poems, éd. New Directions Publishing, 1989,
  • New Selected Poems, 1970-1985, éd. New Directions Publishing, 1986,
  • Fifteen Flower World Variations: A Sequence of Songs from the Yaquideer Dance, éd. Membrane Press, 1985,
  • That Dada Strain, éd. New Directions Publishing, 1983,
  • Vienna Blood and Other Poems, éd. New Directions Publishing, 1980,
  • Abulafia's Circles, éd. Membrane Press, 1979,
  • A Seneca Journal, éd. New Directions Publishing, 1978,
  • The Notebooks, éd. Membrane Press, 1977,
  • Poland/1931, éd. New Directions Publishing, 1974,
  • Esther K. Comes To America, 1931, éd. Unicorn Press, 1974,
  • White Sun, Black Sun, éd. Hawk's Well Press, 1960[12].

Essais[modifier | modifier le code]

  • A Cruel Nirvana, éd. Splitlevel Texts, 2012,
  • Altar Pieces, éd. Barrytown Limited, 2010,
  • Poetics Polemics: 1980-2005, éd. University Alabama Press, 2008,
  • Symposium of the Whole: A Range of Discourse Toward an Ethnopoetics, éd. University of California Press, 1983,
  • Pre-Faces & Other Writings, éd. New Directions Publishing, 1981,
  • Revolution of the Word: A New Gathering of American Avant Garde Poetry, 1914-1945, éd. Exact Change, 1974,
  • Ritual: A Book of Primitive Rites & Events, éd. Great Bear Pamphlets, 1966,

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Writing Through: Translations & Variations, éd. Wesleyan, 2004,
  • Four Lorca Suites, de Federico Garcia Lorca, éd. Sun and Moon Press, 2000,
  • Antilyrik and Other Poems, de  Vítězslav Nezval, éd.  Green Integer, 2000,
  • pppppp, de Kurt Schwitters, éd. Exact Change, 1993,
  • Book of Hours and Constellations, de Eugen Gomringer, éd. Ultramarine Publisher, 1968
  • New Young German Poets, éd. City Lights, 1959,

Éditeur, anthologiste[modifier | modifier le code]

  • Barbaric Vast & Wild: A Gathering of Outside & Subterranean Poetry from Origins to Present: Poems for the Millennium, éd. Black Widow Press, 2014,
  • Eye of Witness: A Jerome Rothenberg Reader, éd. Black Widow Press, 2012,
  • Poems for the Millennium, Vol. 3: Romantic and Postromantic Poetry, coédité avec Jeffrey Robinson, éd. University of California Press, 2008,
  • María Sabina: Selections, éd. University of California Press, 2003,
  • A Book of the Book: Some Works and Projections about the Book & Writing, éd. Granary Books, 1999,
  • Poems for the Millennium: The University of California Book of Modern and Postmodern Poetry Volume Two: From Postwar to Millennium, éd. University of California Press, 1998[13],
  • Book, Spiritual Instrument, éd.  Granary Books, 1996,
  • Poems for the Millennium, Vol. 1: Modern and Postmodern Poetry from Fin-de-Siècle to Negritude, co-édité avec Pierre Joris, éd. University of California Press, 1995,
  • Poems for the Millennium, Vol. 1: Modern and Postmodern Poetry from Fin-de-Siècle to Negritude, co-édité avec Pierre Joris, éd. University of California Press, 1995,
  • Exiled in the Word, éd.  Copper Canyon Press, 1989,
  • Maria Sabina: Her Life and Chants (New Wilderness Poetics ; V. 1), éd. Ross Erikson, 1981,
  • A Big Jewish Book, coédité avec  Harris Lenowitz et Charles Doria, éd. Doubleday Books, 1978,
  • The Wishing Bone Cycle: Narrative Poems of the Swampy Cree Indians, éd.  Ross-Erikson, 1976,
  • America, a Prophecy: A New Reading of American Poetry from Pre-Columbian Times to the Present, coédité avec George Quasha,  éd. Vintage Books USA, 1973,
  • Technicians of the Sacred: A Range of Poetries from Africa, America, Asia, Europe and Oceania, éd. University of California Press, 1968,

Traductions en français.[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1982 : American Book Awards pour Pre-faces & Other Writings, éd.  New Directions Publishing Corporation , 1981[17]
  • 1974 : boursier de la Fondation Guggenheim[18]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Inspiré par Gertrude SteinJames Joyce, Salvador Dali, Tristan Tzara, les dadaïstes de New York, Ezra Pound, Walt Whitman, etc., sa poésie est avant tout un travail sur la syntaxe, la polysémie, les associations, à ses inspirations littéraires, il faut rajouter les règles de l'herméneutique juive talmudique et midrashique, notamment la Guématrie, le Temura, le Notarikon, qui seront autant d'outils de questionnements d'un texte, d'un mot, d'une expression, de nouvelles combinatoires, d'explosions de sens nouveaux. Afin de renouveler la poésie américaine, il s'est plongé dans la poésie amérindienne, puis afro-américaine, africaine comme autant de retour aux sources fondatrices de la poésie. Il a souligné le lien originel de la parole poétique avec les gestes, qu'avant d'être un texte la poésie est avant tout un corps qui s'exprime par des rythmes sonores et corporels, qu'elle est à la fois chant et danse.

La Revue Jacket2 a mis en ligne un dossier complet sur Jerome Rothenberg et sa poésie[19].

  • Jerome Rothenberg, "Secouer la citrouille", article de  Véronique Pittolo pour la revue Poezibao, 2016[20],
  • L’Amérike de Jerome Rothenberg, par François Hugonnier, pour la "Revue Française d'Études Américaines", 2016[21]
  • The Wolf IntervIew: Jerome Rothenberg, interview menée par Ariel Resnikoff pour la revue "Wolf Magazine", 2014[22]
  • Poet and polemicist, interview menée par Sarah Suzor, pour la revue "Rain Taxi", 2013[23]
  • L’artiste faussaire et la création du réel, François Hugonnier, pour la "Revue Française d'Études Américaines", 2012[24]
  • The Shaman of Subversion: Jerome Rothenberg’s Radical Deconstructions, article de Mark Wilson, pour "The Fiend", 2012[25]
  • Dialects of the tribe : postmodern American poets and poetry, par Lewis Turco[26], éd. Austin State University Press, 2012,
  • Les Techniciens du sacré, de Jerome Rothenberg, article de Florence Trocmé pour la revue Poezibao, 2008[27],
  • Jerome Rothenberg's experimental poetry and Jewish tradition, par Christine A Meilicke, éd. Lehigh University Press, 2005,
  • Jerome Rothenberg : a descriptive bibliography, par Harry Polkinhorn, éd.  McFarland Publishing Company, 1988,
  • In search of the primitive : rereading David Antin, Jerome Rothenberg, and Gary Snyder, par Paul Sherman, éd. Louisiana State University Press, 1986.

Document audio-phoniques et audiovisuels[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Jerome Rothenberg », sur Poetry Foundation, (consulté le 17 octobre 2017)
  2. Encyclopædia Universalis, « JEROME ROTHENBERG », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 16 octobre 2017)
  3. (en) Jerome Rothenberg, « Jerome Rothenberg », sur Jerome Rothenberg, (consulté le 16 octobre 2017)
  4. (en-US) « The words of the tribe: on the ethnopoetics of Jerome Rothenberg - Aleph », Aleph,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2017)
  5. (en) « Jerome Rothenberg | The Visual Arts Department at UC San Diego », sur visarts.ucsd.edu (consulté le 17 octobre 2017)
  6. (en-US) « Hawk's Well Press / Poems from the Floating World | From a Secret Location », From a Secret Location,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2017)
  7. (en) « Dennis Tedlock », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2017)
  8. « Alcheringa Archive: A Journal of Ethnopoetics 1970-1980 », sur ethnopoetics.com (consulté le 2 novembre 2017)
  9. (en) « Mannes School of Music », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017)
  10. a et b « Register of Jerome Rothenberg Papers - MSS 0010 », sur library.ucsd.edu (consulté le 20 octobre 2017)
  11. (en) « Lost Poems Shed Light on Jerome Rothenberg's Work », The Forward,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2017)
  12. « Rothenberg's White Sun Black Sun », sur compassrosebooks.blogspot.fr (consulté le 17 octobre 2017)
  13. « Book Reviews: "Poems for the Millenium," Edited by Jerome Rothenberg and Pierre Lewis », sur bostonreview.net (consulté le 2 novembre 2017)
  14. « Jerome Rothenberg : Secouer la citrouille | CCP », sur cahiercritiquedepoesie.fr (consulté le 25 octobre 2017)
  15. « remue.net : Journal seneca | Jerome Rothenberg », sur remue.net (consulté le 25 octobre 2017)
  16. « Les Techniciens du sacré, anthologie par Jerome Rothenberg - La Revue des Ressources », sur www.larevuedesressources.org (consulté le 25 octobre 2017)
  17. « American Book Award Winners Page 16 out of 17 », sur www.goodreads.com (consulté le 2 novembre 2017)
  18. (en) « JEROME ROTHENBERG »
  19. (en) « Jerome Rothenberg | Jacket2 », sur jacket2.org (consulté le 25 octobre 2017)
  20. « (note de lecture) Jerome Rothenberg, "Secouer la citrouille" et Renaud Ego, "L'Animal voyant", par Véronique Pittolo », sur Poezibao (consulté le 17 octobre 2017)
  21. François Hugonnier, « « Vat am I doink here ? » », Revue française d’études américaines, no 149,‎ , p. 209–223 (ISSN 0397-7870, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2017)
  22. (en) « Jerome Rothenberg »
  23. (en-US) « Poet and Polemicist: an interview with Jerome Rothenberg | Rain Taxi », sur www.raintaxi.com (consulté le 25 octobre 2017)
  24. François Hugonnier, « L'artiste faussaire et la création du réel : The Brooklyn Follies de Paul Auster », Revue française d’études américaines, no 133,‎ , p. 38–52 (ISSN 0397-7870, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2017)
  25. (en-US) « The Shaman of Subversion: Jerome Rothenberg’s Radical Deconstructions – Mark Wilson », The Fiend,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2017)
  26. (en) « Lewis Turco », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2017)
  27. « Les Techniciens du sacré, de Jerome Rothenberg (par Florence Trocmé) », sur Poezibao (consulté le 17 octobre 2017)
  28. « Jerome Rothenberg », sur writing.upenn.edu (consulté le 17 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]