Jenny Lorrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jenny Lorrain
Nom de naissance Charlotte Louise Jenny Materne
Naissance
Virton
Décès (à 75 ans)
Ixelles
Nationalité Belge
Pays de résidence Drapeau de la Belgique Belgique
Profession
Activité principale
Ascendants
Michel Materne
Marie Hins

Jenny Lorrain, née à Virton, le et morte à Ixelles, le est une femme sculpteur, médailleur, violoniste et poétesse belge[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Médaille commémorative réalisée par Jenny Lorrain (1867-1943) pour financer l'ouverture d'un home éducatif féminin: la Maison Yvonne Vieslet à Bruxelles[Notes 1] en 1925[2].

Jenny Lorrain est la deuxième fille d'une fratrie qui en compte cinq. Elle est la fille du professeur, pédagogue et écrivain belge, Thil-Lorrain (Michel Materne) et de Marie Hins. Elle grandit à Virton puis, en 1871, la famille s'installe à Verviers où elle demeurera jusqu'en 1890. De bonne heure, elle prend des cours de violon chez Henri Vieuxtemps et César Thomson dont elle réalisera plus tard les portraits sur médaillons. À douze ans, elle se produit déjà et remporte un premier prix. Ses premiers pas artistiques furent consacrés à l'écriture, le dessin et le modelage qu'elle apprend en autodidacte. En 1885, elle expose un buste d'enfant à Verviers, il est remarqué par Hippolyte Leroy (nl). Entre 1889 et 1892, elle publie ses poèmes. En 1891, elle bénéficie d'une aide de l'état de 900 francs par an. Elle prend des cours de sculpture à Gand chez Hippolyte Le Roy. Elle se rend ensuite à Paris (1891-1896) où elle exerce différents métiers: aide-ménagère, violoniste, dessinatrice technique et artisan d'art. Elle fréquente l'Académie Julian. Elle prend des cours de dessin chez Gabriel Ferrier et Georges Girardot, des cours de sculpture chez Jean-Antoine Injalbert et Jean Dampt et suis des cours d'anatomie à l'école de médecine[1].

En 1892, elle expose son écolière qui est cette fois remarquée par Constantin Meunier. Vers 1896, elle s'installe définitivement à Bruxelles. Elle y fréquente des cénacles avant-gardistes comme la Libre Esthétique[1].

Jenny Lorrain travaille une multitude de matériaux comme le bronze, le marbre, la pierre, le plâtre, l'ivoire, l'ébène, l'étain, la céramique ou le bois. Elle réalise des bustes, des portraits-médaillons comme ceux de Camille Lemonnier ou Marguerite Van de Wiele. En 1925, elle réalise une médaille commémorative du martyr d'Yvonne Vieslet devant servir à financer un foyer pour jeunes filles à Bruxelles. Elle réalise également des vases et des bougeoirs[1],[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Médaille à l'effigie de Camille Lemonnier réalisée en 1942.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1885, salon de Verviers
  • 1889, salon de Gand.
  • 1892
  • 1895, Paris
  • 1901, Salon de La Libre Esthétique
  • 1902, Turin
  • 1910
  • 1913
  • 1921, Paris, Musée Galliéra, Exposition d'Art Belge
  • 1924, Cercle Artistique et Littéraire, Waux-Hall, Bruxelles
  • 1926, Verviers, exposition Des amis de la médaille d'art et de la gravure originale Belge
  • 1933, Luxembourg, l'art colonial et exotique
  • 1935, Nizza, L'art colonial.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaston Heux, Le sculpteur Jenny Lorrain, Bruxelles, Savoir et beauté, , p. 3-10
  • Hisette, L., Jenny Lorrain, Le Pays gaumais, 1945-46, pp. 80-88.
  • Hove van G. Hélène, Le sculpteur Jenny Lorrain, Bruxelles, Scarabée, revue mensuelle Littéraire - artistique - Scientifique - Mondaine,
  • Piron P., Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles : L-Z, Lasnes, Éditions Art in Belgium, , p. 94

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chaussée de Vleurgat.

Références[modifier | modifier le code]